PALMARES et clôture du Festival du film asiatique de Deauville 2007 / J5 (dimanche 1er avril)

Dernier petit déjeuner à Deauville, dernier film de la compétition "Family ties", méfions-nous de films avec ce préfixe quand on se souvient de l’éprouvant "Family portraits" du festival du film américain de Deauville en septembre (voir ma critique du film…). Reste au menu de l’après-midi l’avant-première mondiale "Things we do when we fall in love", nouveau film du réalisateur malaisien dont on a inauguré l’hommage jeudi avec "Before we fall in love again" et on verra que la ressemblance entre les deux films ne s’arrête pas au titre. En attendant le palmarès à 18h00 suivi du tardif film de clôture "The Go master" de Tian Zhuangzhuang, un soleil de dernière minute s’est installé sur la ville, précipitant les gens sur les Planches et dans les rues désertées depuis deux jours d’averse non stop. Comme je l’ai entendu dire à un client qui retournait à Paris "au moins, vous aurez beau temps sur la route"…

Palmarès

p4010865_edited

de g à d : Benoit Jacquot (debout), Gaspard Ulliel, Dominique Pinon, Mazarine Pingeot, JP Dionnet, Gilles Taurand, Laure Marsac. photo Vierasouto

Grand prix Action Asia
"Dog bite dog" de Soi Cheang ( Hong Kong)

Lotus Air France/Prix de la critique internationale
"King and the clown" de Lee Yun-ik (Corée du sud)

affiche_king_and_the_clown

Lotus d’argent/Prix du jury
"Ab lib night" de Lee Yoon-ki (Corée du sud)

Lotus d’or/Prix du meilleur film
"Syndromes and a century" d’Apichatpong Wherasethakul (Thaïlande)

syndromes_and_a_century_5

Un palmarès applaudi par le public pour "Dog bite dog" et "King and the clown". En revanche, l’attribution du prix du jury à l’éthéré "Ab lib night" suscite des réactions mitigées et celle du meilleur film au déjà célèbre thaïlandais Apichatpong Wherasethakul, très prisé des festivals, laisse l’assistance de marbre : ayant tendu l’oreille après le film jeudi matin, le public n’a pas aimé le sophistiqué "Syndromes and a century", lui préférant (si j’en crois les réactions après les projections et les applaudissements) "Le Pensionnat" de son compatriote Songyos Sugmakanan ou "Getting home" de Zhang Yang (Hong Kong). A ce propos, il est vraiment dommage qu’il n’existe pas de prix du public à ce festival public, celui du festival du film américain de Deauville ayant été supprimé en septembre, ça n’en prend pas le chemin… Le festival Paris-cinéma (le 3 juillet 2007 pour le prochain), modèle d’ouverture et d’interactivité avec le public, donne un bulletin à chaque spectateur avant chaque film qu’on remet ensuite à une hôtesse avec une note. Malheureusement, je n’ai pas pu rester pour l’intégralité du film de clôture "The Go master", étant obligée de rentrer à Paris, mais je vais essayer d’en dire néanmoins deux mots car ce que j’en ai vu était superbe.

Family ties de Kim Tae-Yong (Corée du sud)
Le film démarre par un jeune couple dans un train, dernière étape d’une histoire compliquée en plusieurs histoires emboîtées comme des poupées russes. La sage Mira, gérante d’un snack-bar, reçoit un coup de fil de son frère qu’elle n’a pas vu depuis des années annonçant son arrivée. L’enthousiasme de la jeune femme se pétrifie à la vue de Mu-shin, la nouvelle épouse de son frère, en âge d’être leur mère, un mégot vissé au coin des lèvres, le rire et l’orgasme bruyants de l’autre côté de la cloison de la chambre de Mira. Par dessus le marché, la pseudo-fille de Mu-shin débarque aussi chez Mira. Si le couple de jeunes gens est assez exaspérant, en revanche, le couple Mira/Mu-shin, qui va fonctionner en mères co-équipières, est plutôt piquant avec cet emploi original et peu employé… de femme d’un certain âge encore dans la séduction loin des schémas très jeune et jolie ou très vieille dame.

"Things we do when we fall in love" de James Lee (Malaisie)
Après "Before we fall in love again" (que je préfère nettement), film en noir et blanc habilement construit autour de deux hommes ayant perdu la même femme de leur vie, "Things we do when we fall in love" est à peu près la même histoire de couple et de jalousie, questionnements et suspicions, en version filiforme et en couleurs. Par rapport au film précédent, tout est radicalisé, le tête à tête du couple est interminable, les gestes quotidiens sont plus vrais et plus longs que dans la vraie vie (exemple de la jeune femme essuyant le pare-brise de la voiture en temps réel ou du robinet fuyant dans la salle de bains, le genre de scènes qui ont poussé pas mal de spectateurs déjà las vers la sortie)… Le parti pris de filmer longtemps le couple de dos, les nuques dans la voiture ou la caméra suivant le couple qui marche, jusqu’à ce qu’on arrive même à un écran noir avec un point scintillant, fige le film en démarche esthétique, une tendance qu’avait déjà le précédant. C’est pourtant visiblement l’inverse que cherche le réalisateur, obsédé par l’intimité du couple dont il dépouille tout autour de ce qui pourrait détourner l’attention du sujet.

"The Go master" de Tian Zhuangzhuang (Honk Kong)
Bien que je n’aie vu que la première heure du film, ce que j’en ai vu était du haut de gamme à tous points de vue et je retournerai certainement voir ce film à sa sortie en salles. Le film raconte la vie de Wu Qingyuan, né en 1913, meilleur joueur du XX° siècle du jeu de go, équivalent oriental et plus ancien du jeu d’échecs. Le jeune Wu, repéré tôt comme un jeune prodige du jeu de go, quitte sa Chine natale à 14 ans pour exercer son art au Japon, pays où ce jeu frise l’obsession. Indifférent aux conflits entre les deux pays, son existence centrée uniquement sur le jeu de Go (un maître peut ne jouer qu’un seul coup en toute une journée…), Wu épousera la japonaise Kazuko et passera sa vie au Japon. Victime d’un accident de voiture en 1955, il devra arrêter la compétition. Interprété par le remarquable acteur twaïwanais Chang Chen (vu dans "Three times" de Hou Hsio-sien), le film, apolitique bien que sur fond d’un contexte politique houleux, est focalisé sur le portrait moral d’un homme à la recherche de la concentration mentale maximum et de la force émotionnelle nécessaire pour être le meilleur joueur de Go. Les images de ce film sont exceptionnellement limpides et d’une grande beauté, en adéquation avec le sujet.

Le film "The Go master" ainsi que celui de James Lee ("Things we do when we fall in love") sont actuellement en compétition au 31ième festival international de Hong Kong (équivalent asiatique du festival de Cannes) présidé par Jean-Michel Frodon, directeur des Cahiers du cinéma (du 20 mars au 11 avril 2007)

the_go_master_-_ok

 

Partager l'article

Posted by:

zoliobi

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top