« Patterns » : l’impitoyable ancêtre de « Mad men »

Fielder Cook, 1956, sortie DVD 6 juillet 2011

Pitch

Un ancien ingénieur, engagé au siège de la Ramsey&Co, officiellement pour assister le vice-président de l'entreprise, se rend compte qu'il est là pour prendre sa place et assiste, impuissant, à sa mise à mort par le grand patron.

Si vous chercher l’ancêtre de la série « Mad men », c’est ici! Un NY effrayant, une grande entreprise gérée d’une main de fer par Ramsey junior, fils de Ramsey senior, le fondateur de la première usine, dont il reste le bras droit, Bill Briggs, vice-président, qui a conservé la philosophie d’autrefois, le profit, oui mais pas à n’importe quel prix comme le licensiement massif des ouvriers que Ramsey junior rachète frénétiquement. Bill Briggs dont Walter Ramsey veut la peau et le forcer à démissionner.
——

photo Wild side vidéo

Pour cela, il engage un ingénieur, ancien directeur d’une usine récemment rachetée, Fred Staples, un type bien qui débarque de sa province avec son épouse, bluffé par l’accueil qu’on leur a réservé : une maison luxueuse, un bureau décoré à grands frais au 40° étage du building Ramsey, l’étage de la direction. Sous le prétexte de demander à Fred Staples d’aider Bill Briggs à rédiger le rapport d’activité annuel, Walter Ramsey mijote un harcèlement psychologique de cet encombrant collaborateur que ça lui coûterait trop cher de licencier. Staples va muer au fil du récit, trouvant Briggs très sympathique, choqué par le traitement qui lui infligé (on lui attribue sa secrétaire, les mérites du rapport, etc…), il assiste, impuissant, à la descente aux enfers de son collègue mais finira par obéir à l’adage « la corruption, c’est une question de prix ».
 


photo Wild side vidéo
Manhattan est filmé comme un menaçant monstre noir et gris, le hall d’entrée du building de la Ramsey&Co à l’heure d’arrivée des employés des bureaux, une fourmilière plus bondée que le métro avec une hiérarchie stricte pour prendre les ascenseurs. Comme plus tard c’est montré à l’identique dans la série « Mad men », la disposition des bureaux des chefs avec leurs secrétaires dans le couloir devant leurs portes respectives, prêtes à bondir au premier appel. C’est un film d’une grande cruauté, on va y mettre à mort un homme pour le culte du profit pur et nul n’en sortira indemne, pas même le type bien, humain, sympa, parachuté dans le chaudron de Manhattan, passant in extremis de l’autre côté du miroir sous la pression de son épouse qui a de l’ambition pour deux. 


photo Wild side vidéo


Au départ, une « pièce télévisée », comme il y avait des feuilletons radio, de la série « The Kraft Television Theatre » écrite par Rod Serling, le 72° volet frappe les téléspectateurs : « Patterns » (1955), un succès dont on  fait une rediffusion, ce qui est exceptionnel à l’époque car il faut rappeler les comédiens et retourner tout l’épisode en une fois, puis, il obtient un Emmy award. Ensuite, tout comme pour « 12 Hommes en colères » réalisé par Sidney Lumet, on en tire le film « Patterns » réalisé par Fielder Cook en 1956. Rod Serling est plus célèbre par ce qu’il fit ensuite : la série « The Twilight zone » (« La Quatrième dimension ») dont Spielberg tirera un film en 1983, le scénario de « La Planète des singes » en 1968. Si Serling avait opéré un virage vers la SF, c’était pour échapper au contrôle des sponsors de la TV qui avaient dans les années 50/60 un droit de regard sur les scénarios, le hasard…


DVD Wild side vidéo
bonus « La Dimension Rod Serling »
sortie 6 juillet 2011
 

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top