"L'Année où mes parents sont partis en vacances" : dictature militaire et coupe du monde de foot

Cao Hamburger, 2006/2007, sortie 26 décembre

Prix du public au festival de Rio de Janeiro en 2006, j’ai vu ce film en ouverture du festival du film brésilien à Paris…

« L’année où mes parents sont partis en vacances »
(On ano em que meus pais sairam de ferias »)

Pendant la dictature militaire de 1970 au Brésil, Mauro, 12 ans, vit avec ses parents à Porto Alegre, adolescent sans problème particulier que la préoccupation de la prochaine coupe du monde. Ses parents, obligés de fuir le régime et le pays, décident de lemmener vivre un certain temps chez son grand-père à Sao Paolo. La fuite des parents de Mauro est si précipitée quils le déposent simplement devant limmeuble tristounet de la banlieue populaire et cosmopolite de Bom Retiro à Sao Paolo où habite son grand-père. Malheureusement, le vieil homme est mort la veille en rasant un client dans son salon de coiffure. Recueilli momentanément par Shlomo, un voisin habitant le logement mitoyen et employé de la synagogue, vieil homme tatillon et grognon, Mauro est pris en charge par un peu toute la communauté, majoritairement juive pratiquante. Bien quil décide ensuite dhabiter seul dans lappartement vide du grand-père, la communauté veille sur lui. La nouvelle copine de Mauro, leffrontée Hannah, dont la mère tient une boutique de vêtements, lui apporte des victuailles et le présente aux gamins du quartier.

—–


 

Tourné en numérique comme la plupart des films en compétition à ce festival et dautres, le film a une image un peu rude à laquelle il faut désormais shabituer. Cependant, outre la tendance à linflation de gros plans dans ce cinéma nouveau, on remarque un don du réalisateur pour le mouvement, et on nest pas étonné ensuite de voir au générique à la coproduction du film le réalisateur Fernando Mereilles, auteur du génial «La Cité de Dieu» et «The Contant gardener», passé maître du mouvement.

 

Le point de vue du film est celui dun enfant qui subit les conséquences de la dictature sans rien y comprendre que labsence de ses parents, son déménagement difficile dans une ville inconnue et les allées et venues louches dadultes fuyant ou se cachant, parlant à voix basse. Les événements historiques en eux-mêmes sont très peu montrés, ce nest pas le sujet du film mais la trame. En revanche, la religion football est déclinée depuis les jeu de football-puce avec des jetons jusquà la finale de la coupe du monde de Mexico, Italie-Brésil (pour les amateurs, images d’archive du match avec Pelé), en passant par des matches amateurs dans le quartier. Le père de Mauro lui ayant toujours dit que tout le monde peut faire des erreurs en football sauf le gardien, sa vocation ne tarde pas à poindre : il sera gardien de but. Sen suivent des images qui démontrent bien le sens du mouvement du réalisateur avec Mauro sautant sur son lit et partout dans sa chambre en mimant des arrêts de ballon. Car le projet majeur de Mauro n’a pas changé, c’est de sa nouvelle vie et son nouveau quartier qu’il regardera la coupe du monde tant attendue à la télé.

 

Le film oscille entre humour et émotion, souvent drôle, son scénario piquant est pourtant mis à mal quelquefois par des scènes tournant un peu en rond, cest un peu le contraire des comédies françaises sans scénario quune idée à diluer une heure 30 mais expert en remplissage, ici, on manque parfois un peu de contenu dans le milieu du film, le début démarrant fort. Dans lensemble, cest tout de même un film très sympa à regarder, avec des images plutôt novatrices au service dune histoire pavée de bons sentiments, un peu mélo mais pas trop.

 

 

Publié dans CinéManiaC/Allocine le 26/04/07

 

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top