« Ferien » et « Last chance for love » : quel cinéma? (2 films aux antipodes)

Thomas Arslan sortie 18 février, Joël Hopkins, sortie 4 mars 2009

           


Qu’ont en commun un film allemand « Ecole de Berlin » épuré, dépouillé, quasiment comportementaliste, et une comédie sentimentale anglo-américaine cossue avec deux stars au générique? Le fossé entre le discret « Ferien » (« vacances ») et « Last chance for Harvey » (« Last chance for love ») avec Dustin Hoffman et Emma Thomson est immense… D’un bord, la relève, le nouveau cinéma réalité, la vie comme si l’on y était, qui, mine de rien, ne ménage pas le spectateur, de l’autre, du cinéma formaté pour s’évader « safe » où tout est édulcoré, enjolivé, les brushings léchés, les répliques écrites sur mesure, malgré une idée semi-courageuse : montrer une histoire d’amour avec deux amoureux qui ont passé l’âge du rôle sur les écrans US en compensant par un casting choc pour amortir le choc… Deux écoles, deux cinémas… En commun, ces deux films n’ont rien sauf leur date de sortie proche : 18 évrier et 4 mars 2009 et le fait… que je les ai vus cette semaine à 48h d’intervalle…

 

 

« Ferien » (« Les Vacances ») de Thomas Arslan

 

 

 

Pitch.
Un sujet apparemment simple :
Un couple et ses enfants viennent passer leurs vacances en famille à la campagne. Lenvers du paradis familial, le mirage citadin d’une vie simple près de la nature ou l’inverse, on s’ennuierait moins en ville… Laura, Paul et leurs deux enfants, viennent passer leurs vacances chez la mère et le beau-père de Laura dans leur maison à la campagne. Dès le bonjour de Laura à sa mère, Anna, on sent une tension entre les deux femmes, avec Paul, son mari, ce nest pas mieux, il lagace. Aussitôt arrivée, Laura regrette dêtre venue, seule sa grand-mère semble lémouvoir. Présentée comme une vieille dame tonique, son statut ne tarde pas à changer, sa fille Anna parle delle comme un problème, on ne va pas la mettre à lhospice, elle est seule et malade
—–


photo Acacias films

Dans cette maison au cadre idyllique, nature et bord de leau, personne nest satisfait de son sort : Max, ado rêveur, le fils dAnna et Robert, son compagnon, rêve de déménager en ville. Anna elle-même finit par déclarer quelle ne supporte plus cette maison.  A la première occasion, Laura avoue à Paul quelle a un amant à Berlin. Anna regrette en secret son premier mari, le père de Laura et Sophie, ses deux filles. On ressent parfaitement le repos quinspire ce paysage silencieux, ensoleillé et vert, un calme bientôt englouti par les conflits et les tensions qui vont aboutir à labsurde idée dune solution : vendre la maison et de retourner en ville, à Berlin, fuir
Il ne manquerait pas grand chose à ce film pour être nickel, quelques aspérités, quelques pics dintensité dramatique, quelques rebondissements, et pourtant… c’est cela le style « Ecole de Berlin », le poids de la vie comme si on y était, l’ennui  existentiel, les frustrations, les  rares joies et les conflits larvés, les scènes qu’on dirait tournées en temps réel, les détails infimes qui disent tout en un plan, un mot, les acteurs inconnus, habillés et coiffés comme tout le monde, l’anti-glamour, l’anti-rêve qui n’exclut pas les idées de mise en scène et la description sans concession de la middle class allemande au delà de l’exemple individuel…



« Last chance for love » de Joël Hopkins

Pitch.
Un sujet de comédie sentimentale type avec une spécificité : l’amour existerait aussi après l’âge de l’amour. Invité au mariage de sa fille à Londres, un homme divorcé tendance looser va rencontrer l’âme soeur.

Harvey Shine, compositeur de jingles ringards pour la pub, vient de s’entendre dire par son boss qu’il est viré, que le séjour à Londres pour le mariage de sa fille lui fera le plus grand bien… Arrivé à Londres, Harvey est mis au piquet dans un hôtel sinistre tandis que tous les invités sont hébergés dans une grande maison louée par son ex-femme et son nouveau mari. Ce qui est bien vu, c’est le casting du couple de parents : face au second mari de l’ex-femme de Harvey, lui-même petit et gauche, mal fagoté, son successeur est superbe, élégant et immense… Quant à la mine condescendante et « qui a beaucoup souffert » de l’ex-épouse, elle suciste immédiatement l’antipathie. D’ailleurs, sa fille préfère que ce soit son séduisant beau-père qui la conduise à l’église et non pas son père.


photo La Fabrique de films
Dépité, Harvey repart pour l’aéroport d’Heathrow prendre le premier avion en espérant récupérer son travail à New York. Ayant raté le dernier vol de la soirée, il rencontre Kate au bar, hôtesse d’accueil à l’aéroport, vieille fille quadragénaire vivante et sympathique, mais privée de vie sentimentale car harcelée par une mère castratrice qui lui téléphone non stop sur son portable. Le plus rétif des deux, c’est elle, élevé à l’école américaine des battants (bien que looser), Harvey va s’acharner à apprivoiser Kate que la crainte de souffrir en amour fait préférer une vie neutre en émotions, en retour elle va lui faire visiter Londres comme on visite Paris…La seule nouveauté de cette comédie sentimentale, non négligeable compte tenu de ce qu’on voit au cinéma en général, c’est l’âge des protagonistes, le thème de la seconde chance en amour, peut-on encore espérer se caser après la quarantaine, la cinquantaine après avoir accumulé les déceptions et les échecs de toute une vie? Peut-on espérer refaire sa vie quand le match est plié? Un sujet qui colle bien avec l’augmentation de la longévité qui fait qu’on ne pourra pas éternellement se cantonner à montrer au cinéma des amoureux qui ont 20 ans et des poussières. Tout comme l’Oréal engage Jane Fonda pour sa dernière crème anti-rides, ici, on fait appel à deux acteurs parmi les plus doués des années 80 : Emma Thomson et Dustin Hoffman, : si l’on ne peut s’empêcher de penser que des acteurs de cette trempe pourraient employer leur talent pour des rôles plus forts, bien évidemment, ils sont nickel.

 

Notre note

(4 / 5) (3 / 5)

Mots clés: , , , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top