"L'Un contre l'autre ("Gegenüber") : les coups

Cannes 2007, Quinzaine des réalisateurs, Jan Bonny, sortie 30 avril 2008

Cest sans doute le film le plus dur de la journée sur le thème des violences conjugales et les scènes où lépouse roue de coups son mari sont assez difficiles à supporter.

Georg, policier modèle est mariée à Anne, une institutrice dont il a deux enfants. Malheureusement, le couple ne gagnant pas assez dargent, cest le père dAnne qui rédige les chèques et les humilie en retour, considérant son gendre et sa fille comme des loosers. Anne, subjuguée par son père, ne désire quune chose, susciter son admiration une fois dans sa vie. Cela passerait par la promotion de Georg au rang de commissaire de police mais alors, cest elle qui se sentirait inférieure à son mari. Ecartelée entre ces deux désirs antagonistes, Anne, profondément névrosée, voudrait que Georg soit suffisamment fort pour lui résister et suffisamment faible pour avoir le dessus, comme qui dirait une chose et son contraire.

 —–

 


Ménageant son épouse à lextrême, Georg se met en situation de se faire taper dessus, non seulement en faisant des «bêtises» comme renverser son café pendant un repas de famille mais surtout en redoutant les crises de sa femme, ce qui les déclenche invariablement… Quand Anne se précipite, hystérique, pour lui intimer de nettoyer sa chemise selon sa méthode à elle, les enfants claquent la porte pour échapper à la crise de leur mère et elle reproche ensuite à Georg leur départ. Le fils paresseux ayant décidé de stopper ses études, on nose pas le dire à sa mère… pour préparer le terrain, Georg prend linitiative d’offrir du champagne impromptu un soir et se voit alors accusé de cacher quelque chose à sa femme, ça tourne au drame. Comme disait un critique de Cannes, la salle attendait fiévreusement pendant la projection quil lui réponde et la frappe à son tour tant cest pénible de le voir se laisser faire !

 

Sans jouer les psys, les choses ne sont jamais simples dans ce type de rapports de couple victime-bourreau, en frappant Georg, Anne attend quil résiste, quil riposte, allant jusquà lui dire de se défendre, voire de la frapper. Mais Anne est incapable de se contrôler, ne supportant pas la moindre contrariété, le plus petite frustration, elle va donc sattaquer à celui qui a peur delle : son mari, comme le chien mord celui qui a peur dêtre mordu (que débarque le collègue Michaël sans gêne qui n’a nullement peur de la contrarier et la voilà séductrice). En même temps, Anne teste Georg et le voudrait homme fort comme son père, espérant toujours quil va se rebiffer. Le zèle de Georg à se comporter en victime nest pas loin de la névrose non plus, il devance lappel et se met un peu dans la même situation sacrificielle avec ses collègues de bureau.

 

Film sombre au propre et au figuré, les premières scènes sont tournées quasiment dans le noir, les repas de famille lugubres, le réalisateur nous entraîne rapidement et efficacement dans la crainte que Georg soit frappé par sa femme, redoutant quil fasse une bévue, ambiance… Un film poignant, déprimant et choquant sur une histoire damour malgré tout.

écrit le 06/06/07 sur CinéManiaCritiC films Cannes 2007/Quinzaine des réalisateurs

Notre note

4 Stars (4 / 5)

Mots clés: , , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top