« Super 8 » : le cas J.J.

J.J. Abrams, sortie 3 aout 2011

Pitch

Alors qu'un groupe d’adolescents tourne un film en super 8 dans une petite ville américaine, ils sont les témoins d'une catastrophe ferroviaire. Mais s'agit-il vraiment d'un accident? Un hommage aux films amateurs des années 70 dont Spielberg qui produit le film.

Je reprends la rubrique « Extérieur blogs » avec la contribution d’un cinéblogueur « nouvelle génération », que je suis et apprécie depuis deux ans : http://aterrakinestpas.tumblr.com, qui a vu « Super 8 » pour Cinémaniac dans le cadre d’une projection club300/Allociné et l’a certainement mieux mis en perspective que je ne l’aurais fait, n’étant pas moi-même familière de ce genre de films où je n’ai pas de recul critique (s’agissant de J.J. Abrams, je suis plus versée dans les séries (« Lost », « Fringe »).

 

critique du film par ateraki (@aterraki) :

——

 


photo Paramount

Synopsis :
Été 1979, une petite ville de lOhio. Alors qu’ils tournent un film en super 8, un groupe dadolescents est témoin d’une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Ils ne tardent pas à comprendre qu’il ne s’agit pas d’un accident. Peu après, des disparitions étonnantes et des événements inexplicables se produisent en ville, et la police tente de découvrir la vérité. Une vérité quaucun dentre eux naurait pu imaginer…

 

Invité par chance à la projection du club 300, c’est avec un a priori positif que je me suis rendu à la projection du nouveau film de J.J. Abrams, « Super 8 ». Ce film je l’attendais depuis bientôt un an, oui le 1er teaser date d’aout 2010. J’avais tant aimé ce 1er teaser que je me suis tenu au courant de toute info sur le film depuis. Le 1er trailer, reprennant le thème du film « Cocoon », m’a ensuite entièrement convaincu. J.J. est passé maitre dans l’art de vendre ses différents projets, que ce soit en séries (« Lost », « Fringe » ou « Alias ») ou en film (la campagne marketing aux petits oignons de « Cloverfield »). Il réussi à créer une attente et attise notre curiosité avec une campagne savamment mise au point ou les éléments arrivent au compte-goutte.

 


photo Paramount

 

Le film est un hommage au cinéma des années 80 : l’action se déroule en 1979 et prend pour protagonistes un groupe d’enfants confrontés à un événement fantastique. Ses références sont nombreuses, Spielberg la plus évidente, mais aussi Richard Donner ou Joe Dante (« Les Goonies » et « Gremlins »). Ces films ont vraiment connu leur âge d’or dans les eighties et ont quasiment disparu dés le début des années 90. Seul Spielberg a continué dans cette veine (« Jurassic Parc ») mais le genre semblait dépassé, plus au goût du box-office, bref, perdu. Et c’est là que J.J a tout compris, les années 80 reviennent à la mode récemment que ce soit au niveau musique ou mode.

On regrette souvent la simplicité émouvante de ces films et c’est avec un grand soin que le réalisateur dépeint cette époque avec une galerie de personnages très réussis. Que ce soit Charles, le meilleur ami du héros (projection de J.J. selon moi), fan de films d’horreur, qui tourne à l’aide d’une super 8, enrôlant sa bande de copains, ou qu’il s’agisse de Joe, le jeune héros, craquant pour la jolie Alice, prêt à tout pour continuer à jouer dans le film de son ami. Je pense que J.J Abrams aime sincèrement cette génération et ses codes du genre ; il les reproduit donc ici avec tendresse et nous ramène dans une époque pas si lointaine ou une simple bande de gamins pouvaient sauver le monde. Depuis l’affaire Ducobu je commençait à avoir des doutes sur le jeu des enfants au cinéma, ici pourtant les gamins sont juste époustouflants, dialogues et jeu d’acteurs au poil.

 


photo Paramount

 

La musique est un hommage direct aux meilleures partitions de Williams, l’action dans une petite ville américaine dépassée par un événement extraordinaire nous permet de nous attacher aux différents protagonistes, généralement assez bien écrits, seule l’armée est dépeinte peut-être de façon trop manichéenne. Je ne préfère pas trop rentrer dans l’histoire pour ne pas vous gâcher la surprise, ce que je peux vous dire, c’est que ce film vous fait rire, effraie et vous redonne le sourire, j’ai 10 ans de nouveau et je veux y retourner.

 

 

 

Notre note

(4 / 5)

Mots clés: , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

3 Comments

  1. exemples de cv -  29 janvier 2015 - 3 h 08 min

    Un blog intéressant sur le film Super 8, je ne ai pas vu mais après votre blog voulu voir. Merci de votre intérêt.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top