"Contes cruels de la jeunesse" : érotisme et politique

Nagisa Oshima, 1960, sortie DVD 18 juin 2008


cycle de cinéma japonais sur le net, été 2008

 


Oshima, la trilogie de la jeunesse : Film 2 : « Contes cruels de la jeunesse »


Second film du coffret « Trilogie de la jeunesse », Oshima livre une oeuvre au look très années 60 qui n’est pas sans rappeler, d’une part la nouvelle vague française, d’autre part des films plus légers de l’époque hypercolorés. Sous ces couleurs flash, la noirceur la plus absolue. La voiture rouge, la voiture verte, Makoto hésite… La jeune fille, effrontée, se fait raccompagner en voiture le soir par des quadragénaires émoustillés par sa jeunesse. Un soir, un des conducteurs tente de la violer lorsqu’ elle est sauvée par un beau jeune homme bagarreur, Kiyoshi. Sauvée? Sur moment, oui, car la relation que Makoto va engager avec Kiyoshi va les mener tous les deux à leur perte. Le temps de se déchirer, de se détruire sur fond d’insurrection étudiante contre le pacte de sécurité nippo-américain, la violence individuelle en miroir de la violence collective. Bravant les conventions sociales, Makoto va s’installer avec Kiyoshi dans une chambre…
—–

Makoto a une soeur aînée, Yuki, qui a plaqué ses idéaux de jeunesse et son fiancé, Akimoto, avec qui elle militait, pour se faire entretenir par un homme plus âgé. Plus tard, sa soeur va retrouver son ex-fiancé devenu terne médecin sans illusions dans une clinique. Dans une scène incroyable où les deux couples se répondent sans se voir, l’un dans le cabinet médical : Yuki et Akimoto, l’autre dans une chambre attenante : Makoto et Kiyoshi, elle vient d’avorter, il la réconforte, Oshima pose les moteurs de violence des deux générations d’après guerre : ceux, nostalgiques, qui ont renoncé à leurs engagements politiques et leurs rêves de jeunesse (Yuki et Akimoto) et ceux qui n’ont jamais eu de rêves, jeunesse amorale et désoeuvrée dont le support  de violence est presque exclusivement leur libido (Makoto et Kiyoshi).

Le couple érotisme et violence, en perspective du Japon de l’après-guerre, en pleine et violente expansion économique, est le thème majeur de  « Contes cruels de la jeunesse » qui créa la polémique à sa sortie en salles en 1960. Dès leur rencontre, elle le gifle, il la gifle et la jette à l’eau, elle ne sait pas nager, il la repousse pour la faire céder, ils s’étreignent ensuite sur un rocher sous un soleil chauffé à blanc. Dans un registre beaucoup plus intellectuel, Kijû Yoshida, réalisateur contemporain de Nagisa Oshima, également sous contrat à la même période avec les studios Shochiku, va relier sexe et politique dans « Eros + Massacre » en traitant de l’anarchie sous l’angle du récit de la vie de l’anarchiste Sakae Osugi au début du siècle, qui prêchait notamment l’amour libre, donc le démantèlement de la famille, mettant en péril l’ordre et la morale, et finira sa vie assassiné avec une des ses maîtresses.


photo éditions Carlotta

Tout est cruel dans le film, tout le monde est à vendre et se se vend, la société réprime en dernier lieu. Kiyoshi, délinquant par vocation, fréquentant une bande de voyous,
trouve sa force, même factice, dans la cruauté, gentil quelquefois avec Makoto, il perd alors son identité et redevient méchant. Kiyoshi oblige désormais Makoto à reproduire leur schéma de rencontre, devenu une source facile de revenus, elle se fait draguer par un conducteur qui la raccompagne en voiture, il intervient alors pour feindre de la sauver en menaçant l’homme de porter plainte à la police, le conducteur paye pour avoir la paix. Au dernier moment, quand il sera trop tard, Kiyoshi tentera pourtant d’épargner Makoto en refusant de la donner à la bande de voyous à qui il doit de l’argent… Dans l’intervalle, Makoto aura supporté toutes les variantes de la cruauté quelque fois sadique de Kiyoshi dont elle s’obstine à croire que ce n’est pas si grave du moment qu’il l’aime. La seule chose qui convaincrait Makoto de quitter Kiyoshi, c’est la certitude qu’il ne l’aime pas… Pourtant, il y a une nuance de taille pour pondérer la position de victime de Makoto, le début du film démontre qu’elle choisit elle-même se mettre en danger en arrêtant des automobilistes, en quête de sensations fortes, l’énergie du plaisir étant supérieure à son instinct de conservation.La lente dépravation du couple est  présentée comme inéluctable, les deux jeunes gens rongés par un mal intérieur et extérieur : la société japonaise fustigée par Oshima, réalisateur engagé, car, comme dans toute son oeuvre, le point de vue sous-jacent est politique, contestataire, presque révolutionnaire. Si les histoires d’amour d’Oshima sont condamnées, c’est la faute de la société, le couple et son histoire d’amour désespérée étant prétexte à révéler la dépravation de la société japonaise telle que le réalisateur la perçoit et la dénonce…


photo éditions Carlotta

Il y a dans ce second DVD un supplément passionnant que sont les carnets de notes d’Oshima sur ce film avec toutes les options de mises en scène décidées avant de tourner, c’est assez bluffant! Utilisation du son et la lumière, dézoomage sur les visages, sortie du cadre par l’avant des personnages, filmer des personnages débordant quelquefois du cadre, les filmer longuement, etc… Non seulement le film est un chef d’oeuvre mais c’est sereinement prémédité, ça laisse rêveur…
 


Coffret 3DVD Nagisa Oshima/ »La Trilogie de la jeunesse » avec « Une Ville d’amour et d’espoir », « Contes cruels de la jeunesse » et « L’Enterrement du soleil » + un petit livre passionnant sur Oshima. Editions Carlotta. Sortie le 18 juin 2008.

Bonus du DVD 2 avec le film « Le Japon sous tension » et la lecture illustrée de plans du film des extraits des carnets de notes d’Oshima.

 

Notre note

(5 / 5)

Mots clés: , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top