"Le Silence de Lorna" : union pas libre

Cannes 2008, Prix du scénario, frères Dardenne, sortie 27 aout 2008


 

Le dernier film des frères Dardenne se passe à Liège où évolue un personnage, des personnages venus d’ailleurs, d’Albanie. Les frères Dardenne disent qu’ils ont voulu une grande ville pleine de monde avec l’espérance de tous les possibles pour des étrangers évoluant parmi la foule avec leurs espoirs, leurs secrets. Ainsi, Lorna, jeune femme albanaise installée en Belgique, a accepté d’être complice d’une arnaque de mariage blanc organisée par un truand, Fabio, pour pouvoir réaliser avec son amoureux Sokol leur projet de l’acquisition d’un modeste restaurant snack.

Le dit Fabio, maffieux minable et impitoyable, a trouvé à Liège pour Lorna un mari sur mesure afin qu’elle acquiert la nationalité belge et divorce ensuite rapidement pour épouser, en secondes noces blanches, un riche russe dans les mêmes conditions, le russe étant disposé à payer très cher ce mariage arrangé pour obtenir la nationalité belge. Ce premier mari, Claudy (Jérémie Rénier), est un toxicomane ayant besoin d’argent pour payer ses doses quotidiennes, un homme fragile dont le truand compte se débarrasser facilement.—–



photo Diaphana

 

Bien que Lorna fasse tout son possible pour ne pas s’attacher à Claudy, l’homme est touchant, ne demandant qu’un peu de compagnie, des petits rituels de couple pour décrocher de la drogue comme connaître l’heure du retour de Lorna chez eux, ça lui donne un but dans sa journée vide, il le dit simplement, sans illusions sur sa condition de junkie. Ou demander à Lorna qu’elle l’enferme dans l’appartement pour ne pas être tenté de sortir acheter de la drogue. Lorna résiste et se force à demeurer froide, sans affect, n’étant avec lui ni gentille ni méchante. Pourtant, quand Lorna comprend que Fabio veut tuer Claudy, elle n’est plus d’accord et tente de convaincre le truand qu’elle pourra divorcer facilement sans éveiller les soupçons de la police. Et, ce faisant, c’est elle qu’elle met en danger… 


Jérémie Rénier et Arta Dobroshi, photo Diaphana

 

Superbe interprétation d’une jeune actrice albanaise, Arta Dobroshi, dans ce film introverti, silencieux, statique, où l’émotion est contenue, concentrée, comme prête à exploser. Un film qui a obtenu à Cannes cette année le  prix du scénario quand on se demandait si les frères Dardenne, déjà deux fois Palme d’or, allaient gagner le triplé! Seul bémol, ce film nickel est sans surprise, pas vraiment novateur mais du bel ouvrage. Typiquement le film d’auteur pour tous publics, une valeur sûre. 

Plus d’infos sur ce film




montée des marches de l’équipe du film « Le Silence de Lorna » à Cannes en mai 2008, photo L’Oréal Cannes

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top