« Le Come back » : Pop star story

lecomeback

 

Ce film vaut la peine d’être vu pour les dix exquises premières minutes avec un sensationnel numéro de Hugh Grant en chanteur des années 80, un moment désopilant et jubilatoire qu’on reverra, fort heureusement, pour le générique de fin. Un pastiche de clip ringard avec scénario débile sert de toile de fond à cette exhibition d’un duo glam et gominé, moulé à exploser leur costumes blancs strassés, la chemise entrouverte, la lunette fumée, le déhanché mortel.

Alex Fletcher, ancien chanteur pop star des années 80, n’a pas d’amertume, poursuivant une fin de carrière minable dans des fêtes agricoles et les shopping centers. Poussé par son agent, on le découvre refusant une émission de téléréalité opposant les has been des années 80 dans des combats de boxe dont seul le vainqueur sera autorisé à chanter. Heureusement, Cora Corman, la Shakira du moment, férue des années 80, s’est mise en tête qu’il lui compose une chanson pour son prochain single.

Demeuré séducteur impénitent, un petit ballet de jeunes femmes se bouscule pour venir arroser les plantes d’Alex Fletcher dans son appartement, même en sa présence. C’est ainsi que le film introduit Drew Barrymore (Sophie Fisher) pour donner le réplique à Hugh Grant dans une histoire d’amour nunuche de chez nunuche… Elle vient manier l’arrosoir en remplacement d’une copine pendant qu’Alex tente en vain de composer la chanson de Cora Corman avec un parolier …. Miracle, l’arroseuse compose naturellement des paroles au kilomètre en fredonnant pendant que les deux autres sèchent lamentablement. Il s’avérera plus tard qu’elle est plus ou moins écrivain traumatisée par le mépris de son prof de littérature dont elle est amoureuse. En attendant, le tandem HG/DB ne va plus se quitter pour bosser la chanson de Cora.

Passons sur les quelques gags dont le comportement hystérique de la sœur de Sophie Fisher de l’âge à avoir eu 20 ans du temps de la gloire d’Alex Fletcher et celui fan de sa nièce en âge, elle, d’apprécier Cora Corman, Sophie Fisher étant justement la seule à n’appartenir à aucune des deux générations. Passons sur les dialogues quelquefois drôles mais un peu trop riches et formatés pour faire rire à tout prix. Passons sur l’histoire d’une grande banalité, téléphonée et sans surprise. Restent les numéros d’Alex Fletcher has been chantant sur les stands des hypermarchés avec son fameux déhanché à la «Elvis the pelvis» qui lui a valu une usure prématurée de l’articulation de la hanche (qu’il nomme la "pop hip" (hanche pop)). Quand HG endosse le costume du chanteur Alex, le film s’allume d’autant que les chansons ne sont pas désagréables à fredonner. Génial dans la parodie des années 80 du début du film, Hugh Grant est encore incroyablement craquant et drôle en chanteur has been. Mais quand HG cesse de mimer le chanteur, il ne reste plus qu’à attendre qu’il y retourne… Car Drew Barrymore, que je n’avais quasiment jamais vue au cinéma, m’a étonnée par la médiocrité de sa prestation, on se demande sur quel critère elle est aujourd’hui une des actrices les mieux payées d’Hollywood… La première scène de Sophie Fisher/DB est totalement surjouée et fausse, débarquant dans l’appartement d’Alex/HG en minaudant et cabotinant, la voix suraïgue, on redoute le pire, heureusement, elle lève le pied ensuite et se modère. Hugh Grant, au contraire, charisme fait homme, irradie l’écran et se suffit à lui-même, face à une chaise pour partenaire, il aurait encore du charme… Le film repose entièrement sur lui, on pourrait comme Staline pour le film «Al Capone», qui avait demandé un montage ne conservant que les scènes de tueries à la mitraillette, couper toutes les scènes où Hugh Grant ne figure pas, en conservant de préférence celles où il chante et c’est le sourire ravi assuré…

Le film tente mollement une critique du star-sytem, chanteurs kleenex d’une époque non renouvelable, cruauté de ne pas pouvoir être et avoir été, inépuisable réservoir de has been qui alimente les émissions de téléréalité telle «La Ferme des célébrités». Le personnage de Cora Corman, sorte de mix entre Shakira, Mylène Farmer et Britney Spears, est extrêmement caricaturé quoique sympathique et ravissante : longs cheveux d’or, corps de déesse et jeu de scène mystico-érotique, sortant d’un Boudha géant en maillot lamé sous une grande cape, du boudhisme en string» comme le dit justement Alex.

Une cascade de happy-ends en chapelet vont clore la fin du film, du produit plus exactement, car on ne doute pas de l’objectif exclusivement commercial de cette aventure distribuée dans pas moins de 20 salles à Paris (devancé le jour de sa sortie par «La Cité interdite» selon les premières stats). Avec un pass illimité, ça vaut la peine de voir au moins le début du film, voire d’attendre 1h30 pour qu’on le repasse en bis lors du générique de fin car on ne s’en lasse pas.

18702701

Partager l'article

Posted by:

zoliobi

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top