« Country teacher » : le seuil de tolérance de la solitude

Bohdan Slama, 2008, sortie DVD 6 avril 2010

Pitch

Un professeur de biologie d'un lycée de Prague arrive dans un village de campagne pour devenir instituteur sans que personne ne comprenne les vraies raisons de sa mutation.

Un film de deux heures un peu longuet, compte tenu du sujet dépressif, pourtant, vers le dernier quart du film, on assiste à un virage vers la lumière, et si c’était possible… Professeur de biologie à Prague, Pietr accepte un poste d’instituteur dans un village perdu dans le campagne. D’entrée, le professeur responsable de l’école le crédite d’avoir quelque chose à cacher pour venir s’enterrer dans ce trou où les élèves, de son point de vue, ne s’intéressent à rien.
—–

photo éditions Montparnasse

Logeant chez l’habitant, Pietr partage le logement d’une vieille dame agonisante que sa petite-fille vient voir toutes les semaines d’autant qu’elle a un petit ami dans le village, un certain Lada. Une promiscuité quasi documentaire qui montre bien les conditions de vie dans la campagne tchèque entre rusticité, précarité et alcoolisation de la population, les hommes souvent ivrognes.
Rapidement, Pietr se rapproche de Marie, la mère de Lada, veuve d’un mari infidèle parti avec une autre, revenu pour des disputes de couple sans fin. Mais Pietr et Marie n’attendent pas la même chose l’un de l’autre bien qu’ils partagent le même besoin d’amour, de compagnie. C’est ce que le film montre très bien, il n’y a pas de sentiment dévalué par l’orientation sexuelle de l’un ou de l’autre, l’amour existe au delà des préférences sexuelles. Mais on n’en est pas là.


photo éditions Montparnasse

Pietr a quitté Prague pour trouver la paix des sens, n’assumant pas son homosexualité, ayant choisi l’ascèse. La visite de son ancien compagnon va dynamiter ce refuge dans le rien amoureux : Pietr se rend compte qu’il est attiré par Lada, le fils de Marie, d’autant que l’ancien compagnon, un type assez odieux, va embarquer la petite amie de Lada. Pourtant, Pietr a autant besoin de l’affection de Marie que d’assumer son homosexualité, c’est paradoxalement cette femme qui a tant souffert des hommes et de la solitude affective qui va le conduire à s’assumer en jouant le rôle que n’a pas tenu sa vraie mère, en l’acceptant tel qu’il est, en l’aimant « quand même », autrement.
 


photo éditions Montparnasse

La visite à Prague de Pietr à ses parents donne le ton d’une enfance sinistre, sa mère dévalorisant son père relégué à fumer sur le balcon avec un élévage d’abeilles, une métaphore présente dans le film quand le Pietr parle à sa classe de la desexualisation des abeilles aux profit de la reine de la ruche, de l’importance que chacun tienne son rôle et assume ses différences pour le bien de la communauté.
Le film joue sur le train-train du quotidien pour faire monter insidieusement la tension en montrant les efforts de Pietr pour à la fois s’intégrer au village tout en s’effaçant, pour garder l’attention de Marie tout en résistant à la tentation de Lada, son fils, lui-même traumatisé par son enfance, ado à problèmes. Une situation explosive qui va finir par exploser. Un film dépouillé, austère, dur sur les relations humaines dont le seuil de tolérance serait la solitude ou pas et à quel prix, le tout sur fond de travaux des champs harassants, le personnage de Marie étant quasiment une sainte. Belle interprétation de l’acteur tchèque Pavel Liska un peu dans le genre Polanski, voûté, accablé, méfiant, rasant les murs.

Le film fut sélectionné à Venise (« Venice days ») en 2008 et en compétition au festival de Toronto en 2008.

DVD éditions Montparnasse, sortie le 6 avril 2010.

A signaler dans la même collection, également sorti le 6 avril 2010 : « Nuit de chien » de Werner Schroeter, sommet de théâtre baroque au cinéma, pour amateurs avertis…

 

synopsis.
Gare de Santamaria, nuit. Un homme dune quarantaine dannées, descend dun train au milieu dune foule de réfugiés et de soldats épuisés. Cest dans une ville assiégée que ce héros dune résistance en débâcle tente de retrouver ses anciens alliés et celle quil aime. Mais la situation a bien changé, et les amis dhier nont plus le même discours. Tandis quune milice déchaînée terrorise la ville, chacun cherche désormais à sauver sa peau.

Notre note

(3 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top