"Zabriskie point" : génération peace and love

Antonioni (1970)

 

Film hippie, psychédélique, politique, poétique, road movie désertique filmé de façon somptueuse et hypnotique dans vallée de la mort, ce récit démarrant un peu comme un Godard militant, voire le cinéma vérité d’un Francesco Rosi dénonciateur, et basculant ensuite du coté de Barbet Schroder (« More », « La Vallée ») dans la seconde partie, planant sur la musique de Pink Floyd et Grateful dead, est un voyage, un trip sous lacide des années 70 (fin des 60, début des 70, « Blow up » s’intégrait dans la période précédente du swinging London), époque de tous les excès et toutes les libertés.

—–

On noubliera pas de sitôt la fin du film paroxystique, extraordinaire feu dartifice, explosions à répétition de la villa symbole du monde des affaires, se prolongeant par une succession de tableaux allant de plus en plus vers labstraction, ces objets décomposés, ces meubles démembrés, cette société de consommation en mille morceaux flottant dans le ciel et cet écran en feu, il faut le voir et le revoir, on est sidéré, scotché, récompensé davoir épousé le rythme Antonionien de la traversée du désert comportant quelques lenteurs plus que des longueurs

 

 

Un jeune homme, témoin de l’assassinat d’un étudiant noir pendant des manif à LA, vole un avion pour échapper à l’accusation dun meurtre quil na pas commis. Parallèlement, une jeune fille ravissante en mini-robe verte comme les cactus géants du Nevada, de longs cheveux balayant ses reins, tente, en vadrouillant au volant de sa voiture, déchapper à une réunion de travail dans un monde qui lui fait horreur. Ces deux-là vont saimer physiquement au milieu de limmensité du désert où ils se sont perdus volontairement. Ce qui explique linterdiction du film aux moins de 16 ans pour une célèbre scène fantasmée dorgie où les corps nus parfaits et les cheveux sentremêlent dans des étreintes très chorégraphiées où lesthétique prend le pas sur le sensuel livrant ainsi un moment artistique pur.

 

Pessimiste et contestataire, dénonçant la société de consommation et les oppressions politiques, le film est beaucoup plus violent que la beauté de limage et la fluidité de lenchaînement des plans pourraient en laisser limpression au spectateur, ébloui par la lumière transparente et les images sublimes qui se succèdent avec une perfection jamais prise en défaut. Entre pamphlet social et philosophie peace and love, cest un film culte entre mille, et sans doute le plus créatif, le plus risqué dAntonioni, bien quil sintègre parfaitement à une époque de recherche du paradis pour tous sans entraves, de liberté sans tabous, une génération flower power qui ne cesse de nous faire rêver. Un film quasi expérimental, préfigurant sans doute le futur « Profession reporter » (1975).

 

Notre note

(5 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top