« LOL (laughing out loud) » : Vic et Lol, l’adulescente et l’adolescente

Lisa Azuelos, sortie 4 février 2009
 

Malgré les réticences de pas mal de blogueurs au sujet de ce film, je suis allée me rendre compte sur place… Salle comble avec containers de popcorns comme BO dans la salle… Public de tous les âges…Je sais que ce billet ne va pas être sympa en brossant les lecteurs dans le sens du poil… Mais disons-le d’entrée, ce que j’ai trouvé insupportable dans ce film et qui résume en une scène dupliquée tout le problème de l’approche du film : c’est l’enchaînement plusieurs fois de suite des images de la fille qui va coucher avec un mec avec celles de la mère copine dans les draps de son nouveau mec (et les deux disent, il faut l’entendre pour le croire!!! « c’est la première fois… »), une étreinte partout, la balle au centre. La fusion mère-fille, c’est déjà lourd (pardon, relou, tout le film est dialogué en « je le kiffe grave et c’est trop relou, putain », etc… et les parents répondent à tout bout de champ « cool, c’est cool »… ), mais la mère copine presque plus jeune que sa fille, trop c’est trop… Adultes et ado même combat : rester jeune, « kiffer »… Ils ont les mêmes vêtements, le pull en cashmere de Sophie Marceau emprunté par sa fille traverse le film, on y revient encore et encore… Ils ont aussi les mêmes joints, les mêmes conversations sur le cul… Et côté préoccupations, on est encore en miroir, la mère/Sophie Marceau a surtout retenu de l’intinct maternel qu’elle se culpabilise pour tout (mais elle a un psy pour ça), sa fille, elle, se demande ce que fricotent ses parents à coucher ensemble en cachette alors qu’ils sont divorcés… Dans l’appartement de Sophie Marceau de la taille d’un hôtel particulier, comme chez les copains, les copines, on tente de cliver les lieux de vie, les parents en bas, les enfants à l’étage dans leur chambre scotchés devant leur ordi, leur mobile, clichés prenez-moi la main… A la différence que chez les autres on communique par le mensonge et chez Sophie Marceau on s’aime comme dans « La Boum » sauf que Brigitte Fossey avait beau se laisser séduire par le prof de sa fille (je crois que c’est « La Boum 2 »), elle avait une vie d’adulte et un mari charmant, Vic avait donc un père digne de ce nom, le charismatique Claude Brasseur, ici, se souviendra-t’on du terne père de Lol qu’on cache? La place de l’homme au sein du foyer, de la famille (comme dirait le chroniqueur Eric Zemmour que j’écoute le samedi soir chez Ruquier et dont c’est la marotte), cette place du père n’existe plus, c’est un signe des temps, un matriarcat  flippé mène la danse, les hommes ayant à peu près la même fonction qu’un PC, pour rester correct, voire d’abruti débordé collant des punitions (père impuissant d’un des ados mais tenant à préciser qu’on le prend pour un con). Cet univers exclusivement féminin, où l’homme fantôme/fantasme n’est réellement utilisé que pour le plaisir sexuel, voir pour la procréation (c’est plus simple), et n’a pas de fonction annexe autre que d’être une source d’emmerdements potentiel ou de rêveries bovarystes quand on ne l’a pas encore rencontré…, Lisa Azuelos l’a bien montré dans son précédent film.
—–

 

Jérémy Kapone et Jade-Rose Parker
© David Koskas Galerie complète sur AlloCiné

 

Contrairement à ce qu’on voudrait nous vendre, il ne s’agit pas de « La Boum 3 » avec les états amoureux d’une Vic convertie en Lol dont Sophie Marceau jouerait à présent la mère, ce qu’on ne se lasse pas de souligner (pour la promo du film, l’actrice préférée des français s’est même fait faire la même coupe de cheveux que dans « La Boum »…) Il s’agirait plutôt de la chronique de la génération  des parents adulescents (kidultes) débordée par des ados à qui elle est incapabable de poser des limites, faute d’avoir accepté elle-même l’âge adulte. La scène dans la voiture où Lol passe un écouteur de son  Ipod à sa mère et toutes deux se dandinent  de concert est évocatrice à la nuance près qu’elles écoutent de la musique des années 70!!! A propos de musique, la seule scène que j’ai aimé ressemble, celle-ci, à une scène de « La Boum » : la copine blonde énamourée au tableau devant le beau prof de maths tandis qu’on passe une chanson de Marie Laforêt, soit la mère de la réalisatrice, très jolie scène très simple.

De temps en temps, quand la réalisatrice oublié de « brancher » le film de son film et fait simple, on sourit, on peut glaner quelques bons moments… Mais qu’ils sont lisses ces ados du Trocadéro qu’on dirait tous sortis de chez le coiffeur prêts à poser pour des photos de mode… On me rétorquera qu’ils ont le droit d’exister aussi, que tous les lycées parisiens ne sont pas « Entre les murs »…


Christa Theret et Marion Chabassol
© David Koskas Galerie complète sur AlloCiné

 

Quant à la soit-disant désopilante équipée en Angleterre (d’après ce que j’ai entendu dans l’omnipromo du film), visiblement, rien n’a changé, tous les films depuis 30 ans ont montré la même chose, à croire que Carnaby St est toujours la seule rue de Londres…  Ah, la gelée anglaise, pour le breakfeast, on l’aura filmée en France jusqu’à l’écoeurement! Et les ébats tellement plus faciles de l’autre côté de la Manche… « A Nous les petites anglaises », « La Gifle » : Adjani filait avec Jacques Spiesser en plaquant Jacques Perrin, ici Lol remplace Arthur par Maël.

Déjà repérée dans « Et toi t’es sur qui? », Christa Theret est parfaite, excellente actrice, c’est bien la seule, car on en vient à se demander dans quel bon film a tourné Sophie Marceau, ici cabotinante, grimaçante, amaigrie jusqu’à en avoir le décolleté osseux et les joues creusées, depuis l’époque Zulawski… (la pub Chaumet peut-être?) Autre exception, le joker Jocelyn Quivrin (un peu comme François Berléand à la génération suivante, quand il est au casting d’un film, c’est toujours lui le meilleur), heureusement qu’il est là! Dans un navrant sous-emploi, Françoise Fabian, la grand-mère qu’on drogue pour avoir la paix en pilant des somnifères dans son whisky Coca. Capri, c’est fini, et dire que c’était la ville… Il n’y aura plus de « Boum 3 », le moule est cassé…

 

Notre note

(2 / 5)

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top