"Le Dieu du carnage" : Bobo song

30 janvier 2008, écrit et mis en scène par Yasmina Reza

Isabelle Huppert et André Marcon


Isabelle Huppert et Eric Elmosnino

 

Comme exceptionnellement sur ce blog, parlons dune pièce de théâtre, celle dont tout le monde parle parce quIsabelle Huppert y joue le rôle principal et quelle est écrite et mise en scène par Yasmina Reza, la biographe de Sarkozy, serait-on tenté de dire aujourdhui, non, quel esprit chagrin Lauteur de théâtre la plus fêtée, saluée, jouée dans le monde entier. Depuis « Art », Yasmina Reza, qui est aussi auteur tout court, na plus lâché la rampe du succès au point que ça a attisé ma curiosité car je nai pas vu « Art », ni la première version, ni la reprise, ni lu ses livres, eh oui, il était temps dêtre curieuse

 

Quest-ce qui plaît tant aux bobos qui se pressent aux pièces de Yasmina Reza ? Quelle les mette en scène et les critique gentiment ? Cette impression de faire un petit examen de conscience pas trop rude? Sans doute Car la pièce ne va pas révolutionner les consciences, étirant sur 1h30 une idée simple et vraie : sous le bourgeois hypercivilisé sommeille un sauvage qui signore.

—–

 

Véronique et Michel Houillé, les parents de Bruno, 11 ans, reçoivent Annette et Alain Reille, les parents de son ancien copain de classe Ferdinand qui lui a cassé deux dents « armé dun bâton ». On démarre sur cette phrase, pas « armé », « muni », dit le père de Ferdinand, il sagit donc dune réunion de conciliation des deux ménages pour tenter de trouver une solution amiable avant la valse des avocats et des assurances. La pièce observe le basculement dune situation où les Reille, partis pour sexcuser, vont petit à petit perdre le contrôle de leurs propos et de leurs gestes pour finir par être grossiers et agressifs, les dents du petit Bruno, ils sen foutent, pire, cest bien fait pour lui Pendant ce temps, les Houillé ont progressivement baissé la garde, passant de lamabilité à la colère ou au découragement, cependant que les problèmes de couples des uns et des autres ont pris le dessus pour ne revenir que de plus en plus rarement à parler de leur progéniture.

 

Alain Reille, avocat daffaires, arrogant et téléphone mobile addict, est le seul qui sécroule en silence quand on le prive enfin de son téléphone. Les autres vont s’exprimer au delà de la mesure. Annette Reille, conseiller en patrimoine, férue de mode avec ses collants violet et son manteau anis, son sac oversized, bascule la première, révélant rapidement la névrosée soupe au lait sous la femme réservée. Chez les Houillé, on résiste jusquà ce quAnnette Reille vomisse sur le livre dart de Véronique Houillé, Huppert se jette à plat ventre sur le canapé, unique décor de la pièce, en tapant des pieds de colère. Enfin, Huppert sanime, jusque là, on se demandait bien ce quelle avait pu trouver à ce rôle dune grande fadeur, elle habituée aux beaux textes, aux sensations fortes.

 

Mais le personnage le plus intéressant, cest Michel Houillé, un gros nounours sympa qui fait les corvées, on voit André Marcon encombré dun plateau, dun sac, dun manteau, allant chercher du clafoutis, servant des verres Pour un bavardage de convenance où sa femme raconte que leur fille est fâchée parce que son mari a jeté le hamster de la maison à la rue, Michel Houillé va se faire traiter dassassin, de type qui se prend pour John Wayne mais incapable de prendre un animal dans ses mains Michel Houillé, spécialisé dans la vente délectroménager, nest un bobo que par cooptation, par son mariage avec Véronique qui écrit un livre sur le Darfour et se sent concernée par le monde, la rencontre avec les superbobos Houillé le fait sortir de ses gongs, il verbalise ses rancoeurs

 

Peut-on parler de mise en scène? Nayant pas lhabitude du théâtre, je nen sais rien mais ça ne saute pas aux yeux, il semble quon fasse confiance aux acteurs qui sont tous très bien, si Yasmina Reza a une qualité, cest son sens du casting. Quant au décor, il ne pèsera pas sur le budget de la pièce, un canapé, des livres, une chaise, des vêtements rouge de préférence, Huppert, filiforme avec un petit gilet orange et la jupe assortie, de hauts talons en cuir crème. Une tenue mode pour Valérie Bonneton avec un ravissant manteau anis à col de fourrure, un gilet rouge pour un des maris, un costume pour lautre, et surtout, un téléphone mobile! Car on ne se lasse pas de mettre en scène lenfer du téléphone portable depuis quelques temps, on léteint dans la salle et on le revoit aussitôt sur lécran, sur la scène, à la télé (mais il ferait comment Jack Bauer sans portable ? Ce nest pas le sujet ?)

 

Il semble que le sujet post pièce soit : a-t-on ri? A-t-on suffisamment ri pour justifier davoir payé 51 Euros (-20% tarif amélioré les premiers soirs) une place de théâtre à mission de railler nos travers, se moquer de nous? Le prix dune consultation chez un psy, en moins douloureux On a ri, un peu La pièce possède une caractéristique : elle est aérée de silences pour faire vrai comme dans la vie, on ne se connaît pas, il y a des blancs dans la conversation, sauf quici, ces blancs, on les traîne du lever de rideau au salut final des acteurs, des petits silences tellement fréquents et réguliers quon finit par les attendre Sans entracte, la pièce démarrant à 20h45, à 22h20, on est dans la rue. On ne sennuie pas, on passe un moment sans ennui (la grande menace de notre société des loisirs), sans plus… Huppert y étant pour beaucoup, on lobserve, son aisance, sa concentration, sa capture du rôle à la moitié de la pièce, elle prend le pouvoir, le cinéphile sera heureux de la voir « en vrai », cest bien entendu elle qui ma décidée à masseoir sur un fauteuil du théâtre Antoine.


Isabelle Huppert, Valérie Bonneton et André Marcon

« Le Dieu du carnage »
Théâtre Antoine
14 bd de Strasbourg Paris 10°
100 représentations à partir du 25 janvier 2008

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

1 Comment

  1. Rain -  18 novembre 2016 - 8 h 40 min

    That’s really thkiinng of the highest order

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top