Opération Road movie sur Ciné+, doc « Ferlinghetti, le dernier des beatniks » / adaptation ciné de « On the road » de Kerouac

Cin+ Star, Club, Classic, ALD, du 3 novembre au 1er décembre 2011
    


Par une météo d’été indien, j’ai passé mon jeudi soir « on the road » dans le cadre d’une soirée Ciné+ organisée dans un lieu adéquat : le café « Auto Passion » à Paris, boulevard Brune où on célèbre le culte de la voiture dans tous ses états, de collection, de rallye, en témoignent les ceintures de F1 dans les toilettes, les casques en guise de séchoir, etc… Comme à chaque présentation à la presse d’un cycle fort du groupe Canal, la soirée intègre la projection d’un doc inédit : ici « Ferlinghetti, le dernier des beatniks » (qui fait partie de la programmation Road movie) à la rencontre d’un nonagénaire survivant de la Beat generation, poète, peintre, éditeur, qui, le premier, a publié Ginsberg, Burroughs, Kerouac. 

         
——
Walter Salles l’a fait, ne reste plus qu’à attendre la fin de l’année, peut-être le début de la suivante : adapter le roman cultissime « Sur la route » de Jack Kerouac. Pour patienter, un livre « Road movie USA » sort le 20 octobre 2011. A cette occasion, trois chaînes de Ciné+ ont concocté une opération Road movie : 13 films dont un visible uniquement sur la plateforme de Ciné+ ALD (à la demande) : « Easy rider » (1969), the film de référence, tourné sans budget avec des acteurs en rupture, défoncés, déjantés, pas encore célèbres (Dennis Hopper, Peter Fonda, Jack Nicholson), qui signe la fin des films de studios et ouvre la voie à une liberté de ton jamais vue à l’écran et aussi à tous les excès du Nouvel Hollywood.
On y verra des films marquant le début de cette nouvelle ère comme « Shooting » et « Macadam à deux voies » (1968 et 1970, Monte Hellman), « Electra glide in blue » (1973, unique film du compositeur James William Guercio) ; des films plus proches mais non moins culte tels « My own private Idaho » (1991, 3ième film de Gus Van Sant avec le fameux tandem River Phoenix/Keanu Reeves) ou « Sailor et Lula » de David Lynch, palme d’or 1990. Et puis, les curiosités, ces films précoces de réalisateurs célèbres qui ne sont pas passé à la postérité : « Sugarland express » (1974) de Steven Spielberg ou « Le Canardeur » (1974), premier film de Michael Cimino. 

Profitons-en pour annoncer qu’enfin! les films visibles sur Ciné+ à la demande sont diffusés depuis septembre 2011 en VOST. Jusque-là, on pouvait rattraper tous les films du mois mais en VF, ce qui fait que je n’utilisais pas ce service. C’en est donc fini du calvaire du cinéphile, non seulement, on pourra voir les films en langue anglaise en VOST mais encore, tenant compte des nouvelles habitudes de visionnage des films, on bichonne le service ALD en programmant sur cette télévision dite « de rattrapage » 80 films par mois « en + » qui ne seront pas diffusés à la télévision. 

  
LE FILM / Kristen Stewart et Sam Ryley dans « Sur la route » de Walter Salles (photo MK2)
LE LIVRE / « On the road » (1957) : Jack Kerouac et Neal Cassidy dans la vie/Sal Paradise et Dean Moriarty dans le roman

 



« Ferlinghetti, le dernier des beatniks » (2011)

 


92 ans et la mémoire de la Beat generation, Lawrence Ferlinghetti a connu tous les écrivains de référence et, en premier lieu, Allen Ginsberg, dont il édita « Howl », ce qui lui valut des ennuis judiciaires, un procès mémorable, mais aussi en retour le regard favorable de la communauté littéraire de San Francisco, puis, les premiers ouvrages de William Burroughs, Gregory Corso, Jack Kerouac. Si
Ferlinghetti parle français, c’est que, sa mère française, il a fait ses études à Paris à la Sorbonne où sa rencontre déterminante avec le poète américain Kenneth Rexroth le pousse à s’envoler pour San Francisco afin de profiter de la nouvelle scène littéraire. Il y monte sa librairie City lights bookstore et sa maison d’édition où il publie d’abord des traductions de livres introuvables aux USA comme ‘L’Amant de Lady Chatterley » ou Jean Genet. Peintre, il fait ici visiter son atelier, poète, son ouvrage le plus connu, « A Coney island of the mind », a été traduit dans 12 langues, mais aussi auteur de théâtre, traducteur, critique littéraire, Ferlinghetti est d’abord un artiste engagé qui s’est investi dans le social, la politique, s’est penché sur le rôle de l’artiste dans la société. Il a été Sandiniste, Zapatiste, boudhiste, tantriste, etc… Olivier Assayas intervient dans ce documentaire qui semble bien connaître la philosophie des auteurs de la Beat generation pour lesquels prendre la route était avant tout une quête intérieure, spirituelle. Humour et nostalgie pour remonter le temps jusqu’aux conservatrices années 50 américaines où une génération d’écrivains et poètes entrait en résistance, ce qu’on a appelé la contre-culture. 


Bob Dylan, Allen Ginsberg, lawrence Ferlinghetti (photo « On the road with Jerry »)
 
photos prises à l’intérieur de l’Auto Passion café*

   

Diffusion
sur Ciné+ Star, Classic, Club, à la demande
OPERATION ROAD MOVIE
du 3 novembre au 1er décembre 2011
Star
« Tueurs nés » (1994) d’Oliver Stone (dimanche 6 novembre à 20h40)
Le Canardeur » (1974) de Michael Cimino (dimanche 13 novembre à 20h40)
« Sailor et Lula » (1990) de David Lynch (dimanche 20 novembre à 20h40)
« Sugarland express » (1974) de Steven Spielberg (dimanche 27 novembre à 20h40)

Club
« Candy mountain » (1988) de Robert Frank (jeudi 3 novembre à 22h30)
« Stranger than paradise » (1983) de Jim Jarmusch (lundi 14 novembre à 20h40)
« My own private Idaho » (lundi 21 novembre à 20h40)

Classic
« Ferlinghetti, le dernier des beatniks » (jeudi 10 novembre à 22h15)
de Laurent Perrin (2011)

« The Shooting »(1968) de Monte Hellman (jeudi 3 novembre à 20h40)
« Cinq pièces faciles » (1970) de Bob Rafelson ( jeudi 10 novembre à 20h40)
« Electra glide in blue » (1973) de JW Guercio ( jeudi 10 novembre à 23h10)
« Point limite zéro » (1971) de Richard C. Sarafian (jeudi 17 novembre à 20h40)
« Macadam à deux voies » (1970) de Monte Hellman (jeudi 24 novembre à 20h40)

ALD (à la demande)
« Easy rider » (1969) de Dennis Hopper

* Auto Passion café
197, bd Brune, Paris 14°

www.autopassioncafe.fr

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top