« L’Empire des Rastelli » : autopsie d’un krach financier

Andreo Molaioli, sortie 28 décembre 2011

Pitch

Inspiré du scandale financier Parmalat en Italie, l'ascension et la chute d'une riche entreprise familiale de produits laitiers dans la tourmente de la mondialisation.

A la tête de Leda, au départ, une entreprise familiale de produits laitiers, la famille Rastelli a bâti un empire qui s’étend sur les 5 continents. Au prix de malversations et d’endettements maquillés pour garder la face et conserver la vitrine d’une entreprise florissante. Le récit s’inspire du krach financier de l’affaire Parmalat survenu en Italie ces dernières années (2003) pour extrapoler à ces entreprises provinciales confrontées à la mondialisation avec pour arme principale le culot et l’état d’esprit du joueur de poker qui veut sa part du gâteau.


photo Bellissima

Mais d’un pays à l’autre dont ils veulent les marchés, les Rastelli sont allés trop loin dans ce qui va devenir une arnaque d’ampleur internationale. S’appuyant sur un comptable du nom de Ernesto Botta (Toni Servillo), homme central de l’entreprise qu’on voit se faire arrêter par la police au début du film avant le grand flash-back, Rastelli ferme les yeux sur ses bilans comptables truqués, ses combines de plus en plus dangereuses pour rester dans la course. Débarque la fille de la soeur de Rastelli, sa nièce, fraîchement diplomée dans la finance, qu’on impose à Ernesto, d’abord furieux qu’elle se mêle de ses affaires, puis, qui devient son amant. La soeur de Rastelli et sa fille le poussent dès le départ à se « diversifier », le grand mot en lancé. Le fils de Rastelli, est un flambeur en voiture de sport, à la tête d’un club de foot. Demeure le comptable qui, malgré qu’il soit le responsable de l’enchaînement d’escroqueries qui vont mener, à terme, à la catastrophe, a une confiance enfantine dans l’entreprise de son patron et mène une vie modeste et grise, le plus souvent enfermé dans le son bureau, le nez dans les chiffres.

Belle réalisation, le spectateur dans les coulisses d’un sujet tragiquement et obscènement d’actualité, magnifique interprétation de Toni Servillo, comme d’habitude. Le film est assez captivant bien qu’un peu trop factuel comme approche, ce qui peut lasser à mi-parcours.

Pour en savoir plus sur le scandale Parmalat, un article simple et complet :
http://www.monde-diplomatique.fr….

 

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top