« Lebanon » : dans un tank

Lion d'or à Venise 2009, Samuel Maoz, sortie 3 février 2010

Pitch

"Je venais d'avoir 19 ans en mai 1982. La vie était belle. J'étais amoureux. Ensuite on m'a demandé de partir sur une base militaire et d'être le tireur du premier tank à traverser la frontière libanaise. Cela devait être une mission d'une journée toute simple mais ce fut une journée en enfer. Je n'avais jamais tué quelqu'un avant cette terrible journée. Je suis devenu une vraie machine à tuer. Quelque chose là-bas est mort en moi. Sortir ce tank de ma tête m'a pris plus de 20 ans. C'est mon histoire."

Dès le départ, alors que rien ne les rapproche dans la forme, pas mal de points communs avec « Valse avec Bachir » : la première guerre du Liban en 1982, le récit autobiographique, deux films israëliens faisant l’autocritique de la guerre. L’analogie est aussi dans une sorte de sensualité de proximité, de mécanique des corps des soldats partant faire la guerre en tant qu’hommes incarnés à qui cette guerre, physiquement, viscéralement, fait horreur, mais transformés, à leur corps défendant, en machines à tuer. 
—–

photo CTV international

le 6 juin 1982, un jeune soldat part en mission au Liban dans les divisions blindées, le prolétariat des forces militaires israëliennes. Artilleur de formation,
Shmulik, n’a jamais tué un homme, il s’est entraîné sans penser plus loin avant la vraie guerre.Avant de se retrouver ensemble enfermés dans ce tank, ces 5 hommes ne se connaissaient pas, à une exception près. Car la proposition cinéma assez exceptionnelle à laquelle on assiste est apparemment simple : montrer la guerre de l’intérieur d’un lieu clos et confiné, le tank, et à travers le viseur d’un canon… Images dilatées, gros plans sur les détails, travail sur le son en surégime, on est immergé d’entrée dans la guerre, faite, subie, et surtout ressentie, les explosions, les tirs, les hurlements, les gémisssements, le spectateur est enfermé aussi dans ce tank, soumis à la claustrophobie avec une seule idée : en sortir.


photo CTV international


Soumis à l’autorité d’un commandant (Jamil) faisant le va et vient avec l’extérieur, à celle d’un sous-chef (Assi) à l’intérieur, du char, au départ, le petit groupe (Shmulik, Hertzel, Yigal) conteste les ordres, discutaille de qui a la tâche la plus pénible et mérite de dormir, mais, petit à petit, s’installe une solidarité d’hommes embarqués malgré eux dans la folie de la guerre, obligés de tuer, de démolir, eux-mêmes en danger dans un tank menaçant de surcroît de tomber en panne, en proie à la culpabilité et la terreur de tout et son contraire, ne pas avoir tiré assez vite ou avoir massacré des habitations civiles. Solidarité dans la peur, le dégoût, la crasse, avec ce genre de détail qu’on invente pas : le sang sur les mains (évacuer un mort), les odeurs d »urine (la boite urinoir qu’on fait passer)… On entend des phrases terribles « On ne prend pas de risques, on tire pour tuer… » 

Il y a deux types d’images, celles du petit groupe d’hommes à l’intérieur du tank et celles vues dans le viseur de Shmulik, l’artilleur : les cibles, les victimes… Le film est très dur, on a souvent envie de pleurer en le regardant, c’est physique, mais le film est très beau aussi, à considérer comme une expérience sensorielle réaliste « en immersion », nécessaire pour comprendre le facteur humain dans une guerre, l’homme sous le soldat, les causes des traumatismes du combattant au retour  de la guerre « ‘sain et sauf » en apparence mais mort-vivant à l’intérieur de son âme. Le message est clair, tournant le dos aux héros de cinéma : pendant une guerre, tout le monde est victime, l’attaquant comme l’attaqué.



photo CTV international


En cherchant quelques infos sur « Lebanon », je viens de réaliser qu’il a obtenu le Lion d’or à Venise cette année, j’avais oublié cette info pas très étonnante quand on a vu le film… Un reconnaissance amplement méritée.

extrait du dossier de presse (comme le pitch, exceptionnellement, j’ai recopié les mots du réalisateur tels quels)

« La guerre a éclaté en juin 1982. Quand je suis rentré, ma mère m’a serré dans ses bras en pleurant et en remerciant mon père décédé, Dieu, et tous ceux qui avaient veillé sur moi et fait en sorte que je rentre à la maison sain et sauf. A ce moment là, elle n’avait pas encore réalisé que je n’étais pas rentré sain et sauf. En fait, je n’étais pas rentré du tout. Elle ne se doutait pas que son fils était mort au Liban et qu’elle embrassait une coquille vide… … Finalement, je ne suis « rentré à la maison » que 20 ans plus tard, en réalisant « LEBANON ».
 

Notre note

(5 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top