« Clara Sheller » saison 2 : les mêmes personnages, la même histoire… mais un casting totalement neuf!

focus film Paris, 22 octobre 2008, diffusion 19 novembre 2008 sur France 2
Dans le cadre des soirées Allociné du club des 300, ce mercredi soir, direction France Télévisions, immense building posé à la limite du 15° arrondissement de Paris et du boulevard périphérique, à quelques brasses des quais de Seine. C’est une soirée spéciale « Clara Sheller » que nous avait concocté cette fois-ci « notre » Eric Chaurial qui manage le club des 300 Allociné avec notamment des invitations à une pluie d’avant-premières depuis la rentrée, on ne s’en plaindra pas… Deux épisodes de la saison 2 sont présentés par une partie de l’équipe du film dont Zoé Félix et François Vincentelli qui remplaçent Mélanie Doutey et Thierry Neuvic dans les rôles de Clara et Gilles. Quant au rôle de JP, Patrick Mille prend la place de Frédéric Diefenthal. C’est une petite révolution dans l’histoire des feuilletons télé, de changer le casting au complet, comme au théâtre fait remarquer malicieusement le scénariste de la série Nicolas Mercier

. N’ayant pas vu la saison 1, je ne peux pas faire la comparaison mais pour avoir bavardé avec Yaël, invitée à la soirée avec laquelle j’ai fait connaissance, elle trouve François Vincentelli plus émouvant dans le rôle de Gilles. Bien que le projet ait pour vocation de pouvoir regarder la saison 2 comme si on abordait une nouvelle histoire, si on creuse un peu, on est quand même dubitatif s’agissant du personnage de Gilles si on n’a pas pris connaissance de la saison 1, cet homme parfait qui vit désormais depuis trois ans avec Clara quand au précédent épisode, Clara vivait avec JP et que tous deux étaient amoureux de Gilles, si j’ai bien compris…

 
Zoé Félix est la Clara Sheller de la saison 2
Le premier épisode, que j’ai personnellement préféré au second, fait un portrait de Clara Sheller la mettant en scène avec son entourage et ses collègues de bureau. Clara travaille dans un journal où elle écrit mollement une chronique d’humeur hebdomadaire, plus préoccupée de shopping, de savoir marcher sur des talons argentés, de sa rivalité avec la nouvelle du journal trop sérieuse ou de sa relation avec Gilles qu’elle trouve trop parfait. Mais JP, avec qui Clara vivait autrefois avant de descendre quelques étages pour s’installer chez Gilles, non seulement habite toujours le même immeuble, mais travaille aussi au journal et l’y emmène tous les matins en Vespa.
—–
Car aujourd’hui, trois années ont passé depuis la saison 1, Clara, 33 ans, vit avec Gilles tandis que JP a une histoire d’amour sérieuse avec Marc. Clara et JP sont indentiques, revendiquant leur immaturité et refusant le train-train d’une vie de couple, d’une vie sociale classique qui les empêcherait de rêver. Tandis que Gilles tente de parler enfant et mariage à Clara qui élude la question, Marc propose à JP de vivre ensemble, ce qu’il refuse maladroitement tout en se morfondant du départ de Marc. Au premier degré, on a affaire à deux trentenaires égocentriques qui refusent de grandir et que la peur de s’engager fait régresser : Clara accumule les mensonges pour fantasmer en solo, ce qui exaspère Gilles qui ne lui interdit rien tout en étant séduit par son imprévisibilité ; JP, désolé du départ de Marc par sa faute, accueille Brad, une caricature de minet gay rencontré dans un bar, qui s’attachera à lui mais qu’il renverra cruellement.
 


Clara/Zoé Félix et Gilles/François Vincentelli


Car Clara et JP aiment-ils vraiment autre chose que leur image en miroir en s’aimant l’un l’autre puisqu’ils sont pareils?  D’après des allusions par ci par là, on comprend ce qui s’est passé pendant la saison 1 : que Gilles convoité par JP, lui aurait peut-être cédé, que finalement c’est Clara qui tombera enceinte… d’une seule nuit avec JP mais ira vivre chez Gilles…  D’ici à penser que Gilles sert d’objet transitionnel entre Clara et JP qui ne se touchent pas, faute de partager la même sexualité, mais que le vrai couple ce sont eux, Clara et JP, il n’y a qu’un pas (l’étage qui les sépare dans leur immeuble où chacun possède la clé de l’autre…) Mais c’est la personnalité de Gilles qui demeure opaque : aime-t-il Clara ou JP ou les deux?  On l’entend se désoler que JP l’évite, qu’il n’ait plus personne à qui parler…
A moins qu’il ne s’agisse finalement d’une relation à trois plus ou moins bien assumée?


Nicolas Mercier, Zoé Félix, François Vincentelli, Eric Chaurial

Le second épisode dilue un événement posé sur le ton de la comédie : le mensonge affectant la famille élargie : Gilles, dont on découvre les parents réacs (génial Bernard Lecoq), croit pouvoir éponger son insupportable enfance puisqu’il va être lui-même papa… Sauf que cette info est la conséquence d’un mensonge de Clara à sa collègue Victoire pour lui clouer le bec et qu’elle n’ose pas démentir. Non seulement le sujet ne prête pas beaucoup à rire (pour ma part), excepté le comique de situation, mais c’est quasiment la seule idée développée dans ce second épisode, exit le rythme pimpant du premier épisode, on s’est « posé » comme on dit, espérons que, telles des Clara Sheller, que d’après le site officiel nous sommes toutes, comme Flaubert disait « Madame Bovary c’est moi », on va cesser de ronronner au troisième épisode. Ayant aperçu la sublime Marie-France Pisier dans la BA du 3° épisode, je regarderai certainement la suite… Car la grande réussite de ce feuilleton, c’est le casting : de Zoé Félix craquante avec sa Marilyn attitude à Patrick Mille, excellent acteur, en passant par le séduisant François Vincentelli, c’est déjà pas mal… mais bravo au soin apporté aux seconds rôles en choisissant des comédiens parmi les meilleurs, tels Anny Duperey, Bernard Lecoq, Charlotte de Turckheim et M.France Pisier, enfin, on se souvient de l’importance des seconds rôles qui ont écrit la légende du cinéma autant que les premiers rôles!

Pour le reste, une esthétique un peu clip de temps en temps, un BO sympa comme si on écoutait de la musique à la radio, l’intégration naturelle d’un couple homo et d’un couple hétéro à part égale, ce qui n’est pas rien pour une chaîne nationale si je me souviens de l’état d’esprit des précédents feuilletons de l’été que j’ai regardés sur France 2  (mais je ne suis pas une fidèle des feuilletons français)… A moins qu’on ait carrément osé le triolisme dans une série française, ce serait quand même le grand dépoussièrage des chaînes publiques…


Zoé Félix au bar de l’hôtel Royal au festival de Deauville en septembre 2008 dernier, ayant gentiment accepté de poser
www.cinemaniacadeauville.fr

Lire aussi la critique du film « Déjà mort » d’Olivier Dahan… le film où j’ai découvert Zoé Félix… Avec Benoit Magimel et Romain Duris au top… Culte…

Mots clés: , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top