« Fallen angel » (« Crime passionnel ») + notes sur « Whirpool » (« Le Mystérieux Docteur Korvo »)

Otto Preminger 1945 et 1949
« Fallen angel » (« Crime passionnel ») (1945)

Quand Eric Stanton se fait jeter de lautobus de nuit où, passager clandestin, il na pas de quoi payer son billet, il débarque dans un patelin, Milton, petite ville de province. Poussant la porte du café Pops, il entend parler dune certaine Stella qui brille par son absence. Plus tard, Stella débarque et Pop, le patron, dit quon fera comme si elle nétait jamais partie, quelle va reprendre sa place au bar et son logement. Coup de foudre immédiat pour Eric Staton dès quil aperçoit Stella.

—–

Ne sachant où dormir, Eric Staton sen va squatter la chambre dun minable charlatan qui fait la paire avec un soi-disant professeur de spiritisme. Les deux hommes se sont vus interdire laffichage de leur spectacle de magie par Clara Mills, la fille dun notable de la ville. Stanton propose alors darranger les choses et va rendre visite à la revêche Clara Mills. Reçu tout dabord vertement, il doit son salut à la blonde sur de Clara, June Mills qui convainc sa sur de se rendre au spectacle. Au moment demboîter le pas des deux artistes qui partent pour San Francisco, Staton, obsédé par Stella, ne peut se résoudre à quitter Milton, il reste en ville et la demande en mariage. La belle accepte un deal : elle lépousera quand il aura de largent, beaucoup dargent. Dans lintervalle, Stella continue à sortir avec des hommes différents tous les soirs qui lentretiennent. Pris de panique, Stanton frappe un grand coup pour obtenir de largent rapidement, il force la main de June et lépouse en catimini à San Francisco pour vider leur compte et demander ensuite le divorce. Mais Stella le prend mal, elle voulait largent mais pas un homme marié, elle rompt.

La rencontre entre Stanton, le voyou, et Stella, la femme de pique, est typique du film noir : deux loosers malhonnêtes, deux escrocs minables, sans scrupules, prêts à tout pour de largent facile, qui vont se duper lun lautre, un jeu de miroir. Dans ce rôle de femme fatale, Linda Darnell, brune piquante avec fleur blanche piquée dans ses cheveux noirs de jais ; elle tournera aussi Ambre avec Otto Preminger. Dans le rôle de June, Alice Fay, transfuge de la comédie musicale, qui verra sa partition coupée en partie au montage pour mettre le personnage de Stella en valeur à ses dépends. June, la blonde, est aussi fade et angélique que Stella est sexy et venimeuse. Midinette perdue dans ses lectures romantiques, June voit arriver en Stanton un prince charmant qui la délivrera de son tête à tête avec sa soeur, alors que Stella, sans illusions sur les hommes, ne voit en Stanton quun pigeon de plus à plumer.


Le problème du film, ce sont des personnages trop typés, trop entiers, sans nuances, Stella très méchante, Stanton très agressif, June très gentille, au point que leur crédibilité est compromise, ça ne passe pas toujours. La manière dont Stanton sadresse aux deux femmes est assez improbable, le comportement de June est beaucoup trop angélisé, seule Linda Darnell est vraiment comme on lattend, le prototype de la garce. Par ailleurs, les dialogues sont nombreux et extrêmement bavards, les plans des visages des couples aussi, on filme multe fois les mêmes étreintes pudiques, ça nuit à lambiance film noir. On le voit, jai été déçue par ce film et aussi par le suivant (le Mystérieux Dr Korvo) qui ne tient pas la comparaison avec des merveilles du film noir, comme « Les Tueurs » de Robert Siodmak ou « Assurance sur la mort » de Billy Wilder, par exemple En conclusion, les personnages trop stylisés, lexcès de dialogues, une ambiance laissant à désirer avec trop peu de séquences dimages comme celles du début (un bus arrive dans la nuit, on ne voit que le chauffeur de dos, la route devant lui éclairée par les phares, on ne sait pas encore que cest un autobus, quand le chauffeur stoppe, il se lève et on découvre larrière du bus avec les passagers endormis). Un bon film mais pas un film exceptionnel


« Whirpool » (« Le Mystérieux Dr Korvo ») (1949)

mini-critique.

La jeune épouse du Dr Sutton, célèbre psychanalyste, est prise en flagrant délit de vol à létalage dans un grand magasin. Le directeur du magasin est sur le point de porter plainte quand un mystérieux docteur Korvo la sauve dun scandale. Mais il ne la lâchera plus, spécialiste de lhypnose, il lui offre de soigner ses insomnies quelle cache à son mari. Gene Tierney, actrice fétiche dOP dans trois films dont le fameux « Laura » et « Mark Dixon, détective », nest pas au mieux de sa forme. Bien quelle demeure une des plus belles actrices de lhistoire du cinéma , le cheveu mal coupé et la mine peu expressive dans un rôle de névrosée timide, Gene Tierney est trop lisse et le discours psychanalytique sous-tendant le film basique et rabâché, on pouvait sattendre à mieux avec ce genre de scénario. Gene Tierney dans « Péché mortel » (son meilleur rôle, à mon avis) et « Laura », cest autre chose

 


Gene Tierney dans « Whirpool »

         
 


Otto Preminger et les femmes fatales dHollywood :

 

Avec Linda Darnell :
« Fallen angel » (Crime passionnel) (1945)
« Ambre » (1947)

 

Avec Gene Tierney :
« Laura » (1944)
« Whirpool » (« Le Mystérieux Docteur Korvo ») (1949)
« Mark Dixon, détective » (1950)

 

Avec Jean Simmons :
« Angel face » (1952)
 

Avec Marilyn Monroe :
« River of no return » (« Rivière sans retour ») (1954)

 

Mots clés: , , , , , , ,

Partager l'article

Lire aussi

Posted by:

Camille Marty-Musso
Créateur et responsable éditorial du site www.cinemaniac.fr, en ligne depuis janvier 2006.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Remplissez les champs obligatoires (required):

Back to Top