21563163-EC6F-4DFF-B0FC-97CA7E5BEC67

«Everybody knows » : ouverture #Cannes2018

focus film Asghar Farhadi, 9 mai 2018

Pitch

Laura revient dans son village natal pour le mariage de sa sœur, une réunion de famille qui va tourner au drame...

Notes

Pour le mariage de sa sœur, Laura qui vit en Argentine avec son mari et ses deux enfants, retourne dans son village en Espagne. Les effusions familiales (très surjouées) du retour au bercail n’en finissent pas et sont à la mesure du bain mélodramatique dans lequel va baigner la seconde partie du film. Car Irène, la fille de Laura, est kidnappée le soir du mariage. On passe alors des rires et des embrassades aux pleurs et aux règlements de compte. Très vite, on comprend que Laura a aimé Paco, qu’elle a quitté pour épouser un riche argentin, mais que le lien entre eux a perduré bien que ce dernier ait refait sa vie qu’il partage aujourd’hui avec une jeune femme tout en exploitant ses terres. Quelles terres? Des terres qu’a perdu au jeu le colérique et alcoolique père de Laura il y a trente ans… Car l’incursion du drame au sein de la fête va réveiller toutes les rancœurs et les non dits…

Photo Mémento Films

Photo Mémento Films

Et aussi

Le film est un mélodrame drame familial et social habillé en polar mou, un genre qui ne semble pas passionner le réalisateur, plus préoccupé de tragédies familiales et de résurgences de douleurs anciennes que de suspense, le kidnapping étant un alibi pratique pour déterrer les fantômes du passé que cette famille, où tout le monde donne le change devant la fille prodigue, n’a jamais digéré. Un passé d’autant moins digeste que le facteur social en rajoute à la situation financière précaire d’une famille non seulement ruinée par un père irresponsable mais humiliée de devoir survivre grâce au fils d’un ancien employé qui, dans leur esprit, a pris leur place… La relation amoureuse passionnée, taillée sur mesure pour réunir à l’écran Penelope Cruz (Laura) et Javier Bardem (Pace), le couple a la ville  jouant dans sa langue natale, est surchargée de révélations théâtrales qui en rajoutent dans le pathos d’un mélo déjà suffisamment larmoyant.

Memento Films

Memento Films

Seul Javier Bardem, incapable de jouer mal, s’en sort, et quelques autres seconds rôles, mais on aurait bien envie de lui conseiller de retourner tourner de grands films aux USA comme «No country pour old men» auquel je n’ai cessé de penser durant cette séance tant il m’a fait de la peine, tellement sous-employé dans ce film médiocre. Comme quoi un casting de star peut parfois être un handicap pour tout le monde…

Notre note

2.5 Stars (2,5 / 5)

Mots clés: , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top