« Runaway train » : y a-t-il un pilote dans le train?

focus film Andrey Konchalovsky, 1985, reprise en salles 4 septembre 2013

Pitch

Deux évadés d'un pénitencier s'enfuient sur un train dont le conducteur est tombé de la locomotive. Parviendront-ils à l'arrêter ?

 

Un an après « Marias lovers », son premier film américain, Andrey Konchalovsky reprend sur les conseils de Francis Ford Coppola en 1985 le scénario de « Runaway Train », initialement écrit par Akira Kurosawa mais quil navait pu mener à bien. Le film sort en salles en reprise demain mercredi 4 septembre.

 

Dans une prison de haute sécurité en Alaska, une forte tête vient dobtenir du tribunal la fin des trois ans de cachot que lui fait subir le directeur du lieu. Cette nouvelle fait immédiatement le tour de la prison où Manny est une sorte de vedette emblématique, en particulier pour Buck, un prisonnier plus jeune. Devant la reprise des tentatives de Warden pour le briser, Manny décide de séchapper, utilisant les fonctions de Buck à la lingerie. Au dernier moment, Buck décide de suivre Manny dans les égouts de la prison.
——

 

photo Carlotta

Arrivant dans une gare de triage, ils volent quelques vêtements et montent dans le premier train qui démarre, un convoi technique de quatre locomotives. Mais à peine le train sélance, le conducteur meurt dune crise cardiaque et tombe sur la voie en bloquant malencontreusement les commandes. Ce nest que lorsque le train prend une vitesse anormale que les fugitifs réalisent quils sont à bord dun train fou dont ils ne peuvent atteindre la voiture de tête pour reprendre le contrôle. Il aura également fallu ce temps pour que dune part la compagnie de chemin de fer réalise la situation et tente de dévier à la fois le convoi incontrôlé et les autres trains qui risquent de le percuter. Et dautre part pour que Warden comprenne où sont les fuyards et organise les moyens de leur capture. A bord, Buck et Manny sont face à eux-mêmes jusquà ce quapparaisse Sara, une employée du chemin de fer qui sétait assoupie dans une des locomotives et découvre la situation en se réveillant.

 

Film étonnant, Runaway Train joue ouvertement sur deux tableaux, le film daventure (dans sa version ici de film dévasion) et le film philosophique. Du premier il emprunte les scènes daction, la vitesse de mouvement, la course poursuite, les machines puissantes, les bagarres, un certain suspense, les grands paysages, les milieux extrêmes. Du second il emprunte les constructions symboliques, les discours interminables, les réflexions intérieures, les décalages inattendus entre les situations et les dialogues, les allusions à demi-mots. Le tout dans un mouvement alterné entre une première partie mouvementée et une seconde partie bavarde, la dernière partie redevenant plus active sans oser sachever dans lexplosion attendue mais en abandonnant les personnages juste avant le crash après les avoir positionnés en positions symboliques.

 

Pour peu quon apprécie généralement les prestations de Jon Voight, son interprétation de Manny à la Brando est dans ce contexte parfaite en ce quelle colle absolument au projet du film, en grand ours brutal et penseur à la fois, en grosse brute libertaire qui se regarde souffrir de cette soif qu il tente dépargner à ceux qui se risquent à ladmirer. Eric Roberts en Buck est niais à souhait dans un comportement résolument adolescent prompt à ladmiration comme à la détestation déçue. Rebecca de Rosnay en Sara en potiche inutile et à peine reconnaissable cherche en vain dans les tics dun jeu théâtral la place minuscule qui lui est dévolue. John P. Ryan (Warden) serait un méchant parfait sil nétait vain de trouver crédible de le voir accroché à un filin sous un hélicoptère lancé à pleine vitesse dans le blizzard. Seuls Kenneth McMillan et Kyle T. Heffner en responsables de crise de la compagnie ferroviaire trouvent un brin de naturel rafraichissant.

 

En cohérence avec ce projet complexe, lobjectif enregistre des images tellement grises et délavées pour illustrer le poids oppressant du doute, de linéluctabilité, de la triste grandeur des causes perdues davance, quelles finissent par laisser le souvenir dun noir et blanc faisant ressortir la masse noire et fantomatique dun train aveugle dans limmensité neigeuse.

Oscar « Manny » Manheim (Jon Voight), Buck McGeehy (Eric Roberts), Sara (Rebecca De Mornay), John P. Ryan (Warden Ranken), Eddie McDonald (Kenneth McMillan), Frank Barstow (Kyle T. Heffner)

 

Notre note

4 Stars (4 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top