Palmarès du 14° Festival du Film asiatique de Deauville : Grand Prix au film Iranien « Mourning »

   
Elia Suleiman et Marteza Farshbaf 

Pas sûr que les prix aient plu au public si l’on en croit les réactions mitigées à la sortie ce dimanche soir du palmarès et de la cérémonie de clôture du 14° Asian Film Festival de Deauville. « Mourning » du réalisateur Iranien Marteza Farshbaf obtient le Grand Prix et une mention spéciale du Prix de la critique. « Baby factory » du réalisateur Philippin Eduardo Roy Jr décroche le Prix du jury. Le Prix de la critique internationale est attribué à « Himizu », brillant dernier film du réalisateur Japonais Sono Sion. Si le jury action Asia, présidé par Isabelle Nanty a voté à l’unanimité pour le film Chinois « Wu xia » dePeter Ho-Sun Chan, Elia Suleiman, qui présidait le jury compétition, a laissé entendre qu’il a fallu du temps pour se mettre d’accord et que les prix ont été accordés à la majorité.« Mourning » (« Querelles ») est un exemple de comment tirer parti d’un faible budget avec des idées de mise en scène inventives : road-movie dramatique, pourtant traité avec toute la légèreté possible, un couple ramène

en voiture à Téhéran leur neveu dont les parents ont eu un accident la nuit précédente, ce qu’ils n’osent pas lui dire (lire ma critique du film…) Je n’ai pas vu « Baby factory » qui se passe dans une maternité aux Philippines. « Himizu » (veut dire « La Taupe ») de Sono Sion, est, avec le style si particulier du réalisateur de « Cold fish » (prix de la critique à Deauville en 2011), un portrait désespéré et romantique du Japon après les dernières catastrophes avec une histoire d’amour sur les décombres entre deux jeunes gens. Côté Iran, il y avait en compétition un film que je trouve beaucoup plus fort que celui primé, outre qu’il est spécialement bien filmé, « Death is my profession », une fable sur la précarité en Iran où trois hommes au chômage sont obligés de voler des câbles sur des pylônes à haute tension pour les revendre. Hors compétition, il semble que le film « Headshot » du réalisateur Thaïlandais Pen-Ek Ratanaruang, déjà en compétition à Deauville avec « Ploy » en 2009, ait séduit la majorité : film noir plutôt abstrait, voire mystique, avec des images magnifiques.
——


final autour du président du jury, Elia Suleiman (à gauche) ; Eduardo Roy Jr. et Marteza Farshbaf, les 2 gagnants de la soirée (à droite)

PALMARES

Grand prix
« Mourning » de Marteza Farshbaf (Iran)

Prix du jury
« Baby factory » de Eduardo Roy Jr. (Philippines)

Prix de la critique internationale
« Himizu » de Sono Sion (Japon)
mention spéciale :
« Mourning » de Marteza Farshbaf (Iran)

Prix Action Asia
« Wu xia » de Peter Ho-Sun Chan (Chine)


Eduardo Roy Jr (à gauche) et son producteur


jury Action Asia


jury compétition


Tahar Rahim et Corinne Masiero


Isild Le Besco

 

devant l’entrée du CID

Mots clés: ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top