"Mon Frère est fils unique"**** ("Mio fratello è figlio unico")

Cannes 2007, Un Certain regard, Daniele Luchetti

Dans lItalie des années 60 et 70, deux frères qui saffrontent depuis lenfance vont emprunter des trajectoires politiques antagonistes tout en poursuivant cette confrontation sans fin faites de conflits et de réconciliations.

—–

Elio Germano et Riccardo Scamarcio
© Studio Canal Galerie complète sur AlloCiné

 


Dans la famille Benassi , le frère cadet surnommé la Teigne, Accio, est le plus mal aimé et le leur rend bien. Trimballant sa hargne et sa colère du séminaire au parti fasciste où il sinscrit pour emboîter le pas de son père de substitution, bavard vendeur de nappes au marché, Accio, colérique et bagarreur soppose à son frère, le beau est séduisant Manrico, inscrit, lui, au parti communiste. Lirruption de Francesca, petite amie de Manrico dont les deux frères sont amoureux, va les souder imperceptiblement au delà de leurs divisions



Portrait de lItalie ouvrière provinciale où les parents Benassi sont logés dans des maisonnettes délabrées par lusine qui leur promet un relogement fantôme, où certains sont encore nostalgiques de lItalie fasciste du Duce, où dautres sapprêtent à faire la révolution, le beau ténébreux Manrico ayant le profil des recrues des futures Brigades rouges, le réalisateur décrit une poudrière prête à exploser.


Agréable surprise qui nen pas vraiment une dans cette sélection Un Certain regard, le réalisateur Danielle Luchetti nétant pas un novice, le film présente tout ce que le cinéma italien possède, entre autres choses, qui manque cruellement au cinéma français : mettre une histoire individuelle en perspective de lHistoire (et pas seulement le cinéma italien, il semble que lexception française est emmurée depuis la Nouvelle vague dans un sempiternel cinéma intimiste, en témoignent les films français de la sélection Un Certain regard «Actrices» et «Naissance des pieuvres», pourtant parmi les meilleurs, films fermés et questionnants pavés détats dâme et de recherche du pourquoi du comment).


Accio et Manrico, les deux frères ennemis, sont terriblement vivants, sensuels et charismatiques, la famille est à hurler de vérité, lhumour omniprésent malgré les drames, le récit vif et ryhtmé, que demander de plus



Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top