1412-lundi-soir-series-fin-pigalle-house-cold-L-1

« Pigalle, la nuit » : attention, série addictive!

Hervé Hadmar, Canal Plus, à partir du 23 novembre 2009

Pitch

Un frère part à la recherche de sa sœur, danseuse mystérieusement disparue à Pigalle, alors que deux clans se livrent une guerre féroce pour le contrôle du business de la nuit.

N’ayant pas pu assister à la soirée Canal*** à l’invitation d’Allociné la semaine dernière où étaient présentés les deux premiers épisodes de « Pigalle, la nuit » en présence de l’équipe du film, j’ai eu la chance de pouvoir faire une immense séance de rattrapage en visionnant les 8 épisodes de la saison 1 et je dois dire qu’il est très difficile de trouver la volonté d’aller se coucher quand on a démarré… Attention série hautement addictive! Le parti pris immersion totale dans un Pigalle la nuit, dessous des cartes en rouge de Pigalle le jour, vrai quartier parisien tentant de défendre son intégrité face à l’envahissement par l’industrie du sexe : clubs de strip-tease, peep-shows et autres sex-shops, fonctionne à plein régime… Sex, drog et lap dance, argent facile et filles trop belles peuplent les nuits de cette série typiquement française quant au rythme mais franchement années 2000 question contenu, mieux : on a mis les moyens du cinéma au service d’une série. Parfois, on retrouve le côté un peu vite fait des séries ou quelques seconds rôles approximatifs, une fin pas assez radicale… mais la plupart du temps, on oublie qu’on a affaire à un « produit » télé : par exemple, les descentes du anti-héros dans les dédales du « Sexodrome, » filmées caméra à l’épaule, immergeant le spectateur dans une ambiance livide, un décor sonore glauque, sont assez surprenantes, on M!!!

 

Episodes 1/2:

Thomas, homme d’affaires à Londres, revient quelques jours à Paris, qu’il a quitté après la mort accidentelle de ses parents. Il échoue au « Folie’s », une boite de strip-tease à Pigalle avec un collègue de travail et reconnaît sa soeur Emma nue sur scène. Il se précipite dans les coulisses pour lui parler mais les videurs le jettent dehors. Emma disparaît. Thomas prolonge son séjour à Paris pour retrouver sa soeur mais ses recherches le plongent dans un milieu interlope en prise avec une guerre larvée entre deux gangs qui contrôlent la nuit à Pigalle. Nadir Zainoun, le propriétaire du « Folie’s » et du « Sexodrome », essaye de lutter contre l’ouverture du « Paradise » par un jeune maffieux russe en face de chez lui. Pour cela, Zainoun a acheté un immeuble qu’il a l’intention d’aménager en bordel de grand luxe sauf qu’il lui manque l’accès aux lieux : le rez-de-chaussée, occupé par la boutique d’une dame faisant partie du comité du défense du quartier, lui échappe, Alice, la propriétaire, refuse de vendre.

—–


Emma, la soeur disparue de Thomas, qu’on voit sur la scène faire un strip-tease dans des voiles blancs, est une énigme, son frère la croyait photographe, Zainoun, son employeur, avec qui elle entretenait des rapports compliqués, la soupçonne d’avoir accepté dans son dos de travailler au « Paradise ». Fleur, l’amie d’Emma à Pigalle, raconte à Thomas, qu’elle est arrivée dans le quartier il y a deux ans dîner au « Folie’s » et qu’elle y est revenu le lendemain y travailler… Fleur, 35 ans, est une des employées de confiance de Zainoun qui lui a permis de développer son propre réseau échangiste avec son compagnon mais devant l’arrivée de la concurrence, ce dernier lui demande de former les hôtesses de son nouveau club, la jeune femme traîne les pieds.
 

L’atout de cette série, en premier lieu, est d’avoir d’entrée tourné le dos aux séries américaines et pris le parti de créer une série franco-française avec, pour commencer, le choix du quartier de Pigalle mondialement connu comme un quartier chaud de Paris. Mais pas seulement : la manière de filmer tient plus d’un film d’auteur français que d’une série traditionnelle, utilisant les néons floutés de Pigalle pour faire du quartier le personnage principal, à la fois terre de perdition la nuit et petit bourgeois le jour avec ses associations, ses comités, ses commerces. D’autant que le récit possède une part fantastique avec  cet ancien GI habitant Pigalle obsédé par le souvenir d’une prostituée aimée dans les années 50, une jeune femme qui pourrait ressembler à Emma… Ces scènes de souvenir obsessif s’intègrent au récit filmées au ralenti, étranges, l’homme semble sombrer dans une folie mélancolique. Le dernier grand plus de cette série est d’avoir réussi à être plus crédible que réaliste (au sens documentaire, ce qui n’est pas la projet), l’immersion dans Pigalle est montrée de manière viscérale, telle les sensations que peut inspirer ce quartier, un Pigalle fantasmé, brouillé, endolori, hypnotique, orgasmique,violé par l’irruption des marchands modernes.les personnages :

  
Thomas (Jalil Lespert), Dimitri (Eric Ruf)

 
Fleur (Sarah Martins), Nadir Zainoun (Simon Abkarian)

  
Emma (Armelle Deutsch), Alice (Catherine Mouchet)

Le casting est nickel, Simon Abkarian que l’on avait quitté dans la peau d’un chef de la résistance (« L’Armée du crime ») est parfait en parrain local, lunettes fumées en pelisse voyante, contrôlant Pigalle depuis 30 ans. Deux trentenaires flambant neuf  à la télé, Jalil Lespert dans le rôle le plus classique, celui de Thomas, le Candide parachuté dans l’enfer de la nuit à Pigalle, et  Eric Ruf dans un rôle ange et démon du genre Helmut Berger, deux actrices au charme venimeux : Armelle Deutsch dans le rôle d’Emma, la soeur énigmatique borderline que tout le monde croit connaître et Sarah Martins dans le rôle de Fleur, l’executive woman du sexe que douze ans à Pigalle ont aguerrie.

  

Attention : ne pas lire la suite ci-dessous si on veut profiter les épisodes postérieurs au 1 et 2!!!

Episodes 3/4 :
La suicidée de la Seine à la morgue n’est pas Emma mais lui ressemble comme une soeur avec un tatouage sur l’épaule, la même coupe de cheveux, renseignements pris, elle aussi avait travaillé pour Nadir Zainoun et l’avait quitté dans le drame… Thomas est rapidement devenu un type à la dérive se traînant dans la nuit de Pigalle à la recherche de sa soeur. Le vieux GI possède une boite à musique au nom d’Emma et le garde du corps de Dimitri, un certain Adam, semble amoureux de son patron, jaloux de ses aventures avec des danseuses… Fleur traîne Lucien, son compagnon, à une partouze  chez un couple de de bourgeois qui l’ont engagée pour la soirée mais il craque, las de cette existence, il disparaît… Nadir Zainoun change de regard sur Alice, la propriétaire de la mercerie, et l’invite à dîner…

Episodes 5/6 :
Dimitri, le patron russe du « Paradise » veut récupérer des photos volées par Emma, Thomas veut les récupérer avant lui pour négocier d’échanger les photos contre la soeur, persuadé que Dimitri la séquestre quelque part. Malheureusement, Adam, le garde du corps, fait du zèle, l’affaire tourne mal, Thomas en réchappe in extremis… Thomas s’est lié avec l’employée de la pharmacie qui fait un trafic de gelules que les danseuses et prostituées du quartier lui achètent à prix d’or pour tenir le coup, c’est la pharmacienne qui le recueille. Grillé partout, ayant échappé à la mort côté Dimitri et fuyant aussi Nadir qu’il a lui-même menacé de mort, Thomas se cache. Pendant ce temps, Nadir se pose des questions sur des fuites à destination du « Paradise » venant de son camp, le chiffre d’affaires du « Folie’s » et du « Sexodrome » chutent devant la concurrence, blessé par balles, il est transporté à l’hôpital.

Episodes 7/8 :
Nadir sort de l’hôpital. Dimitri est remis en question par le quartel des russes qui l’ont nommé gérant du « Paradise » et le trouvent trop violent. Les nuits de Dimitri, qui séduit toujours le même type de danseuse portant des les mêmes tatouages, sont suspectes. Après qu’on ait tiré sur Nadir, Alice, qui s’est laissé charmer, décide d’accepter de lui vendre sa mercerie. Une arnaque fait fermer le « Folie’s’ accusé à tort de trafic de drogue, Nadir commence à intuiter que Dimitri veut le ruiner par vengeance… Après avoir appris la mort de Lucien, Fleur quitte Pigalle pour ne jamais y revenir. Thomas de réfugie de plus en plus souvent chez le vieux GI qui lui raconte son histoire d’amour avec une prostituée du quartier dans les années 50, il lui montre une photo ancienne de la jeune femme qu’il a conservée…

Canal Plus, à partir du lundi 23 novembre 2009 à 20h45. 8 épisodes de 52 minutes. Sortie DVD janvier 2010.
Site officiel de la série…

 

{{Ma Note 4}}

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top