"Tokyo bordello" : l'envers du décor

focus film Hideo Gosha, 1987, sortie DVD 2 avril 2008


Hidéo Gosha naimait traiter que des vies extrêmes, le monde des yazukas et des geishas, ce film étant le dernier dune série de grands spectacles à succès sur le sujet, il avait sans doute évolué depuis ses débuts dans son idéalisation de ce milieu Car « Tokyo bordello » (1987) est aussi réaliste et sombre que « Yohkiro, la maison des geishas » était le tableau d’un paradis perdu..
.

« Tokyo bordello » (1987) 


photo Wild side vidéo 

Lascension dans les années 1910 dune jeune fille, Hisano (Yuko Natori), vendue par son père ruiné à un proxénète qui la place dans une maison de geishas située dans le quartier des plaisirs de Yoshiwara à Tokyo. Situé au nord-est de la ville, ce quartier a existé et a brûlé dans les années 40, le film montre cet incendie géant comme les flammes de lenfer… Paradis pour les hommes, enfer pour les femmes, comme le dit la voix off en prologue du film, ce quartier isolé, entouré de palissades et vivant en autarcie, comportait des ruelles correspondant aux strates sociales selon que les geishas étaient puissantes ou misérables.—–


Contrairement au film « Yohkiro, la Maison des geishas » (1983) adapté du roman de Tomiko Miyao (comme « LOmbre du loup » (1982) et « La Proie de lhomme » (1985), le sujet de « Tokyo bordello » (1987), bien qu’identique, également  en immersion dans une maison de geishas,  montre lenvers du décor. Si le premier film était romancé et idéalisé, selon lidée que les hommes aimeraient avoir des geishas, selon ce quelles leur montraient une fois maquillées, parfumées, offrant le spectacle de plaisirs raffinés, ce film-là est nettement plus réaliste bien quutilisant les images pastel du dessinateur Shinichi Saito (quon voit telles quelles au générique).
 


photo Wild side vidéo

On y décrit la misère et le désespoir de ces femmes, geishas mais prostituées «dans lâme» avant tout, dont certaines deviennent folles, se suicident, droguées de saké pour tenir le coup. Si la plupart nourrissent lillusion de payer leurs dettes afin de sortir de la prostitution, Hisano, passé le chemin de croix de linitiation, finit paradoxalement par accepter son métier, comprenant quelle ne sadaptera plus à lextérieur dans une vie normale, et rêve dêtre la meilleure des geishas, rebaptisée alors Miyasaki.
 


photo Wild side vidéo

Si « Yohkiro, la Maison des geishas » était colorée et sensuelle, avec une certaine joie de vivre, « Tokyo bordello » est un monde implacable et sordide, pavé de mauvaises intentions et sans espoir pour personne. Quelques scènes sont plus  franchement sexuelles que dans les films précédents, comme linitiation de Hisano par une des grandes geishas déclinante, le plus souvent un sexe triste tarifié dont lamour est exclu, des chairs blafardes et des cheveux décoiffés des femmes devenues hystériques, névrosées, suicidaires. Les trois geishas stars du début du film finiront toutes tragiquement. Un bon complément du film précédent, lendroit et lenvers des maisons de geishas.

 


photo Wild side vidéo 

DVD Wild side vidéo, 6 films introuvables  d’Hideo Gosha. Sortie le 2 avril 2008.
 

Notre note

(3 / 5)

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top