"Married life" : poison conjugal

Ira Sachs, sortie 24 septembre 2008

Pitch

Un homme qui veut quitter sa femme pour une autre envisage de l'assassiner pour lui éviter de souffrir...

Un homme qui trompe sa femme avec une femme nettement plus jeune ne recherche pas systématiquement des années en moins et autant de sexe en plus quand justement chez lui le credo de l’épouse au foyer est « love is sex » et réciproquement. Si Henry aime à la folie la belle Kay, ravissante jeune veuve sophistiquée, c’est parce qu’elle est amoureuse de lui et l’autorise à se comporter de manière romantique, à la combler de cadeaux, d’attentions. Convoquant son meilleur ami Richard, le narrateur séducteur (récit en voix off en pointillé), Henry lui confie qu’il va divorcer et épouser Kay. Malheureusement, Kay débarque dans le bar où se passe la scène et séduit malgré elle le séducteur. Berné par l’amitié, Henry demande à Richard de tenir compagnie à Kay qui se sent seule dans son petit cottage près de leur maison de campagne où il passe les WE avec son épouse Pat. Perverti par sa convoitise, Richard donne des conseils perfides à Henry comme ne pas quitter Pat qui en mourrait de chagrin. Un argument qu’Henry va prendre au pied de la lettre en cherchant à empoisonner sa femme pour qu’elle ne souffre pas quand il la plaquera pour une autre.
—–


photo Sony pictures 

Démarrant un peu comme un Hitchcock avec l’homme au physique de mari idéal se comportant comme un assassin, la blonde feu sous la glace à chignon sage Grace Kelly, le décor fin des années 40, le film évolue pas à pas vers la comédie dont il n’affichait pas la couleur au top départ sauf peut-être le générique pimpant. Pavé de mauvais sentiments, le film joue sur le vaudeville des situations et la candeur de ses acteurs lisses, anti bad boys, le beau Pierce Brosnan (déjà vu récemment dans une comédie « Mamma mia ») étant le parfait prototype du contre-emploi de salaud. 


photo Sony pictures

Parti pour tuer sa femme afin de lui épargner les souffrances de la répudiation, un homme, frustré de romantisme et de sentiments emphatiques, se rend compte en bricolant un crime raté qu’il n’est pas aussi malheureux qu »il le croyait en ménage… ce qui est d’autant plus méritoire que son meilleur ami vient de lui piquer sa maîtresse trop belle pour lui et que son épouse, pour laquelle il s’inquiétait, s’est révélée dans l’intervalle également adultère à ses heures. Lourd et théâtral, on dirait une pièce de boulevard rétro égarée dans le rayon Série noire… Cependant, présenté au festival de Deauville en avant-première, le film a eu un certain succès.
 


Notre note

(2 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top