"The Killers" ("Les Tueurs") : film noir absolu

Robert Siodmak, 1946
 

Chef duvre de Siodmak, cest, avec « Assurance sur la mort », un monument du film noir, un parcours sans faute dune beauté et dune noirceur sidérante. On apprend dailleurs au détour dun supplément que le compositeur de la musique du film est le même : Miklos Rozsa. Adapté dune nouvelle dHemigway, ce film donne lieu à un remake en 1962 : « A Bout portant » de Don Siegel. Dans lintervalle, en 1956, Andreï Tarkovski adapte la nouvelle pour en tirer un court-métrage de fin détudes, 19 mn dun film livré en bonus sur le DVD Carlotta. Avant le remake, Don Siegel, mais aussi Richard Brooks et surtout John Huston auraient écrit le scénario de la version de Siodmak sans apparaître au générique, et encore moins être nominés à lOscar, car ils étaient sous contrat avec dautresDeux tueurs arrivent en ville, on ne voit que leurs nuques dans une voiture, la pancarte Brentwood, puis, leurs petites silhouettes noires sur fond gris remontant lavenue. Les tueurs se dirigent vers le Harrys diner, un coffee-shop ordinaire de lAmérique profonde. Enfin, on éclaire leurs visages, deux masques de tueurs.  Les deux hommes, agressifs et violents, harcèlent Harry par plaisir, puis décident de ne pas le tuer mais ils ligotent le client du bar et le cuisinier noir dans la cuisine. Le client du bar est un collègue de travail de Pete Lunn, le Suédois, recherché par les tueurs qui nont pas caché leur volonté daller labattre par contrat. Harry envoie le client du bar prévenir le Suédois. Vient alors la scène la plus forte du film malgré la force de lensemble : Pete Lunn, allongé sur son lit, refuse de quitter la ville, lassé de fuir, car il sait quil doit payer pour quelque chose de mal quil a fait autrefois (« I did something wrong, once »). La résignation de Pete Lunn est terrible, il se redresse sur son lit, entend le bruit dune porte dans l’immeuble, comprend l’arrivée des tueurs, les attend. De lexécution, on ne verra que les visage des deux tueurs et surtout on entendra lassourdissante rafale de balles, puis, on montre un avant-bras, celui de Pete Lunn, accroché à un barreau de son lit, ce bras lâche prise pour signifier la mort, enfin, on montre sa main, abîmée, brûlée, une main de boxeur. Une scène dune violence inouïe

—–


Burt Lancaster (Photo Carlotta)

Cette main de boxeur va mettre la puce à loreille de James Reardon, lassureur chargé de lenquête. Dautant que Pete Lunn a légué une petite somme à une dame employée dans un hôtel dAtlanta, un héritage modeste qui va déterrer une affaire criminelle et d’escroquerie à l’assurance beaucoup plus lourde. Le Suédois, qui sappelle en vrai Andersen, venait darriver à Brentwood un an auparavant. Le récit sarticule en 11 flash-backs, chaque personnage que va rencontrer lassureur va donner sa version dAndersen, livrer sa tranche de souvenirs. Comment en est-on arrivé là ? Et pour commencer, le client du bar raconte le malaise de Pete Lunn la semaine précédente après avoir servi un client dans une Cadillac noire, Queenie, lemployée de lhôtel, se souvient avoir sauvé la vie dun client désespéré après le départ de sa femme, elle la empêché de se suicider. Viendront ensuite Sam Lubinsky, le flic ami denfance, Charleston, le vieux compagnon de taule, Lilly, son ancienne fiancée, etc Le témoignage de Lilly, mariée à présent au flic, donne la clé de la condamnation définitive dAndersen : sa rencontre avec une femme fatale, Kitty, maîtresse dun truand, Colfax, dont il va senticher au point de saccuser de vol à sa place et de purger trois ans de prison. « Kitty Collins avait signé son arrêt de mort », dira Colfax à lassureur.
 


Ava Gardner et Burt Lancaster
© Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr Galerie complète sur AlloCiné

 


Andersen est un héros sous ses airs danti-héros, stoïque, il attend la mort, il se sacrifie pour Kitty, il lui pardonne son silence de trois ans, et même dêtre retournée vivre avec Colfax. En sortant de prison, Andersen accepte de participer à un hold-up dans une usine de chapeaux alors que Kitty se prélasse auprès de Colfax. Mais, une fois encore, Kitty va le trahir Lattitude de Kitty à la fin du film sera lamentable, elle supplie son mari de mentir pour la sauver avec aussi peu de courage que le Suédois en a démontré face à la mort. Eternel looser, Andersen est une brute qui subit, habitué aux échecs. Ancien boxeur, Andersen a passé sa vie à perdre, manipulé par les uns et les autres. De Kitty, il ne sétonne pas quelle le trahisse. Pas plus quil ne se révolte de devoir payer pour les autres et pour elle. Andersen est un personnage tragique qui nen saura jamais rien.
Pour les scènes dramatiques (celles avec Burt Lancaster/Andersen), limage plongée dans la pénombre emprunte largement à lexpressionnisme allemand avec une particularité : des contrastes marqués, des éclairages violents sur les visages, sur une pancarte, une portion du cadre (Siodmak arrive aux USA pendant lépoque nazie, auparavant, il a tourné des films en Allemagne et en France). Pour la partie enquête du film, les prospections de lassureur, limage est beaucoup plus claire, la manière de filmer plus classique. Film noir par excellence avec une image fignolant la stylisation des personnages, une musique servant la théâtralisation des situations, une correspondance étroite entre noirceur des images, des sons et des âmes. Servi par la musique de Miklos Rozsa, le film alterne les morceaux lourds annonçant les drames et le leit-motiv léger, faussement romantique, des rencontres dAndersen et Kitty, cette fausse histoire damour, la rencontre dune obsession et dune ambition dévorante, dun chien fidèle et dune mante religieuse.

Burt Lancaster et Ava Gardner débutaient, lui revenait de la guerre, elle navait eu que des petits rôles, inconnus du grand public, cest une des raisons pour lesquelles Siodmak les avait choisis ! Raté, les deux sont entrés dans la légende, superbe couple explosif !

La morale du film est l’absence de morale, l’absence de valeurs, l’engagement pour rien, le directeur de l’assurance s’est laissé convaincre par son employé zêlé James Reardon de poursuivre une enquête dont il se fiche car sa compagnie d’assurance n’en attend rien financièrement, en récupérant l’argent de l’escroquerie, la prime de l’assurance va baisser de quelques centimes, c’est dérisoire… Andersen est mort pour rien ou pas grand chose, pas pour la trahison qu’il croyait avoir commise et lui faisait accepter son châtiment.

Un film incontournable, une leçon de film noir, un choc !

Ava Gardner
© Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr Galerie complète sur AlloCiné

 

Bonus du DVD.

Dans les nombreux bonus du DVD, on a donc le court-métrage de Tarkovski : pas de musique, un casting beaucoup plus jeune et moins convaincant, les tueurs assez beaux gosses, Harry plus vigoureux, et une plus grande fidélité au texte, par exemple, les propos racistes vis à vis du cuisinier noir, supprimés dans la version de Siodmak, sont rétablis, les dialogues sont plus nombreux. Ce film comporte trois scènes : larrivée des tueurs au Harrysdiner, le voisin allant prévenir le Suédois et ce même voisin retournant chez Harry pour annoncer que le Suédois va mourir.

Ce film est édité chez Carlotta sous trois formes : le film en DVD collector « Les Tueurs » ou le coffret Siodmak avec « Les Tueurs », « Phantom Lady » et « Cobra Woman » ou encore le coffret « Les Tueurs »/ »A Bout portant » (le remake).

 

Notre note

(5 / 5)

Mots clés: , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top