« Les Opportunistes » (« Il Capitale umano ») : faux polar, vraie analyse de société

focus film Paolo Virzi, sortie 19 novembre 2014

Pitch

Près du lac de Côme en Italie, un agent immobilier, proche de la faillite, croit faire partie des proches d'un richissime homme d'affaires. Quand, la veille de Noël, survient un accident de la route...

Notes

Une nuit neigeuse d’un Noël en Lombardie, un cycliste est renversé par une voiture mais laquelle? Cet accident ne va intervenir que tardivement dans la conclusion cynique du récit mais aussi ponctuellement pour tisser une ambiance polar à laquelle on ne s’intéresse pas vraiment. Car le film dessine surtout des portraits de personnages vils et lâches, dont le seul point commun est la cupidité ou l’addiction à l’argent, avec, côté féminin, l’ennui et la sentimentalité. Portrait 1 : Dino, agent immobilier sur la touche, victime consentante à se faire dépouiller par  Giovanni Bernaschi, homme d’affaires richissime, chic et speed, parce que sa fille est la petite amie de son fils. Dino insiste pour placer l’argent qu’il n’a pas dans les affaires de Bernaschi, qui, lui, mise sur la possible faillite du pays. Obséquieux, tête à claques, Dino est un personnage grotesque et pathétique. La fille de Dino, Serena, forte personnalité que son père gêne par ses simagrées, fréquente Massimiliano Bernaschi, héritier lymphatique ne s’intéressant à rien, traînant dans des soirées alcoolisées.

Portrait 2 : Carla Bernaschi, grande bourgeoise débordée de shopping compulsif, voire de l’achat coup de tête d’un théâtre en ruines, est une potiche triste dont on découvre qu’elle fut une actrice ratée. Sa liaison avec le prof de théâtre (le génial Luigi Lo Cascio) qui, seul, se souvient de la jeune actrice, est des un meilleurs moments du film. Valeria Bruni Tedeschi (Carla Bernaschi) est évidemment très crédible en opulente épouse délaissée, oisive et dépressive, trottinant sur des talons de 12cm, manteau de fourrure et chauffeur, ignorant tout de la réalité. Enfin, portrait 3 : Serena, seul personnage guidé par son impulsivité, ses sentiments, plus que par le profit, dont la belle-mère (Valeria Golino), psy, qu’elle ignore, va jouer un rôle important dans sa vie par l’intermédiaire d’un de ses patients, Luca, un étudiant fragile qui s’est laissé accuser de trafic de drogue à la place de son oncle.

OPPORTUNISTES2

Et aussi

Le film pourtant adapté d’un polar (américain, l’action est transposée en Italie du nord), l’intrigue de qui a tué le cycliste la nuit de Noël passe au second plan, l’accident tragique aura d’autres conséquences inattendues et amorales sur ces « opportunistes » (titre français, en italien le film s’appelle « Il Capitale umano »).

Le principe de la narration redondante, on revit la même scène avec le point de vue d’un personnage, puis d’un autre, etc… est devenu à la mode depuis quelques années, un procédé pourtant difficile à manier car facilement lourd, c’est le cas ici où les scènes vues et revues alourdissement le récit. Un récit laborieux découpé en quatre parties : Dino, Carla, Serena, Le Capital humain et au sein de ces chapitres des aller et retour six mois avant, après. Il faut dire que tout est très appuyé dans ce film, la mise en scène, la narration, bien que les personnages soient assez finement observés du point de vue de leur psychologie et le fonctionnement des uns et des autres tout à fait crédible, au final. Le problème, c’est peut-être le trop plein de situations et de personnages, comme l’a dit le réalisateur (DP) « le roman est très riche, il aurait pu nourrir une dizaine d’épisodes d’une série HBO » ; en effet, on aurait sans doute gagné à envisager une série afin de mettre en valeur tout ce matériau narratif.

Le film a eu beaucoup de succès en Italie où il a obtenu 7 Donatello dont celui du meilleur film et de la meilleure actrice. « Il Capitale umano » est pressenti pour représenter l’Italie aux Oscars 2015.

 

photos Bac films

photos Bac films

Notre note

3 out of 5 stars (3 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top