Master Class Terry Gilliam pour la sortie de « L’Imaginarium du Dr Parnassus », en duplex Metropolitan/Allociné

Paris, jeudi 29 octobre 2009, sortie 11 novembre 2009

 

     
Hier après-midi jeudi dans une rue calme du 16° arrondissement, l’été indien sur Paris, un groupe de blogueurs du club 300 invité chez Metropolitan par Allociné pour une Master Class avec Terry Gilliam, retransmise en duplex sur le site, taille une bavette sur le trottoir en attendant de passer de l’autre côté du miroir… Auraparavant, la projection du film que beaucoup de fans attendent et il y a de fortes chances qu’ils ne soient pas déçus : « L’Imaginarium du Docteur Parnassus » que certains avaient pu voir à Cannes où il était sélectionné hors compétition. Sortant d’une conférence de presse à l’étage, Terry Gilliam descend dans l’antre de la salle de projection pour cette rencontre qui va durer une heure. C’est un homme exquis, vif, drôle, sympa, transpirant l’intelligence malicieuse, sans langue de bois, avec un mélange de recul  intellectuel, philosophique, sur les événements et de révolte contre la vanité de la société de consommation comme il le montre très bien dans son film. On est immédiatement sous le charme…
Contrairement à la majorité de l’assistance, c’est le premier film de Terry Gilliam que je vois… Stupéfaction de deux confrères blogueurs*** à la sortie… Le cinéblogueur ne serait pas omniscient comme les critiques ciné homologués… sans doute bloqué sur ses centres d’intérêt immédiats et c’est tout le mérite de ces invit d’Allociné de nous faire pénétrer dans des univers où personnellement je ne serais pas allée spontanément. Le cinéma de TG est avant tout une démarche artistique, si j’en crois ce dernier film, sorte de féérie parfois cauchermadesque, où il dit clairement qu’il s’est autorisé tout ce qu’il avait envie de faire. Le film met en scène le symbole de passer « de l’autre côté du miroir », dans l’imaginaire et l’imagination, chacun y créera son propre monde, sa propre vision du monde en rupture avec la vision formatée que nous propose la société du spectacle, les médias, la pub, la télé, etc… « Look the world with fresh eyes! » résume sa démarche spirituelle. Pacte avec Faust, traversée du Styx aux enfers, procès de l’immortalité qui serait davantage un boulet qu’une panacée, tous les fantasmes de l’artiste sont mis en image.*** petit débrief à la sortie avec « In The Mood for cinéma », « BJ&Mat, Cinéshow » et « Cinéfriends ».

  
Pitch. La roulotte du Dr Parnassus parcourt les villes depuis une éternité. Le pouvoir de ce vieillard est de faire voyayer les gens dans leur propre imaginaire, ce qui peut provoquer des catastrophes. Mais le Docteur Parnassus a gagné autrefois un pari avec le diable et l’immortalité. Tombé amoureux, il a ensuite échangé l’immortalité contre la jeunesse à condition de donner les enfants de cette union au diable dès l’âge de 16 ans. Or, Valentina, la fille du Dr Parnassus va avoir 16 ans et fêter son anniversaire, le diable rode… quand surgit Tony, un mystérieux et bel étranger pour la sauver…

A noter : Master Class de Terry Gilliam à la
FNAC Saint Lazare samedi 31 octobre à 16h. 
—–

Beaucoup de questions vont porter sur la disparition de l’acteur Heath Ledger auquel le film est dédié de manière touchante en le signant « From Heath Ledger and friends »… On sait que c’est le dernier rôle d’Heath Ledger, on a entendu dire que Johnny Depp avait pris la suite, enchaîné… Mais alors l’idée de génie de TG, son film donnant la vedette à l’imaginaire, c’est de choisir de montrer les différents visage du personnage d’Heath Ledger dans le film avec pas moins de quatre acteurs en tout pour un seul rôle : Heath Ledger, Johnny Depp, Jude Law, Colin Farrell… Bien qu’il n’ait pas changé le texte, TG dit que si Heath Ledger avait pu tout jouer, le personnage aurait été plus dramatique et c’est vrai que, hormis peut-être Jude Law, c’est vraiment Heath Ledger le meilleur, incroyablement juste, nuancé, vrai (de mon point de vue…)Les inflences de TG, il y en a tellement, il cite Walt Disney, Jerry Lewis, Dean Martin, Fellini, Bergman, Bunuel, Kubrick, les comédies musicales. Oui, il a vu « Le Vilain » d’Albert Dupontel et il a beaucoup aimé! Et le « Watchmen » de Zack Snyder aussi qu’il devait tourner, son avis? A la fois trop long et trop court… Son casting pour « L’Imaginarium du Dr Parnassus », il le trouve brillant! L’actrice principale peu expérimentée, ressemblant à un tableau du XIX° siècle, est très expressive, pas figée comme un top-model, par exemple! TG veut donner aux acteurs une opportunité de montrer comment ils peuvent être (d’explorer leurs  potentialités) au passage, un mot sur Johnny Depp et ses « Pirates des Caraïbes » si rémunérateurs, dommage qu’il ne joue pas des meilleurs rôles mais comment lutter avec ces machines à cash…

On lui parle de son quart d’heure Monty Python dans le film, une scène insensée avec une langue géante et un ballet de policiers anglais en bas résille faisant l’article de l’enrôlement… On lui parle du choix de Tom Waits dans le rôle du diable, pourquoi lui? il l’a déjà fait tourner et la voix de TW (qu’il imite!!!) pourrait faire un CD de relaxation… Car Terry Gilliam est un show à lui-tout seul, il imite aussi les films contemporains avec un peu de bla-bla interrompu par des scènes d’actions à tout bout de champ, ça tire, ça casse, ça poursuit en voiture….

Les scénarios originaux et les adaptations littéraires, le dernier scénario original avant ce film remonte à « Brazil », « Le Baron de Münchausen » c’était fifty/fifty. Quel sera le prochain film, Don Quichotte? Oui, « The Man who kill Don Quixote« 

. Quel casting? Un scénario remanié sans Jean Rochefort, sans doute (le film avait été interrompu au bout de 15 jours de tournage après un accident de l’acteur français)… Une info : sans Johnny Depp « trop occupé » bien qu’il semble que les deux hommes soient proches et que TG lui parle de tous ses projets. Comment il garde la force de continuer après les coups de durs de projets de films avortés, par exemple? Il n’aime faire que ça, travailler en groupe, créer un univers en miniature, et puis, comme il l’a dit tantôt « le créatif est une erreur de la nature », il faut assumer. 

           

 

 

 

PS. Merci à Al Amine d’Allociné toujours sur le pont pour nous accueillir! Lire aussi le récit de la Master Class de Jean-Pierre Jeunet chez Warner cet été pour la sortie de « Micmacs à tire-larigot »… 

Mots clés: , , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

1 Comment

  1. Brandie -  14 mai 2016 - 5 h 47 min

    “The rapidly growing Catching Fire cast” hahahaha whytwAny?aas, I’m still just sitting back and trusting the casting directors. They haven’t let us down yet, and I’m much more concerned with acting skills than I am with looks. The rumors are nuts, but if we have to wait this long, I guess we might as well have something to discuss, eh?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top