Festival du film asiatique de Deauville 2007 / J3 (vendredi 30 mars)

Deauville 4 saisons: Réveil ce matin jeudi avec la neige sur Deauville tombée toute la nuit : après deux jours de plage en manches courtes et lunettes noires à prendre des bains de soleil aux terrasses sur les Planches (lundi et mardi), un jour de brume d’une humidité pernicieuse enveloppant totalement la ville, les impers et les rhumes (mercredi), voici le blanc total hivernal, le sable recouvert de neige, les manteaux et les écharpes… et les parapluies pour la sortie du CID le soir sous une pluie glacée de neige fondue après la projection de l’hermétique (pour ne pas dire totalement incompréhensible) "I’m a cyborg but that’s OK"de Park Chan-wook, film présenté comme une comédie romantique…

Neige sur Deauville…
p3300792_edited

Hommage à Park Chan-wook

18376883
photo "Old Boy"

 

La conférence de presse

p3300815_edited
photo Vierasouto

Pendant la conférence de presse au troisième étage de l’hôtel Royal à Deauville, on a l’impression que Park Chan-wook nous donne un certain nombre de clés… Après la projection du film, que j’ai vu personnellement ensuite, peine perdue, impossible ce comprendre quoi que soit à cette «comédie décalée romantique loufoque», comme la définit le journaliste qui anime la conférence. Le déjà culte auteur de "JSA" et "Old boy" est donc attendu par bon nombre de journalistes et photographes qui ont fait le déplacement depuis Paris ou ailleurs. Ca mitraille d’un bout à l’autre et encore à la fin, on fait poser Park Chan-wook debout devant les panneaux du festival.

On lui demande pourquoi le choix de ces deux acteurs, il répond que l’acteur masculin représente en Corée l’archétype d’une certaine jeunesse, musicien très connu sous le nom de Rain. C’est ce dernier qui lui a conseillée l’actrice féminine qu’on a déjà vue dans "Deux sœurs" de Kim Jee-woon, un film pour lequel PCW avait appuyé sa candidature au casting.

Sur le look des personnages, Park Chan-wook s’est senti très libre à cause du lieu : un Hôpital psychiatrique P et des «fous» mais il voulait dessiner des costumes moins tristes que dans les HP en Corée. Par exemple, le personnage masculin, électricien, est vêtu d’un bleu de travail avec une coiffure hirsute, clin d’œil au personnage féminin qui capte la voix par des antennes. Il a décoloré les sourcils de l’actrice pour focaliser les spectateurs sur son regard.

La scène la plus difficile à tourner et le plus onéreuse est celle où le héros sur le toit, l’héroïne dégomme le personnel médical, il n’avait droit qu’à une prise pour des raisons de budget, comme pour la fameuse scène de bagarre dans le corridor de "Old boy".

A propos de l’hommage qui lui est rendu, PCW trouve que c’est un peu prématuré, il y reviendra le soir au CID pour la présentation officielle du film. Il a l’impression qu’on le pousse un peu vers la sortie, au CID, il dira même qu’il se demande s’il ne doit pas prendre sa retraite, que venu à Deauville en 2001 pour "Joint security area", et aujourd’hui, six ans plus tard pour l’hommage qui lui est consacré, il aimerait revenir un jour prochain comme nouveau réalisateur dans les découvertes et les espoirs!

PCW a pris un risque en changeant de genre avec ce film qu’il considère comme une comédie, radicalement opposé à sa trilogie sur la vengeance. Il cite David Lynch prenant un risque en changeant de registre quand il a réalisé "Une Histoire vraie" (sauf qu’on verra ce soir que PCW, lui, ne renoue pas comme Lynch alors avec une narration classique mais livre, au contraire, un drôle d’objet cinématographique non identifié). Par ailleurs, le film a été tourné en HD, c’est la première fois en Corée, ce qui ajoute à la prise de risque commerciale. Et pourtant, c’est le seul de ses films qu’il revoit volontiers… Est-ce une bonne idée de toute façon de changer sans cesse de style, il se pose la question, il voudrait que chaque film soit comme un premier film, comme un nouveau départ.

Le prochain film de PCW sera un film de ou sur les vampires «Evil live», ça fait cinq ans qu’il y travaille, il en saura plus long cet été, occupé en ce moment à voyager pour la promo et les festivals. La seule certitude pour ce prochain film, c’est d’engager le même acteur que le héros de «Sympathy for Mr vengeance».

Quelques questions sur les quotas de films américains en Corée dont la suppression est une erreur pour PCW, une autre question sur pourquoi le choix de Berne en Suisse pour certains passages, la réponse est que pour les coréens, c’est un pays imaginaire… le comble de l’exotisme au point que ça en devient comique.

En conclusion, est-il un aventurier, un défricheur, de ceux qui veulent être le premier? La réponse est oui, il a l’esprit d’aventure, il est curieux et cela d’autant plus que sa vie quotidienne est monotone…

p3300821_edited

 

p3300833_edited

 

Notre note

Partager l'article

Posted by:

zoliobi

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top