Ouverture de Cannes Classics tendance seventies avec « Le Conformiste » et « Portrait d’une enfant déchue »

   
La section Cannes Classics ouvre cette année le jeudi 12 mai avec deux films : à 17h un grand classique, « Le Conformiste » de Bernardo Bertolucci et à 20h un film très rare « Portrait d’une enfant déchue « (« Puzzle of a downfall child ») de Jerry Schatzberg avec Faye Dunaway, le même qui signe la photo de Faye Dunaway sur l’affiche du 64° festival de Cannes. Faye Dunaway, une habituée du festival de Cannes que les festivaliers croisent souvent chaque année à des projections. Premier long-métrage de Jerry Schartzberg avant « Panique à Needle park » et « L’Epouvantail » (palme d’or 1973). L’actrice, en revanche, est dans la lumière, elle vient de tourner auparavant dans deux gros succès « Bonnie and Clyde » avec Warren Beatty et « L’Affaire Thomas Crown » avec Steve Mc Queen. Ancien photographe, Jerry Schartzberg parle de ce qu’il connaît, s’inspirant pour ce portrait puzzle d’un mannequin déchu de la vie d’un top model de l’époque (Ann St Marie). Autre événement dans la section Cannes Classics, en relation avec l’exposition Kubrick à la Cinémathèque française : la reprise d' »Orange mécanique » (19 mai)  ; son acteur principal, Malcom Mc Dowell, donnera d’ailleurs cette année la leçon de cinéma le vendredi 20 mai à 14h. Ces trois films datent des années 70 : les deux premiers, « Le Conformiste » et « Portrait d’une enfant déchue » 1970, « Orange mécanique » de Kubrick 1971. Dernier moment phare : la venue de Jean-Paul Belmondo pour un hommage et le documentaire « Belmondo… Itinéraire ». 

le film :
Un ancien photographe, Aaron Rinehardt, devenu cinéaste, vient rendre visite à Lou Andreas Sand, ancienne égérie de la mode, retirée du monde dans une maison au bord de l’océan où elle s’occupe de poésie et de sculpture. Il s’apprête à réaliser un film sur sa vie et vient enregistrer des entretiens de repérage. Au fil des enregistrements, Lou exhume des souvenirs de son ascension et de sa déchéance, réels et fantasmés, livrant le portrait fragmenté d’un esprit tourmenté.



  
Ann St Marie, le top model modèle du film ; Faye Dunaway dans « Portrait d’une enfant déchue » (photo Carlotta)
Cannes Classis, sélection 2011
Films
« Le Voyage dans la lune » de Georges Mélies (France, 1902, 16)
« Orange Mécanique » de Stanley Kubrick (USA, 1971, 137)
« La Machine à tuer les méchants » (La Macchina Ammazzacattivi) de Roberto Rossellini (Italie, 1952, 80)
« Il était une fois le Bronx » (A Bronx Tale) de Robert De Niro (USA, 1993, 121)
« Le Conformiste » (Il Conformista) de Bernardo Bertolucci (Italie, 1970, 118)
« Rue Cases-Nègres » dEuzhan Palcy (France, 1983, 106)
« Portrait dune enfant déchue » (Puzzle of a Donwfall Child) de Jerry Schatzberg (USA, 1970, 105)
« La Loi de la frontière » (Hudutlarin Kanunu) de Lufti O. Akad (Truquie, 1966, 74)
« La Zone de la mort (Niemandsland) de Victor Trivas (Allemagne, 1931, 81)
« Les Enfants du paradis » » de Marcel Carné (France, 1945, 190)
« Despair » de Rainer-Werner Fassbinder (Allemagne, 1978, 115)
« Le Sauvage de Jean-Paul Rappeneau (France, 1975, 106)
« Chronique dun été » » de Jean Rouch et Edgar Morin (France, 1960, 91)
« LAssassin » (LAssassino) dElio Petri (Italie, 1961, 100)


documentaires :

« The Look » dAngelica Maccarone (Allemagne / France, 2011, 95)
« Le Monde de Corman: Exploits dun rebelle hollywoodien » (Cormans World: Exploits of a Hollywood Rebel dAlex Stapleton) (USA, 2011, 125)
« Belmondo… Itineraire » de Vincent Perrot et Jeff Domenech (France, 2011, 86)
« Kurosawa », la Voie de Catherine Cadou (France, 2011, 52)
« Il était une fois Orange Mécanique » dAntoine de Gaudemar et Michel Ciment (France, 2011, 52)

Mots clés: , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top