« Ander » : l’autre

Roberto Caston, sortie 17 février 2010, sortie DVD 16 juin 2010

Pitch

Immobilisé par une fracture de la jambe, un agriculteur quadragénaire vivant avec sa mère et sa soeur, embauche un ouvrier péruvien. Devant l'intimité immédiate des deux hommes, la vie familiale va être bouleversée.

Ander vit à la campagne avec sa mère et sa soeur, cette dernière sur le point de se marier. Une mère autoritaire et surprotectrice qui prépare à son fils quadragénaire son goûter dans un cartable. Un jour, Ander fait une chute, on envisage alors d’engager une aide. Le futur mari de la soeur présente José comme ouvrier, un immigré péruvien, qui est embauché malgré les réticences de la mère. Très vite, Ander traite José comme un ami, l’invite à sortir avec lui enterrer la vie de garçon du fiancé de sa soeur, par exemple. Peio, le voisin fermier, un horrible macho, exploite Reme, une femme d’un certain âge qui se prostitue pour nourrir son fils, son mari l’ayant abandonnée. Peio à l’habitude de « prêter » Reme à Ander qui en fait profiter José pour la fête.

—–


photo Bodega

Le mariage de la soeur marque le tournant du film avec une scène très forte agissant comme un électrochoc, Ander, la jambe plâtrée, demandant à José de l’accompagner aux toilettes pour l’aider, comme il en pris l’habitude… La confusion s’installant crescendo depuis quelques temps, José prend brutalement Ander, croyant répondre à une demande, implicite mais Ander, horrifié de sa propre jouissance, vomit dans le lavabo. José est mis ensuite à l’écart par Ander qui n’assume pas la révélation de son homosexualité. Après la mort de la mère, qu’on laisse entendre morte de chagrin, Ander veut renvoyer José, arguant qu’il se débrouillera tout seul.
 


photo Bodega

La vie au pays basque rural est très bien observée, on parle le basque et parfois le castillan (l’espagnol), les petits plats de la mère sont ceux de la région, la charcuterie, la tortilla, les soupes épaisses, le camion itinérant qui vend le pain et le journal chaque matin dans la village. Seule distraction, un antique poste de radio, pas de télévision. Fort bien vu aussi, la tyrannie de la mère omniprésente, ces coups cognés à la porte de la chambre d’Ander ou de sa salle de bains pour lui demander tout et rien frappent comme des agressions, le malheureux n’a aucune intimité, habitué à sursauter, se cacher. Des petits riens en disent long comme la colère rentrée de la mère posant avec fracas un ragoût sur la table pour marquer sa désaprobation que José dîne à leur table ou son accablement quand il faut, non seulement emmener José au mariage mais lui prêter un costume de son défunt mari.
 


photo Bodega

Ander, l’autre en allemand, pour le différencier de feu son père Andres dont on devine qu’ils ne s’entendaient pas, et José, l’étranger à double titre, immigré, homosexuel dans un pays macho. Le film ne choisit pas la facilité, parlant de la difficulté d’insertion d’un étranger à double titre dans un milieu rural pétri de préjugés. Seule Reme, la prostituée elle-même paria, ne jugera pas Josée et Ander, au contraire, elle agira comme lien fédérateur. Parti d’une famille de sang où les protagonistes n’ont pas de points communs hormis leur parenté, on arrivera à la fin du film à une famille de sensibilité et de blessures partagées de solitaires qui ont souffert d’exclusion et se regroupent.
Ce film faisait partie du Panorama du 59° festival de Berlin. « Ander » est une commande du BERDINDU, bureau basque d’attention aux gays, lesbiennes, bisexuels, transexuels et intersexuels. Le réalisateur Roberto Caston dirige le festival  international de cinéma GLBT de Bilbao depuis sa création en 2004, « Ander » est son premier long-métrage.

site officiel du film…

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top