http://kebekmac.blogspot.fr

« La Traque » : 7 salopards notables et 1 femme

focus film Serge Leroy, 1975

Pitch

Une jeune femme arrive par le train du matin et réserve une chambre a l'hôtel. Elle veut acheter une maison dans la région... Un seul point faible, sa phobie des chiens...

Notes

Mimsy Farmer

Helen Wells (Mimsy Farmer), jeune anglaise, débarque dans une gare d’une petite ville de Normandie à l’aube. Elle atterrit dans un petit hôtel et loue une chambre pour la matinée, espérant reprendre un train pour Aleçon vers midi. La jeune femme veut louer une maison isolée en forêt.

Pendant ce temps, deux amants (ou anciens époux?) se disent au revoir dans une chambre à la tapisserie marron fleurie très année 70. Philippe Mansart (JL Bideau) et Françoise (Françoise Brion) ont un étrange discours d’adieu, il vient d’acheter une carabine toute neuve, elle parle par allusions, lui aussi. Leur échange, pourtant court, est ambigu. « Tu as bien le droit de t’acheter une carabine!  » lance Françoise à son amant qu’on  devine de vieille date. Elle fume une cigarette « la dernière et la première… », dit-elle. Elle lui dit de prendre cette carabine avec lui, qu’elle lui portera bonheur… Ils se verront mardi prochain comme d’habitude… L’homme dont on ignore encore le nom claironne qu’il lui fait monter son petit déjeuner dans leur chambre. Françoise a annoncé avoir le temps de partir, dans 2 ou 3 heures…

L’homme, Philippe  Mansart, enfin nommé, client de l’hôtel, rencontre Helen Wells devisant avec la réceptionniste qui a téléphoné au taxi de la petite ville en urgence pour passer la chercher à 11h dans la maison à louer que tous appellent « la Guetière ».

Mansart se présente à Helen Wells et propose de la déposer en voiture, une DS, et, bien qu’on dise cette maison à louer très éloignée du centre ville,  c’est sur son chemin ; elle accepte et monte dans sa voiture, ils font alors le trajet ensemble. Bientôt, une seconde voiture, klaxons bruyants, phares allumés, le jour levé depuis peu, colle la DS de Philippe  Mansart. En bavardant, Mansart se rend compte qu’avec Helen, ils ont des amis communs :  Helen Wells, chargée de cours à la fac de Caen, est l’amie du couple Juillet dont on apprendra plus tard qu’ils sont psychiatres… Ambiguïté a nouveau mais un cran de plus : qui est Helen Wells? Une jeune femme fragile prise en charge par un couple de psy? Helen est-elle dangereuse? Pour qui?

Le spectateur ici imagine tout tandis que Philippe Mansart dépose Helen Wells à 100m de la maison à louer, isolée  dans la forêt, belle et blanche, un jardin, un plan d’eau, et, obsédés par l’inconnue, les grossiers frères Danville, Albert (Jean-Pierre Marielle) et Paul (Philippe Léotard), faisant des affaires dans  la ferraille, qui poursuivent leur petite traque d’Helen Wells.

Avant chasse, le cérémonial d’un copieux petit déjeuner chez le couple Maurois, le garde-chasse, l’épouse, enceinte, accusant son mari (dans la grange)  de distractions pédophiles à ses heures, en réponse « salope! » Les retardataires arrivent dont Rollin (Paul Crauchet) qui sort de la messe du matin. Un homme au regard doux a perdu sa nièce, il en parle à Michael Lonsdale qui évalue les hectares de la défunte nièce.

Au début de la chasse, les sept hommes échangent informations et potins, toute info est utile et peut devenir une arme,  Mansart a l’accord de son beau-père, sénateur,  Auguste Margerie, des établissements Margerie, pour se présenter aux élections, « un élu à sa botte » raille-t-il. Mais on le soutiendra parmi les 7 chasseurs, en fait, pas tous… A noter cette plaisanterie de Mansart aux autres hommes à propos d’Helen : à la question de  savoir comment elle est dans un lit, sa réponse « mais folle, bien sûr!' »

Paul a craqué pour Helen qu’il va finir par violer avec l’aide de son frère, Albert et sous le regard consterné, impuissant, du seul type gentil des 7 chasseurs, celui qui a offert un café chaud à Helen, ayant fait quelques pas dans le jardin,

Quand Chamond (Michel Robin) avait parlé de la mort de sa nièce à David Sutter (Michael Lonsdale) durant les agapes précédant la chasse, le second, en guise de condoléances, comptait les hectares… Cet homme trop doux va craquer… Plus tard…

 

PS. Oui, on a bien lû ce film tellement fort et dérangeant est en accès libre sur YOUTUBE : GRATUIT!

Vous me direz qu’il y en a qui préfèrent payer, non, je plaisante.

cf. Plus bas dans ce post La rubrique DIFFUSION : on arrive directement sur le film sur Youtube

 

 

 

 

Et aussi

LES ANNÉES 70 en province

Le vert des années 70. Mansart, col roulé et veste vert sapin, Helen Wells porte du vert, pendant la chasse, tous sont habillés, imperméables, lodens, en vert, comme les arbres, la forêt.

le marron imprime ton sur ton de la tapisserie de la chambre d’hôtel en ville.

la chasse dans toute son horreur et qui ne suscite en 1975 aucune polémique.

HELEN WELLS

Elle a appris à se défendre et bien au delà… et elle sait reconnaître un gentil d’un salaud…

Elle prend toutes les précautions pour ne rester qu’une matinée dans cette petite ville de Normandie où on imagine qu’on lui a conseillé de visiter cette maison isolée en Normandie

Sa phobie : les chiens (son point faible) : elle sera violée à cause de sa peur des chiens… Et tuera son violeur (Paul Danville, elle préfère les hommes aux chiens?

Paul Danville, séduit par Helen « at first sight », disant aussitôt à son frère que ce genre de filles « ça le fait bander »), un pauvre queutard, empêtré dans sa vulgarité chronique, qui a perdu les pédales et n’en revient pas qu’elle ait tiré sur lui…

MIMSY FARMER

elle peut tout jouer, changer de regard d’un plan à l’autre

Les névrosées Ange ou démon (« La route de Salina » de Lautner) critic

http://www.cinemaniac.fr/la-route-de-salina-the-road-to-salina-polar-hippie/

Les femmes fatales malgré elle (« More de B. Schroeder) critic ICI

MIMSY

Blond platine plus ou moins foncé, c’est une des plus belles et talentueuses actrices des SEVENTIES

Mimsy Farmer DANS « La Traque  » de Leroy , c’est pire que Chabrol, ici , il y a aussi un univers à la Flaubert…

MIMSY, victime ou bourreau?  Unique!

 

CASTING

MIMSY FARMER (Hélène Wells)

FRANÇOISE BRION (Françoise )

MAUROIS (le garde-chasse)

JL BIDEAU (Mansart)

PAUL CRAUCHET (Rollin)

MICHAEL LONSDALE (David Sutter)

JEAN-PIERRE MARIELLE (Albert Danville)

PHILIPPE LEOTARD (Paul Danville)

MICHEL CONSTANTIN (le capitaine Nimier)

MICHEL ROBIN (Chamond)

BO Du générique du début
Une route la nuit, la BO top…

🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥⏰⏰⏰⏰⏰⏰⏰⏰⏰⏰

Fin au bout de 45 mn.

Je reprends le visionnage du film quelques jours plus tard…

Le choc est absolu!

Une femme et 7 salopards au dessus de tout soupçon. Une battue qui se transforme en traque… Une tragédie inéluctable, des secrets inavouables qui soudent les 7 chasseurs.

Quant à l’image, qu’on se souvienne des six chasseurs dans la lumière jaune et déclinante à la fin du film, la fin réelle avant un final si convenable…

 

attention SPOILER!

À ne pas lire si vous n’avez pas vu le film !

 

Bilan : 8 morts, j’en oublie?

Mimsy Farmer hurlant comme un animal blessé à mort en se noyant dans plan d’eau…

La phrase lucide d’un des 6 chasseurs restants avant le final qui dit que, de toute façon, ils sont tous déjà morts…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe

image

« MORE »

"la route de Salina"

« La route de Salina »

 

Diffusion

YOUTUBE

EN ACCÈS GRATUIT

Bande annonce

Notre note

(5 / 5)

Partager l'article

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top