« Nuit de chien » : désenchantés

Werner Schroeter, 2009, sortie DVD 7 avril 2010

Pitch

Dans une ville assiégée, terrorisée par une milice déchaînée, le héros d’une résistance en débâcle tente de retrouver ses anciens alliés et la femme qu’il aime. Mais la situation a bien changé, les amis d’hier n’ont plus le même discours et chacun cherche à sauver sa peau...

Werner Schroeter, réalisateur et mettteur en scène de théâtre allemand de la génération Fassbinder/Herzog, vient de disparaître à 65 ans. Au même moment, le DVD de son dernier film « Nuit de chien » venait à peine d’être édité, une oeuvre baroquissime et politique tirée du roman éponyme de Juan Carlos Onetti décrivant la décadence et le délitement des valeurs dans une ville imaginaire assiégée où s’affrontent les vainqueurs et les vaincus après une guerre civile.


 

Vinial (Pascal Greggory), colonel dans le clan en train de perdre sa guerre civile, cherche Clara, son ex. Il revient par le train du soir et débarque gare de Santamaria dans la ville assiégée sur laquelle le Général Fraga doit lancer ses F16 au matin. Mais l’appartement de Clara est vide d’occupant : un disque tourne encore mais pas signe de la belle. Vinial se met alors en quête à la fois de Clara et de billets pour le dernier bateau à quai qui doit appareiller au matin, dernière échappatoire convoitée par de nombreux réfugiés et gardée par des hommes en armes avant la chute de la ville.
—–

photo éditions Montparnasse

Vinial débute cette nuit de recherche par une étape au First, une boite de nuit où il rencontre Irène (Amira Casar) qui lui offre son adresse pour un brin de repos, et le Commandant Martins (Jean-François Stévenin), un ancien compagnon d’armes qui ne se décide pas à abandonner les armes. Mais la soirée est interrompue par la police politique menée par son chef, Morasan (Bruno Todeschini), et son adjoint Villar (Eric Caravaca), qui arrêtent pour un interrogatoire musclé Irène et la patronne du First, Madame Risso (Nathalie Delon). C’est que Morasan recherche pour sa part Barcala (Sami Frey), le chef du clan défait auquel appartiennent Vinial et Martins. On ne sait d’ailleurs pas trop pour qui roule Morasan, entre ses ambitions personnelles, le clan légitimiste, ou celui d’une tierce partie. Quoi qu’il en soit, Vinial passe sa nuit à naviguer parmi tout ce beau monde, tentant de tirer son épingle du jeu et de retrouver Clara, entre retrouvailles, retournements de vestes, trahisons, embuscades, …
 

 
photo éditions Montparnasse

Dire qu’on est pris par l’intrigue et qu’on ne peut se décoller du film avant son terme est sans doute exagéré. Mais pour qui possède une bonne résistance au sommeil, une certaine tolérance au théâtralisme, un faible niveau d’exigence sur la crédibilité des situations, des qualités de discrimination auditive légèrement au dessus de la moyenne, une petite réserve de Xanax, une confiance endurcie dans l’intelligence d’un metteur en scène qui ne s’exprime probablement pleinement qu’au dixième visionnage de son oeuvre, il faut tout de même admettre un caractère discrètement fascinant à ce film, tourné entièrement de nuit et soutenu par une musique allant de Bach à Albinoni.

 

 
photo éditions Montparnasse

 

Werner Schroeter avoue n’avoir fait que s’inspirer du roman de Juan Carlos Onetti, qu’il avait volontairement lu en diagonale de manière à ne pas trop se laisser influencer par les détails de l’histoire. Seule l’ambiance, la vision désabusée du monde et du pouvoir qu’il se trouve en commun avec l’auteur du roman, l’intéressaient à exprimer. Et de ce point de vue, le résultat est à la hauteur des attentes : une ambiance glauque et une vision désenchantée de ce que le cinéma peut apporter au spectateur. Schroeter, à en croire son entretien sur evene.fr, n’est d’ailleurs pas dans l’illusion concernant son résultat, s’attendant à un accueil cinéphilique mais certes pas du grand public, peu ouvert à « des sujets sérieux traités intelligemment ».

DVD éditions Montparnasse. Sortie 7 avril 2010.

 

Notre note

3 Stars (3 / 5)

Mots clés:

Partager l'article

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top