Being the Ricardos : Lucyđź’—

Aaron Sorkin, prime vidéo, 2021

Pitch

Cinq jours dans les coulisses de la création d’un épisode de «I Love Lucy», série phare des années 50.

Notes

La nomination de Nicole Kidman à l’Oscar de la meilleure actrice a piqué ma curiosité et m’a amenée à visionner Being the Ricardos. Nicole Kidman a déjà été lauréate de l’Oscar pour The Hours ; pourtant, elle a confié, que le rôle de Lucy Ricardo ayant été le plus difficile de sa carrière, elle pleurait de joie à sa nomination.

Le phénomène de la comédie I Love Lucy, série phare du réseau CBS dans les années 50, n’a pas d’équivalent français. Au plus fort de sa popularité, 60 millions d’américains étaient rivés à leur poste de télévision tous les lundis et, de ce fait, la plupart des commerces fermaient le lundi soir.

Pendant dix ans, le scénariste et réalisateur Aaron Sorkin a mijoté son biopic sur Lucille Ball. Naïve et maladroite dans le rôle de Lucy, dans la vie, Lucille Ball était, au contraire, en avance sur son temps : prenant souvent les commandes de la mise en scène, modifiant les scénarios et imposant son futur mari, Desi Arnaz, d’origine cubaine, dans la série. À l’époque, un couple biculturel, à la ville comme à l’écran, faisait figure d’exception.

Ce film est structuré en cinq jours qui correspondent aux cinq étapes de la création d’un épisode : de la lecture du lundi à l’enregistrement public de l’épisode le vendredi. Dans l’intervalle,  des soucis personnels et professionnels rythment la semaine des Ricardos : Le couple Aznar se déchire, Lucy suspecte Desi de la tromper, puis, le couple se réconcilie. Jusqu’à quand? Lucy est soupçonnée de communisme en pleine période McCarthyste, les journaux en font leur Une, Desi aide alors sa femme a être publiquement blanchie. Lucy est enceinte, le couple se bat pour intégrer la grossesse au script (du jamais vu).

Le film est autant un regard acide vers les coulisses de la production que vers le couple Lucille Ball et Desi Ricardo (Lucy et Ricky Ricardo dans la série). Truffé de dialogues comiques, de disputes bruyantes et de dialogues mordants, on ne s’ennuie pas durant ces 2h15… L’alchimie Nicole Kidman, le feu sous la glace et Javier Bardem, le feu, est brûlante, pourtant le pari d’origine de les réunir à d’écran était osé. 

Défaut ou qualité, le film est tourné comme une série de qualité par Aaron Sorkin, plus heureux comme scénariste que comme réalisateur (c’est son troisième film en tant que réal).

 

Et aussi

Ce film, visible sur Prime Vidéo, a néanmoins bénéficié d’une brève sortie en salles aux USA, ce qui ne fut pas le cas en Europe.

Being the Ricardos

Being the Ricardos

LES VRAIS  :

Lucille Ball et Desi Arnaz

 

Diffusion

BEING THE RICARDOS

AARON SORKIN

AMAZON PRIME VIDÉO (plateforme)

Notre note

4 out of 5 stars (4 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top