« Lilith » : l’amour fou / sortie DVD

DVD Robert Rossen, 1963, sortie DVD février 2014

Pitch

Un aide-soignant, ancien soldat, tombe amoureux d'une patiente nymphomane de l'asile psychiatrique où il vient d'être engagé.

Notes

Curieux que dans le bonus du DVD, Peter Biskind (auteur du « Nouvel Hollywood ») affirme que Robert Rossen (« L’Arnaqueur »), paria comme Elia Kazan pour avoir dénoncé des confrères lors du Maccarthysme, ait fini sa carrière par un film raté, ce « Lilith » que j’ai personnellement trouvé magnifique. Ce que Biskind lui reproche en deux mots? La faiblesse de la caractérisation des personnages et pourtant, le clés sont données par petites touches…

De retour de la guerre, Nouvelle Angleterre, Vincent Bruce trouve un emploi dans un asile psychiatrique pour riches pensionnaires. De Vincent, on sait qu’il vit avec sa grand-mère et possède la photo de sa mère morte dans sa chambre dont on laissera entendre plus tard qu’elle était folle, elle aussi… Lors de son entretien d’embauche, sa motivation est de faire quelque chose de bien dans sa vie, il est alors engagé en tant qu’aide-rééducateur dans cet asile chic d’aliénés bien qu’il n’ait aucune expérience dans ce domaine. Très vite, Vincent tombe amoureux de la plus belle et la plus vénéneuse des pensionnaires, Lilith (qu’on découvre de dos derrière un grillage, longue chevelure blonde), diagnostiquée comme schizophrène, enfermée depuis l’âge de 18 ans après la mort accidentelle de son frère.

Lilith (1964) Directed by Robert Rossen Shown: Jean Seberg

Et aussi

Malgré ce qu’en dit Peter Biskind (le bonus du DVD), ce film ne ressemble en rien à « Vol au dessus d’un nid de coucous », contemporain, mais plutôt à un portrait de femme définie par ses fêlures (plus dans le genre de « Portrait d’une enfant déchue ») et la description d’un amour fou au sein de l’univers clos de la folie. Perverse, surdouée et nymphomane, Lilith, entraîne avec elle dans son monde pathologique le faible Vincent Bruce qui, niant sa maladie, tombe dans ses filets. C’était le rôle préféré de Jean Seberg qui est ici sublime avec une interprétation tout en nuance d’un personnage au bord de la folie qui en présente rarement les signes extérieurs sauf parfois par un regard, une expression, un geste : évanescente, hantée, amorale, Lilith est la figure angélique du mal. Warren Beatty (piètre acteur en général) est parfait dans ce rôle de balourd amoureux d’une étoile noire, personnage plus dépressif qu’il n’y paraît, orphelin taciturne, cherchant vainement un sens à la vie au retour de la guerre.

Dans des seconds rôles, Peter Fonda, méconnaissable, et Gene Hackman, remarquable en une scène. Ce n’est pas faux que le scénario est un peu bâclé  (la mort accidentelle du frère de Lilith, par exemple, on aimerait en savoir davantage) et que le réalisateur s’appuie essentiellement sur ses interprètes mais quelle merveille que Jean Seberg dans « Litlith », ça vaut grandment le détour.

Diffusion

photos Wild side vidéo

photos Wild side vidéo

DVD Wild side vidéo, sortie 5 février 2014

Bonus
« Hollywood therapy » :
entretien avec Peter Biskind (qui démolit le film et parle de la mésentente entre Warren Beatty et Robert Rossen)

LILITHAFFVO_t

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top