La semaine Costumes designers sur Orange Cinéma Séries : à Hollywood, l’habit fait le moine

Orange Cinéma Séries, Diffusion du 25 au 31 décembre 2010
       


La semaine s’étant passé pour tout un chacun à essayer de se réchauffer ici et là, hier vendredi matin, petit déjeuner, non pas chez Tiffany… mais dans le 8° arrondissement à Paris, à l’invitation de Orange Cinéma Séries, afin de visionner un documentaire inédit sur un sujet qui ne l’est pas moins : les costume designers. Mode et cinéma, ça fonctionne depuis plus longtemps qu’on ne le croit, le documentaire se termine sur l’interview de la créatrice des costumes de Faye Dunaway dans « Bonnie and Clyde » (Arthur Penn, 1967) qui eut l’idée du béret de Bonnie, inondant aussitôt par ricochet la mode parisienne (à noter que Chanel avait déjà eu l’idée du béret de Michèle Morgan dans « Quai des brumes »…) 
Partant du constat qu’on ne parle jamais des créateurs des costumes au cinéma, bien que soient gravés dans les mémoires de tous les cinéphiles, par ex, la robe et les gants de Rita Hayworth dans « Gilda,  la robe blanche de Liz Taylor descendant l’escalier dans « Une Chatte sur un toit brûlant », celle de Marilyn dans « 7 ans de réflexion » (s’aérant sur une bouche de métro à NY en été), le documentaire « Sur les traces des costume designers » se pose en amont. Moon Dailly, présentatrice de l’émission « Cinéstyle », a atterri à LA pour le tournage du film, un Hollywood movie pour dénicher et interviewer les grands tenants du savoir en costumes Hollywoodiens. La plupart des stylistes de l’époque sont morts mais depuis quelques années, les studios ont enfin compris qu’ils avaient en leur possession des trésors du patrimoine du cinéma et ont créé des départements costumes, sortes de musées privés. Une prise de conscience tardive qui explique que beaucoup de croquis ont été perdus, volés, que les vêtements furent loués sans précaution particulière pendant des années. On apprend au passage que les costumes des stars étaient souvent portés une seconde fois par un figurant d’un autre film pour ne pas se faire remarquer. De nos jours, on emprunte des modèles à des marques, ce qui coûte moins cher. Audrey Hepburn avait déjà commencé avec Hubert de Givenchy.
—–

   
extrait du DP Orange Cinéma Séries, Semaine spéciale « Costume designers » / Faye Dunaway dans « Bonnie and Clyde »

Dans cette sorte d’enquête, Moon D est reçue par tout un tas de gens passionnés de cinéma, un producteur de la Paramount, 92 ans, qui occupe le bureau de Fred Astaire depuis 30 ans, on y apprend que Fred A se servait de ses cravates comme ceintures, retroussait ses pantalons avant l’heure, adorait le chapeaux. Un nom revient en boucle : Edith Head, une styliste majeure, dame mystérieuse morte depuis 20 ans, qu’on voit en photo avec la même frange courte, les mêmes lunettes fumées, on y apprend qu’elle ne savait pas dessiner, d’autres dessinaient pour elle qui signait ensuite leurs croquis, à la lecture d’un scénario, Edie comprenait aussitôt la psychologie du personnage, comment il devait être habillé. Outre Edith Head, 9 Oscars, ayant habillé Barbara Stanwyck et Kim Novak, d’autres grands noms oubliés de stylistes disparus : Adrian qui habillait Greta Garbo, Helen Rose pour Liz Taylor.
 

   
Liz Taylor dans « Soudain ‘été dernier » ; dans « Une Chatte sur un toit brûlant » avec Paul Newman

Au théâtre, et ensuite au cinéma avec d’abord le muet, l’habit fait le moine, le spectateur doit immédiatement se faire une idée du personnage en le regardant, l’identifier avant qu’il ne parle. Bette Davis disait « c’est quand nous endossons les vêtements des personnages que nous devenons les personnages ». Le film est intéressant bien que non dénué de quelques longueurs (1h30), Moon D très présente à l’écran, c’est un peu son film aussi et le versant mode l’emporte sur le cinéma, on passe trop vite sur les actrices qu’on aurait aimé voir davantage, dont on aurait aimé connaître les goûts ; par ci par là, partant des costumes restants et des témoignages, on découvre que Marilyn était très mince, John Wayne portait des jeans avant tout le monde (des jeans, Steve Mc Queen en avait essayé 35 modèles avant de trouver de lui qui le mettrait en valeur)… Je me souviens d’un commentaire de Kathleen Turner au moment de préparer son rôle sulfureux d’une styliste à double vie, se prostituant la nuit dans les bas-fonds de LA, dans un film de Ken Russel (« Crimes of passion »), quand elle a mis les sandales hautes de China Blue, elle a compris le rôle.
 


En pratique Orange CinéGéants : « Semaine Hollywood costumes » avec le documentaire inédit « Cinéstyle spécial Hollywood/Sur les traces des costumes designers » diffusé le 25 décembre 2010 à 20h40. Et, chaque soir, un film présenté par Moon Dailly sous l’angle du costume designer.

sélection des films sur CinéGéants : « La Chatte sur un toit brûlant » (28 décembre, 22h15) ; « Une Vierge sur canapé » (27 décembre, 20h40) ; « Gigi » (25 décembre, 23h05) ; « Comment épouser un millionnaire » (30 décembre, 20h40) ; « Indiscrétions » (31 décembre, 21h).

Orange CinéMax : « Fashion week » avec un

second documentaire inédit « Fashion in film » (52′) diffusé les 27 décembre à 19h40 et 30 décembre à 22h10. 

films sur CinéMax : « Prêt à porter » (27 décembre, 20h40) ; « Lagerfeld confidentiel »  (27 décembre, 22h55) ; « Frankie » (28 décembre, 23h25) ; « Zoolander » (30 décembre, 20h40).

PS. C’est le moment de (re)voir « Frankie », le premier film de Fabienne Berthaud (avec Diane Kruger) dont le second film vient de sortir en salles : « Pieds nus sur les limaces ».
 

Mots clés: , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top