« House of cards » : 13 épisodes avec le génial Kevin Spacey, quelle volupté! (et pas encore assez…)

focus series Diffusion Canal+ à partir du 29 aout 2013

Pitch

Après l'élection du nouveau président, Frank Underwood, député et chef du parti démocrate, intime des cercles du pouvoir, apprend que le ministère des affaires étrangères, qui lui avait été promis, vient de lui passer sous le nez. Ivre de dépit, il décide de se venger du nouveau gouvernement qui l'a trahi. Avec sa femme Claire, Frank Underwood forme un couple féroce porté par l'ambition et le goût du pouvoir. Parfois, le jeu s'émousse, les fêlures affleurent à la surface de ce couple parfait.

Ce sera sans doute la série la plus prisée de la rentrée et on a mis le paquet : aux commandes, le réalisateur David Fincher, producteur de la série et réalisateur des deux premiers épisodes. Casting en or, Kevin Spacey (Frank Underwood), un des meilleurs acteurs américains sur la place, d’autant plus à sa place que la mise en scène emprunte quelques procédés de théâtre (ces appartés face caméra, comme « s’adressant au public ») et qu’il est lui-même acteur et metteur en scène de théâtre. Robin Wright (Claire Underwood), parfaite en épouse glacée, undercontrol, que seul un photographe, amour de jeunesse, peut parfois dérider.
——


photo Canal+

La première scène met immédiatement les choses au point, un chien renversé par une voiture, Frank Underwood (Kevin Spacey) l’achève… De son côté, l’ambitieuse Zoe Barnes, jeune journaliste au « Washington herald », rêve d’une carrière de star de l’info… Plus tard, Claire Underwood (Robin Wright), responsable d’une puissante ONG, va, sans états d’âme, congédier la moitié de son personnel pour le « rajeunir ». Persuadé que le nouveau gouvernement va le nommer ministre, Frank Underwood est accablé quand on lui signifie qu’il sera plus utile au nouveau président des USA en tant que chef de la majorité. Quatrième personnage principal, le jeune député Peter Russo, cocaïnomane, alcoolique repenti, client des prostituées de Washington, sauvé par sa fiancée et collaboratice Christina.
Contacté par Zoe Barnes (Kate Mara, la soeur de Rooney Mara), Frank Underwood va l’utiliser pour se venger en lui donnant des infos top secret, à elle les scoops, à lui la vengeance, mais il s’enlise dans une relation amoureuse avec elle. Dans le même esprit, FU va se démener pour que Peter Russo soit le candidat démocrate du Sénat, faisant de lui, en retour, son obligé, un pion qu’il manipule pour contrer ses ennemis. Ainsi, afin de faire transférer le budget à un autre pour le corrompre, il forcera Peter Russo à fermer l’usine de sa circonscription, provoquant des licensiements en masse. Claire Underwood, qui semble s’accommoder des infidélités de son mari, se rapproche d’un photographe, amour de jeunesse. Mais quand son mari ne respecte plus son travail dans son ONG, elle le trahit.

Le couple Underwood est une histoire en soi : sans enfants par choix, impitoyable, guidé par le goût insatiable du pouvoir, Claire et Frank sont complices mais, leur relation sous-tendue par les rapports de force, ne se font pas de cadeaux. Quelques phrases clés : « mon mari ne s’excuse pas, même avec moi », « J’aime cette femme encore plus que le requin aime le sang… »

Bien que les réalisateurs renommés se succèdent, David Fincher, Joël Schumacher, la facture reste classique hormis ce choix des appartés de Frank Underwood face caméra qui déroutent (au départ) mais l’immense talent, la conviction et le naturel d’un Kevin Spacey  l’emportent haut la main. Comme pour les autres séries en ce moment, la fin est ouverte et préfigure la saison 2, ce qui est agaçant car il n’y a pas vraiment de fin mais une direction que prennent ensemble Claire et Franck Underwood.


photo Canal+

BONUS.
Les exutoires de Frank Underwood : aller manger des space ribs dans les quartiers pauvres de la ville (lui-même est d’une origine sociale modeste, détestant revenir dans sa région natale), jouer aux jeux vidéo dans sa cave-refuge, les aventures avec des jeunes femmes. Les points faibles : le souvenir des quatre années de formation dans une école militaire l’amène à revoir un camarade avec qui il a eu une relation passionnée, à l’occasion de l’inauguration d’une bibliothèque à son nom, Frank Underwood revoit des anciens camarades et passent la nuit avec eux à faire la bringue, la carapace si bien lissée se fissure…
 


diffusion
Canal+
Canal+Séries (nouvelle chaîne en service le 21 septembre 2013)
tous les jeudis 20h55 à partir du 29 aout 2013
3 épisodes le premier jeudi, 2 ensuite par jeudi

Notre note

(3,5 / 5)

Mots clés: , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top