IMG_4129

« Memories of war » (« Operation Chromite ») : l’autre « Débarquement »

focus film, DVD John H. Lee, sortie 27 septembre 2017/salles, DVD/BR/VOD

Pitch

1950. En pleine guerre de Corée, le général McArthur organise un débarquement US sur la plage d'Incheon : l'Opération Chromite.

Notes

1950. La guerre en Corée fait rage. Le pays est sous la houlette de l’URSS et, accessoirement de la République populaire de Chine. Un mouvement de Résistance Coréen, le KLO, s’est installé, avec, à sa tête, le commandant Jang, déçu du communisme, humaniste. L’affrontement entre le commandant KIM, communiste borné, retors et pervers, et le commandant Jang, considéré comme un espion, sous-tend le récit. Les deux hommes s’affronteront jusqu’à la fin. Le général McArthur (Liam Neeson), adoubé par le président Truman (qui demandera, contre l’avis de ce dernier, qu’on respecte la division de la république populaire de Corée/Corée du Nord d’avec la Corée du sud*, afin de ne pas vexer la Chine communiste) organise, avec l’aide de la Résistance Coréenne, un débarquement sur la plage d’Icheon (récemment libérée), un peu sur le modèle du Débarquement en Normandie à la fin de la seconde guerre mondiale : c’est l’opération Chromite (titre original du film).

* Le partage Corée du Nord/Corée du sud avait été effectué dès 1948.

"Memories of war" (photo Wild side)

« Memories of war » (photo Wild side)

Longtemps, le commandement Coréen ne saura pas le lieu du débarquement. La plage d’Incheon est inhospitalière et sombre, éclairée la nuit seulement par un phare (le phare de Palmido). Comprenant enfin que le débarquement américain aura bien lieu sur la plage d’Incheon (pourquoi Jang le dira-t-il à Kim? Sans doute pour jouer le jeu, ignorant qu’il est déjà démasqué…), les Coréens truffent la mer et la plage de mines, la carte de l’emplacement des mines (détenue dans un coffre par un certain commandant Ryu) fera alors l’objet de nombreuses altercations sanglantes.

Et aussi

J’ai rarement vu un film de guerre aussi beau, l’image crépusculaire et verdâtre est sublime, la sensation de mouvement envahit l’écran dès les premières scènes (le train), le rythme ne faiblit jamais,  les gunfights, discrètement chorégraphiés, spécialité du cinéma asiatique, se multiplient en extérieur comme en intérieur, ici, on touche la perfection… L’interprétation est bluffante, Liam Neesom royal, montre Tank au poignet et Ray-ban, est la quintessence du héros du grand cinéma américain qui traverse le film.

"Memories of war" (photo Wild side)

« Memories of war » (photo Wild side)

Un film superbe (la toute fin est un peu trop sentimentale… mais ce n’est pas grave…)

Bande annonce

Notre note

5.0 Stars (5,0 / 5)

Mots clés: , , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top