"The Naked kiss" ("Police spéciale") : le baiser de l'aliéné

Samuel Fuller, 1964
            


Coffret choc pour deux films choc : « Shock Corridor » (1963, dont on parlera plus tard…) et « The Naked kiss » (1964, traduit en français par « Police spéciale »), films pour lesquels Martin Scorsese avait résumé la situation en une phrase : «Dans la vision de Fuller, lAmérique était devenu un asile daliénés.» Journaliste de formation, il démarre à lâge de 16 ans une carrière de reporter attaché aux faits divers, Samuel Fuller va conserver ce sens du sensationnalisme, du réalisme voyant, donnant fréquemment limpression quil fait la Une du journal dans la façon quil a de mettre en scène les personnages et les situations.
Sur la forme, mêlant linfluence de lexpressionniste allemand (Stanley Cortez, le chef opérateur, fut celui de « La Splendeur des Amberson »  et de « La Nuit du chasseur ») à une touche très personnelle et moderne daborder frontalement à limage les conflits internes des ses anti-héros, présentés souvent en gros plan, le visage déformé de pulsions ravageuses et de rage, avec lobjectif final de révéler la folie des personnages, ses films sont un mélange de film noir et de film sensationnel choc. Un bon casting, dont il avait le secret, peut donner aussitôt le ton : le journaliste de « Shock corridor », enfermé dans un asile pour faire un reportage, et le fiancé philantrope et pédophile de la prostituée dans « The Naked kiss », ont dentrée une expression de cinglé
—–

Ceux qui ont vu la scène douverture de « The Naked kiss » ne risquent pas de loublier ! Une femme roue de coups un homme quelle laisse sur le carreau. Pour cette scène, Fuller dit avoir accroché la caméra successivement à chacun des deux personnages, pour que Kelly, la prostituée, gifle vraiment la caméra symbolisant son souteneur. La violence de cette scène est difficilement descriptible dautant quelle aboutit au clou du spectacle, le crâne rasé de Kelly sous sa perruque rousse, punition infligée par le souteneur quelle vient de laisser KO sur le sol. Pendant le générique, Kelly réajuste sa perruque et se remaquille, devient de plus en plus belle Sa décision est prise : elle quitte la prostitution pour toujours.

 

 

Deux ans plus tard, Kelly est devenue éducatrice pour enfants handicapés. Larrivée en ville de Kelly, blonde, sorte de Grace Kelly un peu usée, tailleur blanc moulant très chic, allure ondulante, vampant les hommes par habitude, est également une séquence choc et charme n’omettant pas de mettre en place tous les éléments du drame : la rencontre avec Driff, le flic plus ou moins véreux, qui lui conseille de quitter la ville et de travailler chez Candy, un bar louche. Driff est le dernier client de Kelly, censée vendre du champagne, un client de trop? La figure du bienfaiteur de la ville, un certain Grant, hante les conversations, lhomme trop parfait est jeune, beau généreux, offrant des cadeaux à tous à ses retours de voyage. Le casting est fin, Grant a les traits épais, presque vulgaires, le regard sournois, son physique ne collant pas à son CV. Très vite, Grant demande Kelly en mariage. Ca ma rappelé la scène dun film bien ultérieur « La Dérobade » de Daniel Duval quand Miou-Miou, la prostituée tellement humiliée dans un claque sordide (dont on voit surtout les montées et descentes dans un escalier sinistre), croit enfin avoir trouvé un homme amoureux d’elle et le retrouve déguisé avec une perruque blonde et une robe, recopiant sa tenue à elle Grant a choisi Kelly parce quil considère quelle est «anormale» comme lui La scène nous gifle comme une douche glacée en hiver, on sétait pris à ronronner (un peu…), Fuller nous baladait dans la nouvelle vie de Kelly, dautant que la confession de Grant a lieu sur fond sonore dun spectacle chanté par les enfants handicapés de linstitut avec Kelly pendant que cette dernière arrive dans la pièce avec sa robe de mariée blanche toute neuve dans une grande boite  Ah, il met le paquet Fuller !


Constance Towers (Kelly) et Michael Dante (Grant)

Le film met en scène quatre personnages archétypaux, le flic véreux, le souteneur, le pédophile (le client) et la prostituée. Autour de Kelly, les hommes tournent tous par profit, pour un brin de sentiment ou de compassion, il faudra repasser ou attendre la fin du film où se dessine lestime de Driff pour Kelly, qui a remplacé les sentiments quil ne sautorise pas envers une prostituée, malgré son attirance immédiate pour elle, par une sorte damitié. Car, malgré ses atours féminins, Kelly a un comportement plutôt masculin, elle frappe le souteneur (première scène du film), plus tard, elle va agresser Candy dans son bar, pour défendre une des employées de linstitut que la tenancière  a cherché à dévoyer, en lui faisant avaler ses billets de banque.
Daprès ce que jai entendu dans le suppléments du DVD, son expérience journalistique avait mis Fuller en contact très tôt avec le milieu des prostituées dont il voulait ici défaire les idées reçues sur ces femmes que lAmérique puritaine condamnait. Fuller a tout connu, la guerre quil détestait (ses films de guerre « J’ai vécu la guerre de Corée », 1951), les camps de concentration (la prostituée rasée), de la barbarie, il connaissait tout. Taxé à tort danticommuniste (« Le Port de la drogue », version française de « Pick up on South st » où on a remplacé la chasse aux communistes par le trafic de drogue), Fuller ne souhaitait quun régime libre

Anti-politiquement correct, ce film dérange à plus dun titre, les scènes avec les enfants handicapés dans linstitut spécialisé sont très dures et tristes, la violence et lappât du gain sont partout, telle la jeune femme qui préfère le mirage de la prostitution chez la mère maquerelle Candy à $300 la semaine à la réalité douloureuse et peu rémunérée de linstitut. La dernière scène est habile, des visages fermés, hostiles, une foule menaçante, vindicatrice ? Non, pas cette fois, cette même foule qui la condamnait est aujourdhui reconnaissante à Kelly, enfin, les visages souvrent, sourient Pour combien de temps ?

 

 

PS. « The Naked kiss » remplacerait ici lexpression « The Iron kiss », qui, si j’ai bien compris, signifierait « le baiser des pédophiles » dans le jargon pédophile. Kelly dit en parlant de Grant quelle a senti quil était cinglé aussitôt qu’il la embrassée et quelle avait déjà connu une fois ça une fois avec un journaliste…

Coffret 3 DVD (Wild side vidéo) avec « Shock corridor », « The Naked kiss » et un DVD de bonus dont une interview se Samuel Fuller et les interventions de Quentin Tarentino, Tim Robbins, Martin Scorsese, J im Jarmush, etc…

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

3 Comments

  1. kiss-esca.com -  3 janvier 2015 - 2 h 50 min

    Eҳcellent post. I used tto be ϲhecking constantly this blog and I’m inspireɗ!
    Extremey helpful infoгmation particulɑrly the remaining section :
    ) I deal with ѕuch informatіon much. I used to ƅe looking for this psrtiсular info for a long time.
    Thankѕ and good luck.

    Répondre
  2. http://www.amigodeescuelarural.com.ar/ -  3 janvier 2015 - 23 h 08 min

    Very nice artiϲle. I definitely love this site.
    Keep writing!

    Répondre
  3. Http://App.Ctu.Edu.Vn -  4 janvier 2015 - 5 h 59 min

    Іt’s a shame yyou don’t have a donatе button!
    I’d molst certainlly donatе to this fantаstіc blog!

    I guess for now i’ll settle for book-marking aand adding your RSS feed to my Google account.
    I look forwaгd to brand new updatеs and will share this blog with my Facebook group.

    Talk soօn!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top