« Tous critiques? » : une cohabitation critique née avec internet

J.Jacques Bernard et Julien Sauvadon, diffusion CinéCinéma Club le 21 mai 2011
Après « Les Eblouis du cinéma », J. Jacques Bernard (France Inter, CinéCinéma Classic) et Julien Sauvadon (France 3) poursuivent leur exploration des passionnés de cinéma avec le doc « Tous Critiques? » que la chaîne CinéCinéma Club diffuse à l’occasion du 50° anniversaire de la Semaine de la critique. Sauf qu’ici le film est nettement plus polémique, mettant en oppostion les critiques cinéma homologués et  ceux qui s’y substituent depuis l’avènement d’internet : sur les forums, les blogs, les sites spécialisés, etc…  On fait un tour du côté des critiques ayant pignon sur rue comme Michel Ciment (« Positif) », Eric Libiot (« L’Express »), Pierre Murat (« Télérama »), le plateau radio du « Masque et la plume », ciné du « Cercle » animé par Frédéric Beigbeder sur Canal+Cinéma avec Xavier Leherpeur (« Studio Cinélive », Canal+), Marie Sauvion (« Le Parisien »), Sophie Grassin (« Le Figaro Madame »), Alain Riou (« Le Nouvel Observateur »). 

  
Jean-Jacques Bernard, rédacteur en chef de « Boulevard du classic », président du syndicat français de la critique, THE critic!
Si les journalistes ciné parlent avec prudence d’internet, histoire de ne pas faire de vagues, voire avec une certaine modernité, une voix off assène en pointillé tout au long du doc un point de vue caustique sur l’évolution de la critique avec l’émergence d’internet (« l’accès au savoir se confond avec le savoir », « le blog est une bouteille à la mer », une ère numérique où « l’expression d’un avis est synomyne de l’affirmation de soi », internet ou « entrer dans le tunnel de la connection anonyme »). Certains critiques ciné comme Serge Kaganski font preuve d’une véritable ouverture d’esprit : disant qu’il a appris sur le tas la critique ciné en fondant les Inrocks, pourquoi les blogueurs n’en feraient pas autant sur le net? D’autres sont plus rétifs, comme Michel Ciment qui voudrait bien un guide des blogs ne sachant par où commencer… Frédéric Beigbeder, interrogé, définit son émission « Le Cercle » pas vraiment comme de la critique ciné mais plutôt une discussion entre passionnés qui parlent de leur relation personnelle au film.
—–
Puis, on passe avenue des Champs Elysées à Paris dans les bureaux d’Allociné, Eric Chaurial, un des responsables du site, que tous les blogueurs ciné connaissent bien puisqu’il a créé et géré longtemps le club des 300, curieusement, n’en dit rien. Une community manager, spécifiquement en charge des relations avec les 300 blogueurs, n’en parle pas non plus. Chez Allociné, on parle plus volontiers des avis des spectateurs en bas de fiches de films, de l’importance d’un quatre* spectateurs. Pour ceux qui l’ignorent,
le club des 300 Allociné, groupe de cinéblogueurs « élus » par le site pour leur audience, a été précurseur du phénomène marketing de la mise en relation annonceurs/blogueurs sous la forme de soirées privées destinées aux blogueurs pour voir un film en avant-première avec à la sortie l’espérance d’un buzz bien orchestré : une critique du film sur le blog (souhaitée, pas exigée), des liens vers le site Allociné (souhaités, pas exigés), des statistiques à fournir sur un mini-site dédié, la création d’une liste de films/séries sur Allociné avec un label « Club 300 approved » ;  et pour les bons élèves, les convaincus du bénévolat, une petite dizaine de blogs assidus, des rencontres avec les stars d’une équipe de film américaine dans un palace parisien, par exemple, ou un séjour au festival de Cannes avec pour mission implicite d’enregistrer des petites émissions quotidiennes diffusées sur le site (l’année dernière, un groupe de blogueurs, invité par Allociné via un sponsor, était filmé tous les jours en train d’évaluer des scénarios sur les plages de La Croisette, une semaine durant, entre deux montées des marches ou autre soirée cannoise).

Halte chez Way to blue, que les blogueurs ciné, moins nombreux que chez Allociné, il est vrai, connaissent bien aussi : agence de com anglaise très pro qui s’est spécialisée dans la mise en relation entre annonceurs et blogueurs, aucune rétribution pour les blogueurs qu’ils « traitent de manière éditoriale » (sic), invitent à des projections, à des rencontres avec des équipes de films à l’occasion d’une sortie de film. Le directeur de Way to blue fait allusion à d’autres agences de com qui financent des articles sponsorisés, en vérité (ça, c’est moi qui l’ajoute), il s’agit de cas assez rares comme ebuzzing, et d’autres agences en ligne font exactement la même démarche que Way to blue, souvent de manière plus artisanale, rencontres, projections presse spécial blogs, organisation de concours en ligne dotés de places de cinéma.

Visites à la rédaction de Studio Cinélive, chez des distributeurs, Gaumont, Studio Canal, à l’agence de presse Moteur! où
Dominique Segall ne se gêne pas pour dire que les critiques négatives, il s’en fiche, que la critique est très loin du public. Une projection presse à Lyon, un voyage dans l’arrière-pays niçois, un couple de jeunes comédiens a créé Boulevard de la critique, site où ils mettent à profit leurs compétences en se filmant rejouer les bandes-annonces de façon parodique, une visite dans une nouvelle école de critiques cinéma en herbe vers Cannes en hiver. Pour les blogs, le documentaire n’a réalisé qu’une seule vraie rencontre avec un blogger : une blogueuse en l’occurrence, créatrice d’un blog de 7 ans d’âge (une des plus anciens blogs ciné), Sandra de In the Mood for cinema, qu’on découvre dans un café du Marais où elle présente son blog, puis que l’équipe suit et interwiewe à une avant-première de film, où sont invités aussi une dizaine de bloggers dont on entendra pour certains quelques mots comptés sur le sujet (Cineshow, Cloneweb, Myscreens).Malgré son agacement contenu au sujet de la vulgarisation de la critique, Michel Ciment cite une phrase de Cocteau qui fait mouche tout en résumant la situation, rencontrant un monsieur au sortir d’une projection  d’un film qu’il n’a pas aimé, ce dernier lui rétorque « le public a adoré », réponse : « il est bien le seul! »

« Tous critiques? »
Diffusion
CinéCinéma Clubsamedi 21 mai 2011 à 21h45
dimanche 22 mai

2011 à 15h05
mercredi 25 mai 2011 à 12h35
lundi 30 mai 2011 à 12h35
dimanche 5 juin 2011 à 14h30
samedi 11 juin
2011 à 19h45

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top