« Rogue cop » (« Sur la trace du crime ») : le vice et la vertu

Roy Rowland, 1954

Pitch

Un flic corrompu tente de persuader son frère d'accepter de l'argent pour renoncer à témoigner dans une affaire maffieuse. Quand son frère est abattu, l'aîné va tout mettre en oeuvre pour le venger.


Un petit trafiquant est poignardé dans un lieu public, un jeune flic, agent de la circulation, est témoin, il a reconnu le fuyard, il s’agit de Falcon le ridé. Bien qu’il s’agisse d’un cave, deux gros truands interviennent pour le couvrir auprès du sergent Christopher Kelvaney auquel ils graissent la patte depuis des années pour  participer à leurs trafics. Malheureusement, le premier flic, Eddie Kelvaney, le témoin du crime, n’est autre est le frère du second, le flic ripou. Bien que les deux frères ne s’entendent pas, tous deux fils d’un père vertueux, flic modèle, Eddie ayant pris le relai comme policier intègre, Chris, le cygne noir, ce dernier veut sauver et sa peau et celle de son cadet. Les acteurs sont typés blanc et noir, le bon flic est blond, le flic ripou brun corbeau avec le regard magnétique de Robert Taylor.
—– 

Deux femmes vont jouer un rôle majeur : Karen (Janet Leigh), la fiancée d’Eddie, une chanteuse séduisante  mais claudicante, au passé trouble, qui veut se racheter une conduite ; Nancy, la petite amie  écervelée et alcoolique de Dan Beaumonte (George Raft), un des deux truands qui menacent de faire tuer Eddie si Chris ne le convainc pas rapidement d’oublier la figure de Falcon le ridé. Eddie refuse l’argent sale, Chris ment à Beaumonte et Ackerman, et les deux maffiosi, qui ne le croient pas, font abbattre son frère par un tueur à gages. Dans l’intervalle, Chris a essayé de persuader Karen d’influencer Eddie en la faisant chanter sur son passé à Miami, ce qui a eu le résultat paradoxal de rapprocher les deux, la chanteuse craquant pour le flic ripoux dans lequel elle se reconnaît. Un amour apparemment partagé mais platonique qui fait régner une forte tension sexuelle dans les scènes entre Karen/Janet Leigh et Chris/Robert Taylor, chacun s’interdisant de passer à l’acte par respect pour le frère, le type bien, pas corrompu comme eux, qu’au fond, ils admirent. 


L’annonce de l’assassinat de son frère agit sur le sergent Chris Kelvaney comme un électrochoc et une possibilité de rédemption, il passe de l’autre côté, celui de la justice où il aurait dû rester ; effacés ses anti-valeurs de flic corrompu et son désir de ne pas ressembler à son père vivant toute sa vie avec un salaire de misère,  Chris va tout mettre en oeuvre pour venger Eddie au risque d’y laisser la peau.
Beau film noir classique de la période film noir Hollywoodien (1954), sombre et sobre, atmosphère crédible donnant une impression de vérité

(la corruption, les indics), beaux personnages, acteurs superbes (on ne se lasse pas d’admirer Robert Taylor si viril et sensuel dans son manteau noir, l’oeil bleu acier souligné de noir), final noir en hécatombe, que demander de plus? 

Vu sur France 3, cycle film noir,  dimanche 23 janvier vers minuit

 

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top