« Trois Mondes » : univers non miscibles

Cannes2012/UCR, Catherine Corsini, sortie automne 2012

Pitch

Ayant provoqué un accident mortel la nuit à Paris, trois amis, qui résident en loitaine banlieue, fuient. Mais une jeune femme qui a vu l'accident de sa fenêtre s'en mêle, voulant à la fois consoler la veuve et le meurtrier...

A une semaine de son mariage avec la fille du patron du garage où il travaille, Alain (Raphaël Personnaz) fait la bringue en voiture avec ses deux inséparables, Frank (Reda Kateb) et Martin, courses poursuites en voiture qui se terminent tragiquement par la mort d’un passant qu’ils renversent la nuit dans une rue de Paris. Le lendemain, Alain, rongé par la culpabilité, se met en quête de prendre des nouvelles de l’accidenté. Mais, ce qu’il ignore, c’est qu’une jeune femme, Juliette (Clotilde Hesme), penchée à sa fenêtre, a vu l’accident… La réalisatrice présente les trois mondes (titre du film) : primo, les trois amis travaillant tous les deux dans un garage de Palaiseau. Secundo, le couple que forme Juliette, étudiante en médecine, avec Frédéric, prof de philo, qui lui dit sèchement à propos de sa grossesse « c’est toi qui a voulu le garder! »; Frédéric qui reproche à Juliette de préférer habiter avec sa coloc que venir s’installer dans son appartement à lui qu’elle n’aime pas. Tertio, une communauté de travailleurs Moldaves sans papiers dont l’accidenté fait partie.
——

 
photo Pyramide 

La réalisatrice, par l’entremise de Juliette, son personnage principal, démontre combien tristement les trois communautés sont non miscibles entre elles malgré toute la bonne volonté de la jeune femme : Juliette, empathique avec tout le monde, recherche, trouve et se lie d’amitié avec Vera, l’épouse Moldave de l’accidenté, à présent dans le coma à l’hôpital. Juliette ne dénonce pas Alain qu’elle rencontre désemparé, miné par les remords, pire, elle noue une relation amoureuse avec lui tenant plus du partage du désespoir, lui, largué, elle, enceinte d’un homme qu’elle n’aime pas. Mais Vera ne tarde pas à lui en vouloir, à lui réclamer de l’argent et l’adresse d’Alain pour le faire tabasser par ses amis. Alain, second personnage majeur du film, est une fausse succès story à lui tout seul : fils de l’ancienne femme de ménage des propriétaires du garage Testard, il s’apprête à prendre la succession de son futur beau-père, à épouser sa fille Marion (Adèle Haendel), à enfin sortir sa mère et lui de leur condition sociale d’origine après une vie d’efforts à gravir tous les échelons de l’entreprise. L’accident, que ses amis lui conseillent de nier, va casser ce plan de vie bien huilé car Alain n’est pas un salaud, c’est lui qui va à l’hôpital voir le blessé de sa propre initiative et se met à découvert.Seul film féminin (seule réalisatrice femme) en sélection officielle (Un Certain Regard) au dernier festival de Cannes, « Trois mondes » reprend le thème de « Chaos » de Coline Serreau en plus ambitieux avec ces trois univers incapables de se comprendre : la lointaine banlieue et le Paris intra-muros intello (le prof de philo parle de Alain en disant avec mépris « ton garagiste »), les travailleurs immigrés sans papiers (Vera veut vendre les organes de son mari, ne comprenant pas pourquoi l’hôpital lui demande de les donner, par exemple). En plus lourd et surligné aussi. On n’en finit pas de barboter dans la pathos, et j’ai bien cru qu’on allait accompagner le cercueil jusqu’en Moldavie! Hormis Reda Kateb, cantonné encore dans un rôle de semi-voyou, et Clotilde Hesme, les autres acteurs sont moyennement crédibles. C’est un film pesamment social avec de bonnes intentions.


Notre note

(2 / 5)

Mots clés: , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top