« Impasse des deux anges » : la passion composée au passé

Maurice Tourneur, 1948

Pitch

A la veille d'un riche mariage, une comédienne, qui vient de faire ses adieux au théâtre, revoit par hasard son ancien amant lors d'une réception chez elle, une rencontre incandescente qui remet tout en question.

Le souvenir de la passion peut-il la faire revivre, c’est un peu le sujet de ce film nostalgique où deux anciens amants se retrouvent par hasard après des années d’absence. Marianne, comédienne de théâtre en vue, est sur le point de faire un riche mariage avec Antoine de Fontaine, un aristocrate. Abandonnant les planches, Marianne se prépare avec appréhension à recevoir dans son hôtel particulier la famille et les relations de son fiancé, la crème du faubourg Saint Germain à qui elle va être présentée pour la première fois. La cérémonie de mariage prévue pour le lendemain, son fiancé lui remet un collier de grande valeur à porter le jour J qu’elle dépose dans son coffre.
—–


Pendant ce temps, des truands ont fait venir un spécialiste des coffre-forts de Londres à Paris pour dérober le collier en question lors de la réception. L’un d’eux se fait passer pour un extra afin de faire entrer le second dans la place. mais en repartant, le cambrioleur tombe sur Marianne… Stupeur, ce sont des anciens amants qui ne se sont pas revus depuis 7 ans, Marianne, alors Anne-Marie, n’a jamais compris pourquoi un beau jour Jean a disparu… Le couple décide de fuir ensemble et de se rendre impasse des deux anges, là où ils se donnaient rendez-vous autrefois. Mais, outre qu’ils sont poursuivis par les gangsters qui croient que Jean les a doublés, l’immeuble a été démoli, un peu comme leur passion… Jean avoue à Marianne qu’il a fait de la prison, elle comprend qu’il n’est pas revenu pour elle… Tandis que des souvenirs des jours heureux apparaissent en flash-back, en surimpression dans le film (très belles scènes), peu à peu, la nostalgie de la passion prend le pas sur la possibilité de la faire revivre, surtout pour Marianne : la réalité médiocre de l’homme, qu’elle voit à présent comme il est, dissout le Jean rêvé que Marianne avait attendu si longtemps.
Le film possède une mélancolie sourde que la physionomie de Simone Signoret (encore brune) restitue très bien à la fin du film, quand, allant épouser Antoine de Fontaine qui a pardonné, apparemment délivrée du poids de son ancienne passion, libre dans sa tête, comme elle le dit, rien pourtant sur son visage ne parle de bonheur. Comme si le second départ de Jean, qu’elle pressent définitif, n’allait pas tarder à rallumer encore une fois le souvenir de la passion. Le pseudo-happy end très ambigu de ce mélodrame, cette voiture qui roule vers un mariage raisonnable, démontre la permanence des stigmates de la passion amoureuse, la nostalgie des sensations fortes malgré les souffrances endurées, le pouvoir de l’absence, de l’imaginaire.

Maurice Tourneur, célébré en son temps comme un grand réalisateur, est aussi le père du réalisateur franco-américain Jacques Tourneur qu’on connaît bien davantage aujourd’hui. Lui aussi a tourné des films en Amérique, c’est même là qu’il a commencé sa carrière. Revenu en France, mal reçu pour ne pas avoir fait la guerre, Maurice Tourneur va en Allemagne tourner avec Marlène Dietrich débutante (« Le Navire des hommes perdus », 1929). Retour en France avec des films policiers comme « Accusé, levez-vous » (1930), « Au Nom de la loi » (1932).  Sous l’occupation, il réalise « La Main au diable » (1943), un film fantastique, « Cécile est morte »(1944), un Simenon/Maigret. « Impasse des deux anges » (1948) est son dernier film.

Avant « Impasse des 2 anges » de Maurice Tourneur, Simone Signoret et Paul Meurisse avaient déjà tourné ensemble dans « Macadam (1946) de Marcel Blistène, ils se retrouveront ensuite plus tard notamment dans « Les Diaboliques » (1955) de Clouzot et aussi dans « L’Armée des ombres » (1969) de Melville.

Vu sur CinéCinémaClassic
rediff dimanche 24 janvier à 17h15, mardi 26 janvier à 13h30, dimanche 31 janvier à 22h25, mercredi 3 février 2010 à 17h40.

 

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top