_MG_1870.CR2

« The Humbling » : Pacino show, wow!

focus film Barry Levinson, sortie 8 avril 2015

Pitch

Un grand acteur, ancienne gloire du théâtre, ayant perdu son talent, sombre dans la dépression et songe au suicide quand il rencontre une jeune femme qui aurait l'âge d'être sa fille.

Notes

Un comédien sexagénaire et dépressif sur la touche, autrefois un des plus acteurs de théâtre de sa génération. Simon Axler (Al Pacino) a surtout perdu l’essentiel vital, l’estime de lui-même, il ne mémorise plus ses textes, il joue faux et s’en rend compte. Que reste-il se son légendaire talent de se glisser dans la peau d’un personnage? Ayant tout perdu, son public, son épouse, Axler plonge dans la dépression jusqu’à songer au suicide…

Quand le film débute, il répète face à son miroir, se rend compte plus ou moins qu’aucune manière de jouer ne fonctionne, mi-lucide, mi-crédule, il monte néanmoins sur scène. Lors d’une représentation, il finira par tomber dans la fosse d’orchestre, cauchemar ou réalité?

Dans une clinique psychiatrique, Simon rencontre Sybil, une bourgeoise qui croyait sa famille idéale jusqu’à ce qu’elle trouve son mari en train de violer leur petite fille. Sybil alors se met en tête de recruter Simon pour tuer son mari.

Fuyant l’une, il va en rencontrer une autre : Pegeen (Greta Gerwig), une jeune femme lesbienne de 30 ans dont la compagne vient, sans la consulter, de se faire opérer pour devenir un homme. Pegeen, en vérité la fille d’une actrice que Simon a (bien) connue autrefois, était amoureuse du grand comédien quand elle avait huit ans… Renonçant à son homosexualité, la jeune femme va bouleverser la vie triste et bien rangée de Simon jusqu’à notamment le mettre en difficulté financièrement. Mais cette tornade de jeunesse et de désir redonne vie à Simon. Un certain temps, puisque la vraie vie de Simon, c’est la fausse, celle de « performer » au théâtre…

Et aussi

photos Metropolitan

photos Metropolitan

 

On le verra à la fin, l’objectif de Simon n’est pas tant de retrouver l’amour que de redevenir le grand comédien qu’il fut. On est ici sur le thème pathétique « être et avoir été » (le même thème que « Birdman », Oscar du meilleur film). L’expression « mourir sur scène » donne la mesure de ce représente le théâtre pour Simon et le peu de cas qu’il fait de la vie réelle.

Le film est assez lourd, côté scénario, certaines situations étant limite crédibles mais la performance exceptionnelle d’Al Pacino, lui-même septuagénaire (le réalisateur, lui, octogénaire) donne une dimension transcendée au thème du deuil impossible de la jeunesse, de la notoriété, et surtout la tragédie de la mise au rebut des artistes quand on a passé la date de péremption. Pourtant, le film est traité davantage en dramédie (tragi-comédie) qu’en drame frontal, un petit côté auto-dérision, drôle, fait parfois penser au style Woody Allen. Mais disons-le clairement, quoi qu’il en soit, tout le film repose sur la performance d’Al Pacino et ça vaut la peine de se déplacer « rien que pour lui ».

PS.

Que penser de cette vague de donner à un acteur vieillissant le rôle au cinéma d’un acteur vieillissant? (retour à « Birdman »). Billy Wilder avait atteint le sommet de cet art avec « Sunset Boulevard », Gloria Swanson sur le déclin jouant une actrice déchue, on ne fera jamais mieux.

« The Humbling » est l’adaptation d’une nouvelle de Philip Roth qui a beaucoup abordé ces thèmes dans ses derniers livres.

Notre note

3.5 Stars (3,5 / 5)

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top