"Reviens-moi" ("Atonement) : drame romantique et romanesque

Joe Wright, 2008, sortie le 9 janvier 2008
 


Comme je nai pas vu « Orgueil et préjugés », premier film du même réalisateur Joe Wright avec la même actrice Kneira Knighley,  je débarque dans ce film dépoque tourné comme une histoire contemporaine
Par un été de canicule de 1935 qui titille les sens, la famille Tallis mène une existence insouciante et ronronnante dans une belle demeure victorienne à la campagne. La cadette des filles, Briony, qui ressemble à une Françoise Sagan miniature, passe la plupart de son temps à écrire. Le jeune prodige vient juste de mettre un point final à sa première pièce de théâtre et a consigné ses trois cousins, que ça assomme, pour la déclamer.  Pendant ce temps, la belle Cecilia, la sur aînée de Briony, est occupée à nier son attirance pour Robbie, le fils de la gouvernante.

Le soudain envoi dune lettre damour scabreuse de Robbie à Cecilia va faire leffet dune bombe dans lesprit enfiévré de Briony : elle va alors provoquer un drame dont personne ne se remettra : confiée innocemment par Robbie à Briony, cette lettre lue en cachette va la persuader que Robbie est un maniaque sexuel Ainsi, Briony assiste, épouvantée, à une étreinte passionnée entre sa Cecilia et Robbie dans la bibliothèque quelle interprète comme une agression contre sa soeur Une impression confirmée quand, plus tard, elle croit sauver sa jeune et coquette cousine dun viol

—–

Keira Knightley
© Studio Canal

 


Par un procédé narratif qui consiste à anticiper ce que voit Briony en observant de loin les rencontres entre Cecilia et Robbie, puis à revoir la scène en réalité avec les deux protagonistes (procédé vite érigé en système, si bien quon attend à la scène suivante qu’elle soit reproduite), le réalisateur a voulu mettre le point sur le i : cette histoire est traitée du point de vue de Briony qui ne voit que ce qu’elle veut voir, vu de son âge et surtout à travers le prisme de son tempérament romanesque et de son imagination débordante. Le souci de style devient alors rapidement lourd, autre exemple : ce zapping permanent entre les scènes et les personnages, pour superposer les actions des protagonistes, ou encore cette pléthore de gros plans sur les visages. Car le dialogue est rare et on tend plutôt vers une juxtapostion de scènes, un enchaînement dévénements, une mosaïque de situations, qui parleront deux-mêmes.
 

Saoirse Ronan
© Studio Canal

 

Adapté du roman « Expiation » de Ian Mac Ewan, le film comporte trois périodes et trois actrices jouant Briony à de âges différents de la Briony adolescente (Saoirse Ronan, beaucoup de personnalité) à celle âgée devenue un écrivain reconnu (Vanessa Redgrave) en passant par la jeune fille (Romola Garaï vue récemment dans « Angel » de Ozon).

Déception compte tenu de la richesse du scénario, de l’aura du film (présenté en ouverture de la Mostra de Venise), je mattendais à beaucoup mieux La mise en scène, trop préoccupée à la fois dun style moderne et dune signature visuelle, le film manque cruellement de rythme et de fluidité, pourtant, la présence de KK, magnifique, à la fois froide et sensuelle, dans un rôle tellement différent d’un « Pirate des Caraïbes », vaut le détour

 

Notre note

(2 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top