« Chloé » : call(-girl) me Nathalie

Atom Egoyan, sortie 10 mars 2010

Pitch

Comme elle soupçonne son mari d'infidélité, une quinquagénaire, angoissée par le temps qui passe, va engager une jeune call-girl pour le piéger. Mais c'est elle qui va être prise au piège et sa famille basculer aussi par la même occasion.

Dans les quartiers huppés de  Toronto, Catherine, une gynécologue d’une cinquantaine d’années ayant pignon sur rue, a préparé une surprise pour l’anniversaire de son mari David qui déteste les anniversaires. Pendant cette soirée de réjouissances avec des amis et des cadeaux à attendre en vain David, le téléphone sonne, ce dernier, professeur de musique à l’université, a raté son avion pour rentrer de New York où il donnait un cours. Pour aggraver la déception, le lendemain matin, Catherine trouve une photo de David enlacé avec une étudiante dans la neige de New-York postée sur son téléphone mobile, elle s’affole. Quand vient l’idée à Catherine, qui observe les allers et retours d’une jeune voisine call-girl, de l’engager pour séduire son mari et lui raconter ensuite dans le détail leurs ébats. Une initiative dangereuse pour tous les partis qui va notamment révéler à Catherine des pulsions qu’elle ignorait, car, rapidement, les deux femmes deviennent accros à ces récits, racontés, écoutés, qu’ils soient véridiques ou imaginaires.
—–


photo Studio Canal
Le film démarre sur le portrait d’une jeune call-girl tout en lingerie noire et en courbes avec une voix off parlant de son métier mais finalement ce n’est pas le sujet bien que le sujet soit partiellement le pouvoir des mots, du verbe. Sitôt la rencontre entre les deux femmes, on pense à « Nathalie » d’Anne Fontaine avec Fanny Ardant et Emmanuelle Béart et c’est en effet d’un remake « point sur le i » qu’il s’agit. Si ma mémoire est bonne (je ne l’ai vu qu’une fois), dans « Nathalie », la jeune femme servait d’objet transitionnel entre l’épouse et le mari, une manière de la partager avec un homme, fantasmatiquement parlant de la part de l’épouse, et une façon aussi de redevenir jeune par Nathalie interposée pour séduire à nouveau l’homme qu’elle aimait. Ici, on met grand point sur un grand i : l’épouse couche avec la call-girl, pourquoi s’encombrer de tant de nuances… Mieux, non seulement, l’épouse se découvre attirée sexuellement par Chloé mais Chloé l’est aussi par cette femme qu’elle surinvestit comme une mère incestueuse (rien que ça!). J’oubliais le sempiternel syndrome « Théorème » avec le fils séduit aussi par la call/escort-girl, un tarif de groupe, en quelque sorte… Tordu, vous avez dit tordu. 


photo Studio Canal

Donc, finalement, le mari soupçonné d’infidélité est tranformé en mari cocu, en  pauvre quinqua puni d’avoir été tenté par la jeunesse de ses étudiantes (et peut-être leur insouciance) avec qui il flirte gentiment pendant que son épouse tient le cahier des charges de l’effondrement du rythme de leur relations sexuelles durant leur mariage.
Crédible et pathétique, l’angoisse de la date de péremption de la séduction chez une quinquagénaire dans une société obsédée par l’éternelle jeunesse, c’est même assez parlant. Là où ça devient ridicule, c’est la tentative de jouer le « romantisme érotique » (si l’on peut dire) entre une jeune call-girl en manque d’image maternelle et une gynécologue mariée, frustrée. Avec en cerise sur le gâteau une fin couleur polar afin de pimenter un film bien plat, et on aura fait le tour ce ce film intello-psycho-érotique pour les nuls, avec belles robes, peaux soyeuses, brushings raidis de laque, taille zéro de Julianne Moore aussi épaisse qu’un crayon dans une robe rouge sang lui faisant un teint de craie qui n’a d’égal que la mine de papier mâché de Liam Neesom. 


photo Studio Canal

C’était la moche dans « Jennifer’s body », ici, c’est la belle, Amanda Seyfried, lèvres plus épaisses qu’Angelina Jolie, regard bovin, cheveux décolorés laqués à mort, démarche de pute de luxe ingénue en manteau de soie haute-couture, certes pas le rôle de sa vie. Atom Egoyan a eu besoin des Reitman père et fils pour produire ce remake sophistiqué et racoleur du film d’Anne Fontaine. Atom Egoyan anesthésié par Hollywood (?), n’a pas, pour la première fois, écrit son scénario lui-même, »Exotica », c’est loin, très loin… A noter une parenté entre les deux derniers films avec Julianne Moore  : le côté déco chic, la maison en verre d’architecte commune à « A Single man » de Tom Ford et « Chloé ».
 

Notre note

(2 / 5)

Mots clés: , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top