« Piazza Fontana » : retour en force du réalisateur surdoué de « Nos meilleures années »

Marco Tullio Giordana, sortie 28 novembre 2012

Pitch

L'enquête sur l'attentat de la banque nationale d'agriculture piazza Fontana à Milan en décembre 1969, une des affaires les plus sombres de l'histoire de l'Italie. Qui a commandité cet attentat jamais revendiqué officiellement?

Un homme va acheter 50 minuteurs pour machines à laver, générique. On présente les différents protagonistes, Giuseppe Pinelli, cheminot, chef idéaliste des anarchistes, le commissaire Luigi Calabresi, le prince Borghese, chef du mouvement neo-fasciste (Fronte nazionale). Mais tout n’est pas si simple, il y a des infiltrés fascistes chez les « rouges » (eux-mêmes financés par un éditeur milliardaire, Feltrinelli), Pinelli a renvoyé

Pietro Valpreda du mouvement anar car il le trouvait trop violent et Valpreda a un presque sosie, ce qui fait qu’on n’arrivera jamais à déterminer qui était dans un taxi en direction de la banque avec un sac de voyage, descendu puis remonté dans le taxi sans ce sac de voyage pour y faire 800 mètres, et cela juste avant l’attentat de la Piazza Fontana. On a cru d’abord à l’explosion d’une chaudière. Le 12 décembre 1969, à 16 h 37, une déflagration au numéro 4 de la Piazza Fontana au siège de la Banca Nazionale dellAgricoltura en plein centre de Milan fait 17 morts et 90 blessés. Très vite, on se rend compte que c’est un attentat, beaucoup plus tard, on émettra l’hypothèse qu’il n’y avait pas une bombe mais deux bombes ce jour-là. Mais revenons à l’hypothèse d’un seul poseur de bombes.
——
 


photo Bellissima

Malgré que la police le considère comme non violent, ce qui est le cas, Pinelli est interrogé trois jours durant à la préfecture de police, soupçonné de l’attentat, ses alibis ne collent pas, pourtant, le commissaire Calabresi est persuadé de son innocence. Il suffira que Calabresi quitte

quelques minutes la pièce d’interrogatoire pour que Pinelli tombe du quatrième étage (le 15 décembre au soir) : les policiers présents jurent qu’il a sauté, qu’il s’est suicidé, un accident… Calabresi cherche d’abord les terroristes dans les milieux d’extrême gauche. Finalement, on fera porter le chapeau à Pietro Valpreda, ce danseur sans travail que Pinelli avait exclu du mouvement anarchiste, présenté par la presse comme un fou dangereux, seul responsable de l’attentat de la Piazza Fontana. Mais l’opinion publique, divisée, en veut aussi à Calabresi dont le nom reste associé à la défenestration de Pinelli. Pourtant Calabresi est honnête, chemin faisant, il va penser à l’implication des haute sphères politiques et lui-même sera exécuté devant chez lui trois ans plus tard.En 1968,

les nombreuses revendications ouvrières et étudiantes avaient atteint leur point culminant durant « lautomne chaud » avec des grèves continues, des manifestations, des occupations dusines et duniversités. Pour la première fois depuis la fin de Seconde Guerre mondiale, lordre ancien semblait sur le point de céder. Pour certains politiques, cétait lespoir dun changement et dune amélioration sociale, pour dautres, la peur de perdre leur statut et leurs richesses. Le président Sagat, chef de la démocratie chétienne, atlantiste, influencé par Nixon, avait réussi la scission de la gauche mais peinait à gouverner seul (Aldo Moro, son ministre des affaires étrangères, tentait de le tempérer, il sera assassiné en 1978 par les Brigades rouges), le prince Borghese, à la tête des neo-fascistes, mijotait un coup d’état. Fallait-il du désordre (l’attentat de la Piazza Fontana) pour justifier le retour de l’ordre et des mesures autoritaires? On dit que le prince Borghese renonça à son projet de coup d’état après qu’un million d’italiens soit venu assister en silence aux funérailles des victimes de la Piazza Fontana. Cet attentat ne sera jamais revendiqué. Vengeance du prolétariat ? Rétorsion neo-nazie ? Opération menée sous couverture des services secrets ? 


photo Bellissima

A tous points de vue, le film est magnifique, le réalisateur du superbe « Nos meilleures années » (2003) est à son meilleur (« Sanguepazzo », 2008, dans l’intervalle, m’avait moins convaincue). Filmé en lumière « de guerre » livide, verdâtre, avec seul le sang rouge des victimes sous les décombres, s’agissant des lieux de l’attentat, cette banque
de la Piazza Fontana, aperçue avant le drame, un lieu magnifique, immense, devenu un champ de ruines qu’on va aborder sous différents angles jusqu’à faire appel aux archives en noir et blanc.Bien évidemment, on en revient toujours à la référence du cinéma politique italien, Francesco Rosi avec des films type « L’Affaire Mattei » ou « Main basse sur la ville », d’autant que les événements ayant lieu en 1969, on est dans la même époque parfaitement reconstituée par Marco Tullio Giordana. Le seul bémol, c’est le passage brutal de 1969 à 1972 vers la fin du film avec l’apparition de personnages un peu « sortis de nulle part » pour le spectateur. L’approche factuelle, date après date, une dizaine de chapitres avec beaucoup de noms de politiques italiens, peut perdre un peu le spectateur français (mieux vaut rester concentré, ce qui n’est pas difficile tant le film est captivant).

Il avait un des rôles principaux dans « Nos meilleures années », le réalisateur, Marco Tullio Giordana, lui a donné ici un rôle secondaire : Luigi Lo Cascio (le juge Ugo Paolillo), grand acteur italien (un des meilleurs). Giuseppe Pinelli est interprété par un acteur qu’on vient de voir dans « ACAB » : Pierfransceso Favino et le commissaire Calabresi par un acteur que je ne connaissais pas : Valerio Mastandrea au physique « Cassavetien » moins survolté qu’un Gian Maria Volontè (« L’Affaire Mattei », 1972, de Francesco Rosi, « Enquête sur un citoyen au dessus de tout soupçon », 1970, et « La Classe ouvrière va au paradis », 1971, d’Elio Petri)… Dans le rôle de son épouse, la belle Laura Chiatti (discrètement brune cette fois-ci).


photo Bellissima 


On va donc passer la semaine à louer, louanger, « Argo » de Ben Affleck (sortie mercredi 7 novembre, j’en reparlerai d’ici peu), c’est vrai que le film est bon malgré une fin bien pensante très politiquement correcte, c’est certainement le meilleur des trois films réalisés par Ben Affleck (qui se se la joue un peu beaucoup Warren Beatty dans le rôle principal), mais il n’a pas la force d’un film comme « Piazza Fontana », loin s’en faut…
 

Notre note

(5 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top