« Histoire personnelle de la littérature française » : 80 portraits d’auteurs français de La Rochefoucauld à Simenon

Jean D'Ormesson et Olivier Barrot, sortie DVD 3 novembre 2009

Comme on a pu le remarquer à l’occasion, la rubrique « Exception livres » s’est un peu étoffée sur le blog, la littérature faisant partie depuis toujours de mes centres d’intérêt même si c’est nettement moins qu’autrefois… Aussi, ce coffret 100% littérature française me tentait aussi comme un moyen d’y retourner plus souvent…

 

  

 


Si l’on est un peu assommé d’avance en pesant ce coffret de 7 DVD, on est vite rassuré par la présentation : en 80 portraits de 13 minutes d’écrivains français majeurs, on balaye tout ce qu’on aimerait savoir au minimum… sur la littérature du millénaire précédent. Chaque DVD traitant d’une période clé, on a le choix entre tout regarder ou faire un choix par auteur, ce qui assez pratique pour un coffret que, pour ma part, j’imagine plus à consulter comme une sorte de dictionnaire de littérature qu’à regarder d’un trait. J’ai donc testé quelques entrées dans les auteurs les plus anciens, ceux que j’ai personnellement envie de découvrir au delà de leur nom…
A l’origine, ces portraits d’écrivains furent diffusés à la télévision sur La Cinquième à la fin des années 90. La méthode est simple : un mini-entretien entre Olivier Barrot, journaliste, et Jean d’Ormesson qu’on redécouvre sachant un peu tout sur tout le monde, curieux, cultivé, féru de vraie littérature, incollable sur la généalogie et l’histoire de France, s’amusant du récit des liaisons  amoureuses multiples et croisées des siècles précédents… loin de son image de séducteur vintage chic qu’on connaît aujourd’hui traînant chez Ruquier ou autre plateau TV à se raconter. Suite à ces émissions, Jean d’Ormesson écrira « Une autre histoire de la littérature française », un best-seller (existe en Folio).

—–
Au passage, d’Ormesson fait remarquer que ce qui est ennuyeux dans la profusion de livres qui sortent chaque année, c’est qu’ils nous privent de lire les anciens… Et nous donne une furieuse envie de lire… Petit bémol, la large part accordée aux XX° siècle qui occupe 3 DVD de la collection! On se serait passé, par exemple, de Roger Martin du Gard ou François Mauriac…  quand le XVII° est un peu court (tant qu’à parler de Bossuet, on aurait pu aussi évoquer Fénelon et pourquoi pas l’oublié Bourdaloue!). Manque surtout Huysmans (« A Rebours »), représentant majeur de la littérature décadente de la fin du XIX°…

DVD1 des chansons de geste à La Fontaine
Pas le plus facile et couvrant une très large période, on y trouve aussi bien François Villon que Rabelais ou Descartes, Pascal. Mais on y découvre aussi La Bruyère et ses « Caractères », qualifié de premier intellectuel, le duc de Rochefoucauld, grand seigneur connu aujourd’hui pour ses maximes pessimistes, le cardinal de Retz, archevêque et libertin intempestif ayant mis toutes les femmes de Paris dans son lit…

DVD2 de Molière à Mme de Staël

Surtout le XVII° siècle avec les deux amies qu’étaient Mme de Sévigné et Mme de Lafayette, la première laisse surtout sa correspondance avec sa fille Mme de Grignan (1000 lettres), la seconde écrit sans le savoir le premier roman psychologique « La Princesse de Clèves », éloge du renoncement. Bossuet, religieux connu aujourd’hui plus pour son nom que pour ses « Oraisons funèbres » qu’on se garderait bien de lire… intelligence prodigieuse en quête de vérité, écrivain célébré par Paul Valéry, Bossuet annoncerait Montesquieu. Le couple Mme de Staël (qualifiée d’emmerdeuse, entichée de Napoléon Bonaparte) et Benjamin Constant « trop intelligents pour être heureux », lui aussi écrit un roman psychologique indémodable « Adolphe ». Enfin, le cas Saint-Simon, aristo vaniteux préoccupé surtout de conserver les privilèges de la noblesse, ses « Mémoires » qu’il écrit passé la soixantaine vont paraître au XIX° siècle alors qu’il vécut au XVIII° et parlait du XVII° de Louis XIV…

DVD3 de Chateaubriand à Flaubert

Le XVIII° siècle et le début du XIX° avec Chateaubriand, Stendhal, les romantiques (Lamartine, Vigny, Musset) mais aussi Hugo, Balzac ou Flaubert. Henri Beyle dit Stendhal, méconnu de son vivant (il le pressentait), n’aimait que les actrices et les mathématiques… Adepte de la sécheresse du style, ses romans les plus connus ont pourtant sur le fond la même trame très romantique, « Le Rouge et le noir », « La Chartreuse de Parme », et, d’après d’Ormesson, le personnage Julien Sorel/Fabrice Del Dongo annoncerait « Théorème » de Pasolini… Charles Nodier, l’oublié, précurseur de la littérature fantastique, amateur de vampires. Gérard de Nerval, le romantique absolu, le seul qui se soit suicidé, féru de voyages, ami d’Alexandre Dumas, traducteur du « Faust » de Goethe, connu pour ses « Chimères, il va faire mieux que Nodier en annonçant les surréalistes dans « Les Filles du feu » » où il tricote un culte pour la femme aimée inspirée d’une chanteuse d’opéra qu’il a en fait peu connue (intrusion du songe dans la vie réelle). Enfin, le grand favori de Jean d’Ormesson : Chateaubriand (à cheval sur le XVIII° et le XIX° siècle) : d’Ormesson dit de lui qu’il est l’héritier de Rousseau, le père de Hugo, le grand père de Baudelaire et l’arrière-grand-père d’Aragon. La passion de Chateaubriand pour sa soeur Lucille lui inspire sans doute le thème des amours interdites. Un peu menteur en relatant son voyage en Amérique, par exemple, il rate sa vie mais en la racontant dans « Les Mémoires d »outre-tombe », il en fait le chef d’oeuvre absolu.

 

DVD4 de Renan à GideLe XIX° siècle de Zola et Anatole France, Verlaine et Rimbaud, Péguy et Claudel (anecdote perso qui me fait toujours rire d’un spectateur du festival d’Avignon au petit matin après la réprésentation du « Soulier de satin » : « heureusement qu’il n’y avait pas la paire!!! ») mais aussi Maupassant,

Léautaud, Jules Renard et jusqu’à André Gide.DVD5 de Proust à Cocteau

La fin du XIX° et le début du XX° siècle de Proust, Apollinaire … à René Char, Cendrars et Saint-John Perse en passant par Paul  Morand et Paul Valéry.

DVD6 de Cocteau à Tardieu
Le XX° avec les auteurs les lus encore aujourd’hui (avec ceux du DVD5) : Cocteau, Drieu la Rochelle, Montherlant, Céline, Artaud, Genet, Marcel Aymé, Pagnol, Aragon , Prévert, Boris Vian mais aussi des auteurs récemment redécouverts comme Emmanuel Bove.

DVD7 de Yourcenar à Pérec

Le XX° siècle, seconde partie, paradoxalement moins attractif que le précédent,  avec Sartre et de Beauvoir, Beckett et Ionesco, Barthes et Foucault, le nouveau roman, Jean Anouilh et Georges Pérec. On noter Marguerite Yourcenar que Jean d’Ormesson soutint pour entrer à l’académie française (je viens de lire que Levi-Strauss s’opposait à l’entrée des femmes à l’Académie française). 

 

Je reparlerai de ce coffret dans mon billet sur les idées de coffrets DVD Noël début décembre, il faut bien surfer sur la vague de cette fête d’origine chrétienne devenue depuis quelques années la foire païenne de la conso (je ne me lasse pas de voir les présentateurs télé prêcher pour la bonne conscience chaque année l’achat du « sac à sapin »)…
  
    
{{Ma Note 4}}

Notre note

(3,5 / 5)

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top