« A Bout portant » : Y a t-il un homme pour sauver sa femme?

Fred Cavayé, sortie 1er décembre 2010

Pitch

Pour sauver son épouse qui a été kidnappée, un infirmier est obligé de faire évader un grand truand de l'hôpital, amené dans le coma après un accident. Pendant ce temps, la guerre des polices vient s'interposer dans les interpellations des uns et des autres.

Dans le cadre d’une avant-première privée Gaumont spécial blogueurs, avec accueil sympa à l’Elysée-Biarritz et grand buffet en sous-sol ensuite avec l’équipe du film, c’est parti, en compagnie de Cinéshow et In the Mood for cinéma, pour le dernier film du réalisateur de « Pour elle » dont le remake américain sort bientôt (réalisé par Paul Haggis). Avant la projection du film, le réalisateur est monté quelques minutes sur scène, évoquant la mauvaise réputation du polar français (aujourd’hui), plaisantant à moitié qu’il y a des spectateurs qui aiment voir autre chose que des gens dans une cuisine, bref, il a annoncé la sauce : l’action, il sait faire! Sur l’affiche c’est écrit qu’on va se bouger… « Il a 3 heures pour sauver sa femme » (d’autres ont 24 heures depuis 8 saisons…) C’est vrai, l’action, on n’a vu que ça à tel point que faute de ruptures de rythme, on est tombé dans une monotonie action non st

op, ce qui est le comble. La démonstration vitesse (ou précipitation?), mouvement, cascades, est acquise.

—–
Pendant la projection, j’ai fait une confusion, en entendant que le truand principal s’appelait Sartet, j’ai pensé au « Cercle rouge », erreur, c’est Delon aussi mais dans « Le Clan des siciliens ». Mais la comparaison s’arrête là. Car si Roschdy Zem livre une superbe interprétation d’un truand blessé, introverti, d’une violence sourde, son personnage n’est pas très étoffé, les autres non plus, d’ailleurs. 


photo Gaumont

Au delà d’un scénario filiforme, pourquoi s’obstine-t-on à faire des polars quand on aime tant les bons sentiments peu solubles dans le genre? Un infirmier, Samuel Pierret, qu’on présente dès la première image très amoureux de sa femme, tombe par malheur lors de son service de nuit sur Hugo Sartet, un grand truand dans le coma, il le sauve d’un homicide par asphyxie, un autre voyou étant passé débrancher les prises. Rentré chez lui, il n’a pas le temps de se réjouir qu’on le tabasse et on enlève sa femme enceinte de plus de 7 mois. Pour retrouver son épouse en vie, l’infirmier doit se transformer en Jack Bauer, c’est ce qu’il fait : une injection d’adrénaline et Sartet ressuscite, il le fait sortir de l’hôpital. L’ancien comateux et l’infirmier hors la loi deviennent subitement deux hommes traqués aussi surentraînés qu’un commando.
 


photo Gaumont

En fait, Sartet n’était pas dans le coma par hasard, il avait été percuté violemment par une moto au début du film, scène courte et choc qui augurait de bonnes choses. Mais ça n’a pas duré. Petit à petit, on s’achemine vers un récit de moins en moins crédible jusqu’à ce que l’épouse sur le point d’accoucher, à qui on interdisait de porter un paquet, se mette à rosser une femme flic pour se défendre, le comble étant ces retrouvailles Sartet/l’infirmier/sa femme en plein commissariat central alors que les deux hommes sont censés être recherchés par toutes les polices de France. Donc, une fois qu’on en a terminé avec environ 60 minutes de poursuites et cascades et altercations violentes (avec souci de réalisme), on revient à la première scène, un homme redevenu un infirmier amoureux de sa femme que son kidnapping avait transformé en justicier (amour + virilité décuplée)


photo Gaumont

 

Hormis la prestation de deux acteurs au dessus du lot, jeu minimal pour effet maximal, Sartet/Roschdy Zem, le truand mutique et Werner/Gérard Lanvin dans un rôle de flic ripou (très bon choix aussi Mireille Perrier, trop peu vue au cinéma, en commissaire de police), malgré que le film ne dure que 1h25, le temps peut paraître long à visionner cet exercice de style faisant la démonstration qu’ici aussi, on a du punch, la forme ayant alors totalement absorbé le fond, le sujet tenant en quelques mots : Y a-t-il un homme que l’amour galvanise à ce point qu’il est prêt à tout pour sauver sa femme? Oui, Gilles Lellouche dans « A Bout portant », la dernière fois, c’était Vincent Lindon dans « Pour elle ».PS. pour être tout à fait honnête avec les lecteurs qui avaient envisagé de voir ce film, beaucoup de blogs présents à la projection l’ont aimé, sans doute plus férus d’action, 

moins amateurs de thrillers et films noirs de « la grand époque » qu’ici (les 20 minutes silencieuses du casse du « Cercle rouge », l’exécution muette de Burt Lancaster dans « Les Tueurs », durant laquelle on ne voit que le visage impassible des tueurs en train de tirer, puis un bras cesser de s’agripper au barreau du lit pour signifier qu’il est mort, etc… me captivent davantage).

Notre note

(2 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top