"Once" : la musique des sentiments

John Carney, 2007

 


Un film sans sexe ni violence avec de bons sentiments. Pas de psychopathe pédophile ni de davocat véreux, pas de catastrophe ni de meurtres maquillés en suicides mais de la musique. Même pas du sex drug and rockn roll mais des chansons folk, douces et chaleureuses, comme ce film « Once ». Et des sentiments pudiques, fragiles, inavoués.
Il chante dans la rue, elle sarrête lui dire quelle aime ses chansons, dans la vie, il répare des aspirateurs, ça tombe bien, le sien est en panne, elle le lui apportera à réparer le lendemain. Ca lennuie de lui laisser lappareil, alors, elle laccompagne dans lentreprise paternelle où il travaille. Au passage, elle lui avoue quelle joue du piano, un marchand de musique l’autorise à jouer une heure par jour sur un piano pas encore vendu. Ils vont chanter ensemble, lui à la guitare, elle au piano et ne vont plus se quitter, ou si peu, pendant quelques jours.

—–

Une des premières choses quelle lui avait demandé, cest pour quelle femme il avait écrit cette chanson, il avait répondu en chantant pour une femme qui lavait quitté. Comme il la emmenée chez lui, elle lui fait connaître sa famille réfugiée tchèque, sa mère qui ne parle pas anglais et sa petite fille car elle a une enfant de deux ans. Chez elle, cest extrêmement pauvre, une seule télévision pour tout limmeuble, le soir, les voisins se regroupent dans leur salon. Pour acheter des piles dun lecteur de CD quil lui a donné, elle casse la tirelire de sa fille. Tout le film ou à peu près les 2/3 du film est chanté avec un système ingénieux qui consiste à ce quil ou elle chante et quensuite la chanson soit reprise par la BO comme une musique qui accompagne une longue scène, son retour à elle dans la nuit en écoutant sa musique à lui (très belle scène).

 

Markéta Irglová et Glen Hansard
© SND Galerie complète sur AlloCiné

Rentrés chez eux, des bribes de leur ancienne vie, encore présente, affleurent. Quand il compose ses chansons devant son ordinateur, passe sur lécran le film muet (façon film amateur) de son histoire avec lautre, la femme aimée, la destinataire de la chanson, cest la plus belle scène du film, très émouvante.

Elle est joyeuse, elle aime la vie, elle goûte de linstant présent, son merveilleux sourire, heureuse davoir vendu des fleurs dans la rue ou davoir décroché un boulot de femme de ménage chez des gens riches avec un bon salaire à la clé. Il est beaucoup moins pauvre, plus nostalgique, moins pratique, il a le choix, pas elle.

Il a bien essayé au début de lui proposer de rester pour la nuit, ça la choquée, il na pas insisté. Mais ils vont saimer par musique interposée, par passion partagée, ils sont faits l’un pour l’autre depuis la première note, mais leur temps est compté…

Cest un film dune grande douceur, dun romantisme pas niais, dun quotidien difficile jamais noirci ni embelli. Un film proche de la réalité des sentiments, un film qui montre et fait ressentir comment ils vivent, elle et lui, cette vie, pas comment elle est leur vie, vu de chez nous. Voilà le prodige de ce petit film dune infinie sensibilité, d’une modestie non feinte, qui a les atouts dun grand!

Note : Film présenté au festival de Sundance et au festival du film britannique de Dinard.

 

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top